[Artwork] Interview d’Anna Levytska, auteur de la pochette du dernier Blut Aus Nord, Deus Salutis Meae

Herbert Al West - Réanimateur Recalé

Herbert Al West - Réanimateur Recalé

Grand amateur de films d'horreur et de musiques de films, j'ai découvert le monde du metal par ce biais là. D'abord de façon presque subliminale en découvrant, jeune adolescent impressionnable, le clip d'Alice Cooper réalisé pour Vendredi 13, Chapitre VI (la chanson He's Back, The Man Behind The Mask). Mais c'est surtout le visionnage du film Shocker (Wes Craven, 1989) et sa formidable bande son qui me firent basculer du côté obscur. J'ai donc commencé par Alice Cooper, Kiss, Megadeth, Bonfire et pas mal d'autres. Mes goûts en matière de metal sont très variés, selon l'humeur, allant de l'AOR au Death Metal en passant par beaucoup de Heavy classique, du Thrash et du Prog, sans oublier le Metal Sympho. Les albums que j'ai le plus usé sur ma platine sont incontestablement : Rust in Peace, de Megadeth, Painkiller, de Judas Priest, Seventh Son of a Seventh Son, d'Iron Maiden, Antichrist Superstar, de Marilyn Manson, Great Escape, de Seventh Wonder, The Divine Wings of Tragedy, de Symphony X, In Their Darkened Shrines, de Nile, Victory Songs, d'Ensiferum, 1614, d'Opera Diabolicus, At The Edge of Time, de Blind Guardian, Herzeleid, de Rammstein, Opus Eponymous, de Ghost, Seasons in the Abyss, de Slayer, Hell Destroyer, de Cage, Bent out of Shape, de Rainbow, Legendary Tales, de Rhapsody, Cruelty and the Beast, de Cradle of Filth, Battle Magic, de Bal-Sagoth, A Retrospective, d'Empyrium, The Fourth Legacy, de Kamelot, Horrorscope, d'Overkill, Panzer Division Marduk/Nightwing, de Marduk, et l'intégrale de Dio, d'Alice Cooper et d'Iced Earth ! Je déteste voir de brillants projets sombrer dans l'oubli et le split pur et simple, comme par exemple le sublime Slaves for Life d'Amaseffer, qui restera à mon avis fils unique à tout jamais. J'ai tenu un blog orienté metal, mais aussi BOF et films tout court. Mais il me manquait pour m'épanouir de rejoindre cette bande de fous que forment les Seigneurs du Chaos !
Ah oui, et comme vous l'avez remarqué, j'adore écrire long...
Herbert Al West - Réanimateur Recalé

Que serait la musique metal sans ces superbes artworks illustrant la pochette d’albums que l’on prend tant de plaisir à collectionner et qui parfois mettent sur un piédestal l’oeuvre qu’ils représentent ? Peut-on un seul instant imaginer Iron Maiden sans le travail de Derek Riggs ? Le culte voué au Rust in Peace de Megadeth n’est-il pas décuplé par l’art d’Ed Repka ? Qu’on l’apprécie où qu’on le déteste (on pense ici aux pochettes censurées de Cannibal Corpse), qu’il soit simpliste ou hermétique, l’artwork, en cette époque du tout numérique et du téléchargement anonyme, a encore de beaux jours devant lui, notamment dans l’univers du metal, qui se montre particulièrement exigeant en la matière, bien plus que dans tous les autres styles musicaux, et suscite souvent le passage à l’acte d’achat.

Pour la sortie du nouvel album de Blut Aus Nord, Deus Salutis Meae, j’ai eu l’occasion d’interviewer Anna Levytska, artiste ukrainienne (Kiev) chargée de la conception de cet étrange et fascinant visuel.

 

Bonjour Anna. Tout d’abord, merci beaucoup d’avoir bien voulu répondre aux questions que soulève ton travail pour le nouvel album de Blut Aus Nord. Pourrais-tu en quelques mots te présenter à nos lecteurs ?

Merci beaucoup. Mon nom est Anna Levytska. Je suis une jeune et ambitieuse artiste œuvrant dans l’univers du surréalisme sombre. Tout ce que je crée est empli d’émotions fortes, sensitives, qui viennent de mes visions les plus profondes et de mon inconscient. La plupart de mes œuvres sont issues d’une technique graphique traditionnelle. Avec une certaine expression unique, intuitive et visionnaire.

Dans quelles circonstances as-tu été approchée pour réaliser l’artwork du nouvel album de Blut Aus Nord ?

Le groupe a trouvé dans mon art un reflet du concept et de la philosophie de ses propres créations. Et de mon côté, j’ai toujours adoré et été inspirée par la musique de Blut Aus Nord. Les choses sont arrivées comme elles devaient se passer.

Est-ce que c’était ta première expérience dans l’univers de la réalisation de pochettes d’albums metal ?

Oui, c’est ma première expérience de coopération avec un tel grand projet musical. C’est un bel accomplissement dans ma carrière artistique, qui apporte son flot d’énergies et d’idées. J’ai toujours eu la conviction que musique et art avançaient de concert. La première chose que les gens remarquent à la sortie d’un nouvel album, c’est le visuel de la pochette. Et quand ce dernier est réussi, il capte le regard, touche l’esprit, reflète le sens et l’atmosphère de l’album avant même que l’auditeur ne l’écoute.

Quelle technique utilises-tu en général et quelle approche as-tu spécialement choisi pour aborder ce travail ?

Je travaille selon une technique graphique monochrome, et mes œuvres d’art surréalistes et parfois macabres sont toujours saturées de spiritualité et de mouvement. Sur ce projet, j’ai essayé de découvrir les sentiments les plus profonds de la douleur et le message inexprimé du désespoir. Les éléments noir et blanc et les effets miroirs fusionnent puis forment une symétrie éthérée, l’ambivalence. Les nuances minimalistes de lumière se transforment en obscurité et participent à une nouvelle évolution. La partie principale est faite au stylo et à l’encre – chaque ligne venant du cœur. L’autre partie du travail, numérique, a été faite juste pour mettre l’accent sur un aspect particulier de l’oeuvre.

As-tu été libre de créer ou une direction précise a t-elle été imposée ?

Oui, Vindsval m’a laissé une totale liberté dans mon processus de création. Le style unique et l’esthétique mystérieuse baignant mon travail ont convaincu que l’art et le design seraient aussi sombres et atmosphériques que ce qui était attendu.

Quel est le sens de cette oeuvre impressionnante et quelles ont été tes inspirations ? Selon moi, on peut voir un réel parallèle entre les thématiques de l’album et ton propre travail, notamment le concept Jungien de la metanoïa, l’entière transformation d’une personne, comme un papillon qui sort de sa chrysalide, ex tenebrae lucis.

Cet artwork est très spécial pour moi. Pas seulement à cause de la collaboration avec Blut Aus Nord, mais aussi parce qu’il a touché les recoins les plus sombres de mon esprit et de mon âme. Mélange de spirituel, d’éléments éthérés et en mouvement, avec l’accent porté sur des formations monumentales. Message tacite à travers une expression visionnaire, une pincée de sentiments intérieurs, tous deux naviguant entre conscience et inconscience. La transformation, qui est source de douleur, le bourdonnement de la lumière et de l’obscurité qui tourbillonnent de conserve autour de l’âme au seuil de son éveil. Les éclaboussures de lumière du moi intérieur qui brisent le corps. Rien d’autre ne subsiste, hormis le silence d’un cri inexprimé.

Sur ces mots se termine l’interview, en un bienvenu fondu au noir, laissant à chacun le soin de percer plus avant les mystères de cette oeuvre, à laquelle l’artiste a choisi de ne pas donner de nom…

 

Facebook

Site Officiel

 

Interview réalisée le vendredi 13 octobre 2017 par Herbert al West pour Lords of Chaos

 

Et pour les anglophones intéressés par cet échange / And for the English speakers interested by this exchange :

 

What would be music metal without these amazing artworks illustrating the dress handkerchief of albums that we take so much pleasure to collect and which sometimes put on a pedestal the work which they represent ? Can we a single moment imagine Iron Maiden without the work of Derek Riggs ? Is not the cult dedicated to the Megadeth’s Rust in Peace multiplied tenfold by the art of Ed Repka ? That we appreciate it wherever we hate it (we think here of Cannibal Corpse dress handkerchiefs censored), that he is simplistic or hermetic, the artwork, in this time of the all-digital and the anonymous download, still has beautiful days in front of him, in particular in the universe of the metal, which shows itself particularly demanding on the subject, much more than in all other musical styles, and often arouses the acting out of purchase. 

For the release of the new Blut Aus Nord album, Deus Salutis Meae, I had the opportunity to interview Anna Levytska, Ukrainian artist (Kiev), responsible for the design of this strange and fascinating picture.

 

Hello Anna. Firstly, thank you very much to be willing to answer the questions which arouses your work on the new Blut Aus Nord album. In a few words – or many if you want -, could you appear ?

Greetings. My name is Anna, I am young and ambitious artist of dark surrealism. Everything I create is filled with a strong emotions and senses, which are coming from the deepest sights and unconsciousness. Most of the artworks made in traditional graphic technique. With some unique, intuitive and visionary expression.

In what circumstances were you approached to realize the artwork of the new Blut Aus Nord album ?

The band has found that my art reflects the concept and philosophy of their own creations. And from my side, I really adore, and always inspired by Blut Aus Nord music. The things had come to pass as it should be.

Is that your first experience in this world of making metal albums artworks ?

Yes, it’s my first experience of cooperation with such great music project. This is a honorable achievement in my art-career, that brought so much energy and ideas. I always knew that music and art would work together. The first thing people notice while looking for some new music – is cover art. And when it’s done right – it catch the eye, touch the soul, reflects the sense and atmosphere of the album before the listener will hear that.

What technique do you use generally and which was your approach to realize especially this work ?

I work in monochrome graphic technique, surreal and sometimes macabre artworks are always saturated with spirituality and movement. In this work, I tried to uncover the deepest feelings of pain and desperate unspoken message. Black&white elements and reflections are merging and forming ethereal symmetry and ambivalence. Minimalistic shades of light turning into darkness, and changing back. The main part is made by pen and ink – every line had come from the heart. The other, digital, part of work was done just to create an accent on an artwork.

Were you free to create or a precise direction was imposed ?

Yes, Vindsval gave me total freedom in the creative process. The unique style and arcane aesthetics in everything I made, convince that all of the art and design will be as much dark and atmospheric as it should be.

What is the meaning of this impressive work and which were your inspirations ? From my own point of view, I can see a real parallelism between the thematics of the album and your own work, including the Jungian concept of metanoïa, the complete transformation of a person, as a butterfly going out of its chrysalis, ex tenebrae lucis.Your artwork is, according to my modest analysis, in total adequation about the Jungian metanoïa concept developped

This artwork is very special for me. Not only because of a collaboration with Blut Aus Nord, but it also touched the deepest sides of my own mind and soul. Spiritual, ethereal elements and movements, with the main focus on a monumental formations. Unspoken message through a visionary expression. A touch of inner senses , both consciousness and unconsciousness. Transformation, that cause the pain, whirr of light and darkness around the just awakened soul are swirling.. Splashes of light from the inner self breaking the body. Nothing else left but silent unspoken scream.

On these words ends the interview, in a welcome fade to black, leaving to each the care of leaking out more before the mysteries of this work, to which the artist chose not to give a name….

Interview realized on Friday, October 13th, 2017, by Herbert al West for Lords of Chaos.

Facebook

Site Officiel

.

 

Share This:

A propos Herbert Al West - Réanimateur Recalé
Grand amateur de films d'horreur et de musiques de films, j'ai découvert le monde du metal par ce biais là. D'abord de façon presque subliminale en découvrant, jeune adolescent impressionnable, le clip d'Alice Cooper réalisé pour Vendredi 13, Chapitre VI (la chanson He's Back, The Man Behind The Mask). Mais c'est surtout le visionnage du film Shocker (Wes Craven, 1989) et sa formidable bande son qui me firent basculer du côté obscur. J'ai donc commencé par Alice Cooper, Kiss, Megadeth, Bonfire et pas mal d'autres. Mes goûts en matière de metal sont très variés, selon l'humeur, allant de l'AOR au Death Metal en passant par beaucoup de Heavy classique, du Thrash et du Prog, sans oublier le Metal Sympho. Les albums que j'ai le plus usé sur ma platine sont incontestablement : Rust in Peace, de Megadeth, Painkiller, de Judas Priest, Seventh Son of a Seventh Son, d'Iron Maiden, Antichrist Superstar, de Marilyn Manson, Great Escape, de Seventh Wonder, The Divine Wings of Tragedy, de Symphony X, In Their Darkened Shrines, de Nile, Victory Songs, d'Ensiferum, 1614, d'Opera Diabolicus, At The Edge of Time, de Blind Guardian, Herzeleid, de Rammstein, Opus Eponymous, de Ghost, Seasons in the Abyss, de Slayer, Hell Destroyer, de Cage, Bent out of Shape, de Rainbow, Legendary Tales, de Rhapsody, Cruelty and the Beast, de Cradle of Filth, Battle Magic, de Bal-Sagoth, A Retrospective, d'Empyrium, The Fourth Legacy, de Kamelot, Horrorscope, d'Overkill, Panzer Division Marduk/Nightwing, de Marduk, et l'intégrale de Dio, d'Alice Cooper et d'Iced Earth ! Je déteste voir de brillants projets sombrer dans l'oubli et le split pur et simple, comme par exemple le sublime Slaves for Life d'Amaseffer, qui restera à mon avis fils unique à tout jamais. J'ai tenu un blog orienté metal, mais aussi BOF et films tout court. Mais il me manquait pour m'épanouir de rejoindre cette bande de fous que forment les Seigneurs du Chaos ! Ah oui, et comme vous l'avez remarqué, j'adore écrire long...

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. [Chronique] BLUT AUS NORD – Deus Salutis Meae | Lords Of Chaos Webzine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*