Sunset Symphony UK Tour – Aonia +Alwaid + Lost Effect & supports

Arvana De Ségalas

Partir en tournée avec un groupe, même juste quelques jours, ce n’est pas donné à tout le monde. Mais croyez-moi, c’est une expérience à vivre au moins une fois dans sa vie. Surtout quand on part dans une région de l’Angleterre aussi accueillante, chaleureuse (par sa population, non par son climat, même en cette fin de mois de mai), et verdoyante que le Yorkshire. 5 jours là-bas, entourée d’amis musiciens, ça redonne la pêche.

Mais pourquoi, me demanderez-vous ? C’est tout simple. Alwaid (Facebook –  site Web – chronique album par BHL ), le groupe dont je suis la  roadie / assistante / responsable merch » lors des concerts a été invité à partager l’affiche du Sunset Symphony Tour du groupe AoniaFacebook –  site Web) avec également Lost Effect (Facebook – Reverbnation ) en « special guest ». Deux groupes que j’ai eu l’occasion de rencontrer en novembre dernier, lors du Valkyrian Fest, organisé par Nico Solheim-Davidson à Bridlington (Yorkshire, UK). Nico, qui a d’ailleurs depuis lors monté sa petite association d’organisation de concerts et de booking : Northern Wynter Music, et organise de ce fait un nouveau festival metal en avril 2016 : le Northern Symphony Festival, qui semblera être un événement récurent annuel.

Du coup, j’ai suivi les trois groupes pendant 5 jours, du 27 au 31 mai 2015, vivant au rythme des kilomètres d’asphalte bouffés par le minibus. Et oui, ce fut une merveilleuse expérience.

Je vais d’abord vous dresser un portrait d’Aonia. Cette formation sympho/prog de 7 membres a su gagner ses galons sur la scène anglaise, et commence à se faire un sérieux nom, de part son professionnalisme mais également pour la proximité et la disponibilité avec son public. Leur musique est un mélange de riffs puissants et de deux voix féminines soprano qui ne manquent pas non plus de « balls » (ce sont elles-même qui le disent!!!). Leurs influences vont de Iron Maiden à Nightwish, en passant par Helloween et Dream Theater. Autant de diversité qui fait que leurs compositions en sont imprégnées, tout en ayant leur propre esprit. Deux EPs sont déjà sortis, City of Shadows en 2011, et Sunchaser en 2014. Scéniquement, leur show est travaillé, les deux chanteuses s’éclipsent vers l’arrière de la scène pour laisser champ libre aux guitares lors des passages instrumentaux. Melissa, dès qu’elle le peut, monte sur l’estrade de la batterie et s’éclate histoire de donner le mouvement au public. Joanne la suit la majeure partie du temps, ou va embêter Tim (claviers), caché derrière ses deux Korg imposants. Ce dernier a d’ailleurs une forte expérience de 20 ans de scène avant d’avoir intégré Aonia. Bref, un groupe à voir et à écouter. Ils seront dans le Nord de la France (Lille) en Belgique (Roeselare & Anvers) et aux Pays-Bas (Breda) fin juillet pour la seconde partie du Sunset Symphony Tour. Si vous êtes proches de ces lieux, n’hésitez pas à venir les supporter !

Second groupe anglais de la tournée, Lost Effect. Ce quintet originaire de York/Leeds, aux influences très mélodiques (Leaves’ Eyes, Lacuna Coil, Paramore) avec un duo « Beauty and the Beast » géré d’un main de main de maître par Emily et Dave (claviers). Ils ont sorti deux Eps également, Memoirs of a Stolen Soul (décembre 2009) et Embrace the Silence (janvier 2013). Musicalement, la fraîcheur et la hauteur de la voix d’Emily apaise les bêtes brutales qui sont derrières leurs cordes. Les riffs sont puissants, hargneux, la voix de Dave se fait oppressante, et la douce Emily sait calmer ses garçons avec sa voix qui s’envole dans les aigus pour des vocalises à vous coller des frissons dans tout le corps (croyez-moi, je suis bien placée pour le savoir!!). Scéniquement, ça bouge dans tous les sens, Dave lâche parfois son clavier et prend son micro afin d’accompagner Emily pour un dialogue enflammé, Steven (guitare) et Shaun (basse) ne sont pas en reste., ce sont de vraies piles électriques. J’ai hâte de pouvoir les voir en France, ils plairont beaucoup !!!

Troisième et dernier groupe… Ai-je vraiment besoin de le présenter ? Je pense que oui quand même. Alwaid est un groupe de metal mélodique à tendances Heavy, composé de 6 membres, originaire de Lille (59). Fondée en 2011, la formation a déjà une démo (2012) et un album, Lacus Somniorum (2014) à leur actif. Alwaid commence à se faire un nom solide sur la scène metal française, et commence déjà à repousser les frontières! Leurs influences vont de Epica à Candlemass en passant par Maiden et Metallica. Chaque membre apporte ses influences personnelles, ce qui fait que la musique d’Alwaid est riche en sonorités, tout en gardant la petite touche qui les différencie des autres. Sur scène, ça bouge, ça se taquine, une osmose se fait sentir entre Marie et ses ptits gars, osmose qui se communique parfaitement au public qui rentre dans l’univers des rêves et du fantastique créé par le groupe.

Mercredi 27 mai : après avoir traversé la Manche et une bonne partie de l’Angleterre, j’arrive à Hull, vers 16h. Déballage du matos, inspection du bar et de la scène. Le O’Riley a l’avantage d’avoir une scène immense, surélevée, avec une grande salle pouvant accueillir un large public. Public qui malheureusement n’était pas au rendez-vous… 19h30, le concert commence ! Le premier groupe à jouer est Teras (Facebook ), groupe de Thrash mâtiné de Black et de Doom… qui ne m’a pas laissé une excellente impression. Pour deux raisons principales : la première, on avait l’impression de voir des poteaux sur scène, la seconde, ça me cassait les oreilles tellement c’était gras et pas carré. Que ce soit vocalement ou instrumentalement… Bref je ne suis pas restée très longtemps devant la scène, au risque de perdre de l’acuité auditive.

Après cette entrée en matière assez « étrange », et suite au passage de Lost Effect qui a sacrément remonté le niveau du début de soirée, c’est Alice in Thunderland ( Facebook ) qui entre en piste. Un quartet très énergique, avec un Rock/Metal vitaminé juste ce qu’il faut. Kala, la chanteuse, a une voix éraillée à la Joan Jett qui a son charme et qui colle bien à la musique, elle a également une forte présence scénique et occupe bien l’espace disponible. Chris et Kev (guitare et basse) sont eux aussi très mobiles. Mais malgré tout ça, j’ai pas réussi à accrocher. Vous savez ce qu’on dit hein, les goûts et les couleurs…

On enchaîne par la suite avec Alwaid et Aonia, la soirée se termine vers 1h du matin, le temps de tout remballer… Il est temps d’aller faire dodo !

Jeudi 28 mai : Melissa d’Aonia nous avait réservé une petite surprise ce jour-là. Avant d’aller à Leicester pour le concert du soir, elle nous a emmené… visiter la Forêt de de Sherwood ! Moment bucolique de cette tournée, et prendre l’air pur pendant 2-3 heures a revigoré les esprits fatigués. Ensuite, direction Leicester et The Shed. Petit bar très cosy, scène plus petite que la veille mais très en hauteur et avec suffisamment d’espace pour laisser les groupes se mouvoir avec aisance. Un seul groupe en soutien ce soir-là, mais pas des moindres : Alpha State Facebook), quatre garçons dans le vent Hard-Rock / Heavy-Metal ! Un groupe avec du punch, des compos colorées, un chanteur avec une voix très envoûtante, et un charisme à en faire se pâmer plus d’une. Wayne est également très très mobile sur scène, alors que son micro reste la majeure partie du temps sur son pied, j’ai trouvé ça hyper agréable. Ses musiciens sont également très « pro », carrés comme il faut.

Un chouette prélude pour la soirée, malgré le peu de public présent (encore, mais en semaine, il fallait s’y attendre), qui s ‘enchaîne par la suite avec Lost Effect, Alwaid et Aonia ! Et à 1h du matin, on remballe et on part faire dodo, histoire d’être en forme pour la scène du vendredi, mais la fatigue commence à déjà se faire bien ressentir, la saleté…

Vendredi 29 mai : on quitte le Yorkshire, direction les Western Midlands, et la charmante petite ville de Dudley, près de Birmingham. Ce soir-là, c’est le Zombie Rock qui accueille la petite troupe. Le lieu est très agréable, mis à part sa scène très proche du sol mais spacieuse, il peut accueillir pas mal de personnes pour le public et est muni d’un graaaaaaaaaaaand comptoir pour le bar. La soirée est accompagnée du groupe de Power/Prog à chant féminin Dakesis (Facebook), qui je dois l’admettre, est un groupe au visuel qui attire le regard. La chanteuse avec ses longs cheveux bleus, la bassiste en rousse flamboyante (oui oui LA bassiste !! C’est tellement peu fréquent que je me dois de le signaler à chaque fois que j’en vois une), et une musique très vivante, malgré quelques petits couacs de justesse niveau vocal ou instrumental. Mais dans l’ensemble, le groupe est très sympa, musicalement ou humainement : j’ai eu l’occasion de déconner avec les deux filles du groupe lors d’une prise d’air nécessaire à la chasse de la fatigue cumulée.

La soirée continue, avec un peu plus de public que les deux jours précédents, ce qui a fait bien plaisir à tout le monde, avec les trois shows de Lost Effect, Alwaid et Aonia, toujours aussi bons. 1 heure du mat’, heure de repartir, encore une fois, vers un sommeil réparateur…

Samedi 30 mai : On va au Nord, direction Leeds, vers un petit lieu un peu en retrait du centre-ville, mais qui est très pittoresque. Le Temple of Boom est une salle de concert en cave, qui d’extérieur ne paie pas de mines, mais qui au final s’avère assez cosy une fois qu’on s’est habitué à y être. La scène, bien que très petite comparée à celles dont on avait le loisir d’avoir affaire, était suffisamment spacieuse pour avoir un minimum de jeu pour le show. Show qui démarre sur les chapeaux de roue avec Rugosa (Facebooksite web). Ce jeune groupe qui mélange symphonique et power avec, il faut le dire, pas mal de talent a su conquérir son public assez nombreux ce soir-là, pour le plus grand plaisir de tous (excepté Lost Effect, qui n’ont pas pu se produire pour cette date, mais c’était prévu dans le planning). Musicalement, le groupe est bon, les zikos carrés, rien à redire. Niveau voix, Anna en a une très jolie, un peu timide sur scène, elle a une légère tendance à restée cachée derrière son pied de micro, ce qui la rend très mignonne cela dit. Mignonnitude accentuée par son petit serre-tête rehaussé de deux petits bois de chevreuil, accessoire assez « hors-norme », mais qui a son petit charme. Elle maîtrise bien ses graves, comme on a pu le constater sur la repris d’Aerials de System of a Down, mais a encore pas mal de boulot à faire pour progresser dans ses aigus (Nemo de Nighwish nous en a donné la preuve). Leurs compos persos sont par contre bien écrites, en parfait harmonie avec le niveau de chacun. Le bassiste-growler a également une bonne voix, qui manque peut-être un peu de profondeur, mais qui passe bien pour une jeune formation qui commence à se produire sur les scènes locales.

On enchaîne ensuite avec les piles électriques de Sweet Exile (Facebook  – Soundcloud ) . Leur genre ? Difficile à définir, mais je peux vous dire que ça déménage. Lauren, avec ses longs cheveux blancs, son teint de poupée et son look presque sage, on ne s’attend pas à ce que sa voix soit si puissante, éraillée, et très « rock ». Quand je l’ai entendue sur le premier morceau du set, elle m’a fait penser à une chanteuse, mais plus moyen de savoir laquelle… Et ça me turlupine cette histoire !! Toujours concernant l’aspect vocal, je pense que Lauren n’est pas à son potentiel maximum, en travaillant un peu elle pourrait gagner en puissance. Niveau scène, ça envoie du lourd, comme les compos. Ca saute, ça bouge, ça communique sa bonne humeur. Les musiciens sont bons, j’ai entendu très peu de couacs. Bref, un groupe à découvrir pour les amateurs !

S’en suit Alwaid et Aonia pour clore la soirée, et ensuite il est temps de partir faire dodo…. pour le dernier soir de la tournée.

Dimanche 31 mai : Et là arrive le point noir de cette tournée. En effet, cette datte, prévue à la base lors d’un festival à Sheffield, a été annulée vendredi soir pour des raisons de contrat avec l’organisateur… (pour plus d’infos tout est expliqué ici – en anglais par contre : https://www.facebook.com/aoniauk/posts/840339099336542 ). Du coup, Nico a dû trouver une salle en urgence pour qu’on annule pas la date.. Et il a réussi ! Donc direction Selby, The Venue. Malheureusement, aucun groupe en support pour cette date du coup, juste Lost Effect, Alwaid et Aonia. Mais concert quand même génial, quelque chose d’intime, pour clôturer cette tournée, avec quelques fans de longue date des deux groupes anglais et quelques nouveaux fans d’Alwaid. Ce fut très chouette.

Aonia

Alwaid

Lost Effect

Cette tournée a été pour moi une semaine de dépaysement total, crevant au possible, mais tellement enrichissant !!! Je tiens à remercier Alwaid en priorité, car sans eux je n’aurais jamais participé à cette aventure, Aonia pour nous avoir invité sur leur tournée, et Nico pour avoir organisé tout ça d’une main de maître.

Share This:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *