[Report] POWERWOLF, Le Trabendo, Paris, 10/09/2015

Facebook

Avec un show initialement prévu à la Maroquinerie très rapidement sold-out et finalement délocalisé au Trabendo, plus spacieux mais sold-out tout aussi rapidement, la file est très longue devant la salle de la Villette! Il ne faut pas moins d’une demi-heure pour faire entrer tout le monde, et à mon arrivée dans la salle à 19h30 (heure de départ prévue du show) Xandria est déjà sur scène, ce qui, j’ai déjà eu l’occasion de le dénoncer, a le don de me mettre sur les nerfs.
Au-delà du manque de respect pour les artistes qui jouent devant une salle à peine remplie, il en va aussi du respect des fans qui ne peuvent apprécier le show dans son intégralité. C’est donc Xandria qui ouvre pour les loups. Les allemands sont de ces groupes que j’ai arrêté de suivre après leur énième changement de vocaliste. C’est donc sceptique que je traîne dans la salle cherchant par la même occasion la place la plus stratégique pour le reste de la soirée. Il faut dire que la salle du Trabendo est pour le moins atypique avec sa fosse en escaliers et sa mezzanine, sans parler des énormes piliers qu’il vaut mieux éviter d’avoir dans son champ de vision… Cependant, le groupe attire toute mon attention, leur nouvelle chanteuse est, en plus d’une excellente vocaliste, une véritable meneuse qui met une énorme ambiance parmi un public déjà très en forme. Alors qu’ils quittent la scène après un set que je trouve un peu court, on s’affaire déjà sur la scène pour le show d’Orden Ogan (l’éclectisme est de mise ce soir sur la scène du Trabendo). La recette est toujours la même pour Orden Ogan, simple et efficace. Même si au fil des années elle n’a jamais réussi à prendre avec moi, on ne peut nier un carton plein pour le public qui commence déjà à se répandre en pogos et refrains repris en choeur. Il est 21h et c’est au tour des tant attendus Powerwolf de monter sur scène. Le set s’ouvre bien évidemment sur « Blessed & Possessed » chanson-titre du dernier album. Bien que celui-ci ait reçu un accueil mitigé par les fans sous-prétexte que « au final, c’est toujours la même chose », il est indéniable que le rendu live est absolument excellent! Seulement quelques titres du dernier opus seront joués et la setlist fait la part belle aux incontournables du groupe « Resurrection by Erection », « Werewolves of Armenia » (définitivement mon morceau favori), « We Drink Your Blood » et bien évidemment « Sanctified with Dynamite ». Tout le long de l’heure 40 de concert, l’ambiance est torride, tant et si bien que les membres du groupe ont du mal à en revenir. Attila remercie à de nombreuses reprises le public en hasardant quelques mots de français chaque fois acclamés par la foule en délire. L’une des assistantes du groupe avoue elle aussi, lors d’une conversation surprise fortuitement à la fin du concert, que le public parisien aura été le meilleur depuis le début de la tournée. C’est donc confortée dans l’idée d’avoir vécu une soirée exceptionnelle que je quitte la salle en espérant recroiser les loups très vite sur la route…

 

Share This:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *