[Interview] TENTATION

Bernard-Henri Leviathan

Facebook

 

Destin, Headbanging et Kamoulox, il y a des mots qui ne trompent pas.  Il y a peu je découvrais l’EP de TENTATION, nouveau venu sur le territoire metallique français, dont vous retrouverez la chronique ici. Si j’aime le format EP pour la synthèse et l’essence presque collector qu’il offre d’un groupe, il était temps d’en savoir un peu plus. TENTATION, l’interview, c’est cadeau !

Salut à vous, TENTATION, vous me voyez heureux de vous donner la parole. Pour ma part, j’ai déjà fait un peu connaissance avec vous lors de mes recherches pour chroniquer votre EP – sorti il y a maintenant plusieurs semaines – mais peut-être pourriez-vous commencer par vous présenter (certains de nos lecteurs m’auront peut-être fait l’affront de ne pas lire ma super chronique… non, ils n’oseraient pas  quand même  !)  ?

Patrice: Salut ! Tout d’abord, merci pour ta chronique. Il me semble que c’est une des premières que l’on ait lues. Elle nous a vraiment fait plaisir. Pour répondre à ta question, nous sommes un groupe de Torreilles, petite ville des Pyrénées-Orientales, département proche de la frontière espagnole et de la Méditerranée. L’aventure a commencé en 2012, lorsque j’ai voulu reprendre mes activités musicales à la batterie après une longue pose. J’ ai donc enrôlé Guillaume Dousse à la guitare et Guillaume « Guix » Pastor au chant, deux jeunes avec qui je traînais lors des concerts de metal traditionnel donnés généralement en Espagne. C’est également avec cette même équipe que j’organise des concerts sous l’égide de l’association Pyrenean Metal. L’objectif était avant tout de se faire plaisir en se réunissant à l’occasion de répétitions. Il n’était nullement question, à l’époque, de se produire sur scène et de sortir un mini-album ! Les titres « Bruixes » et « Spectre de lumière » ont été composés sous cette formule. Nous avons alors voulu les enregistrer dans le but de faire un 45 tours. Entre temps, Laurent, un autre membre de l’équipe Pyrenean Metal et batteur d’ HÖLY GHÖZT, a intégré le groupe. En effet, les morceaux étant écrits par moi même, il n’était pas évident pour Guillaume «  Guix  » Pastor de les interpréter. J’ ai donc pris sa place au chant, Guix a donc récupéré la basse et Laurent s’est installé confortablement derrière les fûts. Le line-up actuel était né.

Vous pratiquez un style souvent qualifié de «  old-school  ». Comment définiriez-vous la philosophie derrière le groupe  ?

Patrice: Nous faisons du Heavy Metal français traditionnel. Le metal est une culture qui demande du temps et de la patience pour tout bien situer. Nous jouons la musique que nous et nos potes des Hordes Metalliques aimons écouter lors de nos soirées.

Laurent: En fait, on n’ essaye même pas de sonner comme ci ou comme ça, on joue simplement ce qui vient à l’ instant T avec notre ressenti, évitant de trop alambiquer les compositions et de se prendre la tête dessus car souvent l’ énergie primaire et les premiers rendus sont souvent ceux qui nous plaisent le plus. Après, étant tous de grands amateurs de Heavy trad, nos influences ressortent obligatoirement.

Revenons un peu en arrière jusqu’aux sessions d’enregistrements. Il me semble que vous vous êtes chargés vous-même des prises de son. Comment cela s’est-il passé  ? Avez-vous rencontré des difficultés particulières  ? Des doutes  ?

Laurent: A la base, nous ne devions en fait enregistrer que 2 titres pour un 45 tours . Le 1er line up avait déjà maquetté une version de « Bruixes » avec batterie électronique, simulateur d’ ampli, etc. Un mois après mon arrivée, nous avons continué dans ce sens pour le titre « Spectre de lumière » afin de finaliser le 45 tours. N’ étant vraiment pas satisfaits du résultat, j’ ai proposé alors de tout reprendre à zéro avec une optique d’enregistrement beaucoup plus classique et d’ y ajouter 2 ou 3 titres de plus pour sortir un Ep. On a laissé passer quelques mois pour finir de composer et nous avons investi l’ Art Ou Cochon, un studio/ local de répétition que je gére, avec Guix et moi-même aux manettes. Nous avons fait toutes les prises en 48h, en prise live à 3 hormis les parties vocales et en y ajoutant « Valhalla » qui ne devait pas figurer sur l’EP, mais comme il nous restait une paire d’ heures au studio à tuer, on s’est dit on le « pompe » et on verra bien. Puis, j’ai commencé les mixs, mais je n’ arrivais pas au résultat souhaité, j’ai donc contacté David Cochise Genet, un vieil ami avec qui j’ avais travaillé sur un projet il y a une vingtaine d’ années, pour avoir des conseils. Il a monté un super studio à Tucson en Arizona et a tout de suite pris les choses en main. Il a sû capter et faire ressortir l’ essence pure de notre musique tout en gardant un esprit ’80 dans le son qui nous tenait à coeur .

Guix  : C’est vrai que pour les enregistrements on était un peu aidé étant donné que Laurent et moi travaillons la dedans. Les seules difficultés on été les plantages du logiciel mais bon un enregistrement sans plantages n’est pas un bon enregistrement  !

On a eu le temps de voir venir les réactions quant à votre EP. Quels retours avez-vous reçus du public, de la presse  ?

Patrice: Nous sommes encore surpris des retombées. Ce style de Heavy Metal n’intéressait que très peu de français quelques années en arrière, du moins c’est ce que l’on pensait. Nos activités sur le net avec l’association prouvait difficilement le contraire. Nous avons donc été étonné de voir à quel point la presse française s’est passionnée pour notre disque. De même pour ceux qui se le sont procurés, beaucoup d’Allemands, ce qui nous semblait logique puisqu’ils ont toujours été fan de Heavy Metal français. A la réception du disque, beaucoup de personnes nous ont témoigné leur soutien et le plaisir qu’ils avaient à écouter un groupe qui leur faisait penser à l’esprit des années 80.

Laurent: Nous restons sincérement étonnés des retours, comme tout ce qui se passe au niveau du groupe en ce moment d’ ailleurs. Jamais nous n’ aurions pensé que la version limitée de l’Ep serait sold out en 72h, la version normale est quasi épuisée auprès d’Impious Desecration deux mois après la sortie. Nous remercions tous ceux qui nous ont témoigné leurs encouragements et leur soutien.

Guix : Je suis encore halluciné de la réaction positive du public, ça me fait extrêmement plaisir surtout que cet engouement ne touche pas que la France.. On a beaucoup de commandes qui sont parties en Europe et au-delà.

Et vous  ? Quel jugement portez-vous, après coup, sur votre réalisation  ?

Patrice: Nous adorons et le passons tout le temps lors des soirées. On n’a pas l’impression que c’est nous ah ah !

Laurent: Avec désormais quelques mois de recul depuis l’ enregistrement et le mix, il y a toujours des petites choses que j’ aurais voulu changer, mais globalement, je suis très content du travail effectué, surtout en si peu de temps. De toute façon le disque est désormais derrière nous, on le défend bec et ongles mais nous nous projetons sur le futur en attaquant un nouveau travail de composition.
Guix  : Quel enregistrement  ? Ahahah  ! Non franchement je suis très content du travail produit et comme nous a dit Laurent au début de l’enregistrement «  Dans 10 ans on réécoutera ça et on pourra dire qu’on a fait du super travail et qu’on pourra en être fiers ».

J’ai été sensible à l’artwork, qui m’a rappelé certaines scènes de films horrifiques, voire les clips de NOTRE DAME. Pouvez-vous en toucher deux mots  (Je ne tiens plus mon collègue Blackdog qui, derrière mon épaule, trépigne comme un hyperactif. «  Parle des seins, vas-y hé, parle des nichons  » me souffle-t-il.)  ?

Patrice: Je travaille beaucoup à l’intuition et à l’instinct et j’ ai eu un flash en visualisant une femme devant un miroir tenant un chapelet afin de prier pour se débarrasser de la tentation du diable qui se reflétait derrière elle. Mylène, une amie et une artiste de grand talent, a retranscrit cette vision avec Charlène, le modèle. Nous savons que l’absence des tétons en déstabilise plus d’un. En fait, la raison est simple et ceux qui fréquentent le forum des Hordes Metalliques la connaissent déjà.

Guix  : Je veux juste préciser une chose… On a pu voir la pochette qu’une fois le travail fini et une fois la validation de Patrice car il nous a interdit de la voir ou même d’essayer d’avoir des infos. Il nous a juste dit «  j’ai rêvé de cette pochette et il y aura une femme, un diable et un miroir  mais je n’en dis pas plus, vous verrez une fois fini»… Il a fait son dictateur mais il a eu raison car le travail est superbe.

Pour distribuer ce disque, vous avez signé 2 deals distincts. Comment cela s’est-il fait ? A-t-il été évident pour vous d’intéresser les labels  ?

Patrice: Nous travaillons en réseau depuis presque 10 ans avec Pyrenean Metal et connaissons plutôt bien les acteurs du milieu traditionnel. J’ ai rencontré Olivier de Impious Desecration Records lors d’un concert vers Poitiers. Le feeling est de suite passé et il a accepté sans hésiter de co-produire avec le groupe la version vinyl. Fabien (Infernö Records), c’est une connaissance de longue date. Un type ultra passionné et ultra pro dans sa démarche. Il y a 10 ans, il était déjà partenaire de nos concerts organisés par l’association. Nous ayant déjà montré son intérêt lors de la sortie de la toute première version des « Bruixes » en 2013, il a été plus que motivé d’assurer la sortie en K7 et CD.

Laurent: On va t’ avouer que le démarchage auprès des labels a été très succinct, on a juste fait tourner 2 titres pré-mixés auprès de quelques connaissances du milieu pour avoir un avis sur notre musique, les signatures se sont faites en 3, 4 jours auprès d’ Olivier et Fabien qui ont montré un grand enthousiasme à notre projet.

Ma principale critique négative quant à l’EP concerne le titre «  Temps de Prière  ». J’imagine que vous ne partagez pas cet avis puisque vous avez sélectionné ce morceau pour l’EP et qu’une chanson composée, c’est toujours un peu comme un bébé. La difficulté principale que je rencontre en chroniquant un disque est de balancer un argumentaire sans toujours avoir de possibilité de discussion avec le groupe. Pourriez-vous me faire un retour sur cette critique  ?

Patrice: Tous les morceaux ne se ressemblent pas et ce n’est pas évident d’avoir le recul nécessaire au moment de la composition. Je pense que ta critique est juste, on aurait peut-être pu le rendre moins répétitif, surtout le refrain. Mais le riff principal reste tout de même bien accrocheur et nous suffit pour headbanger !

Laurent: Perso, je l’aime beaucoup ce titre, mais cela fait partie du jeu. Chaque membre du groupe a son morceau favori et aucun n’est en commun. Même si nous y mettons la même énergie, la même intention, cela dépend des sensibilités, du moment, etc. Après, ce n’est pas évident de composer que des titres forts, même si je ne considère pas  » Temps de prière » comme un titre de remplissage car il ne sera jamais question de ça chez TENTATION.

Guix  : Au bûcher sorciere  !!! Je suis du même avis que Laurent et sans les critiques négatives nous ne pourrions pas avancer car cela nous permet de reflechir sur certains plans et éviter les doublons dans les riffs ou dans les plans musicaux.

On trouve bon nombre d’influences, notamment de l’héritage Hard français, dans votre musique (la reprise de H-BOMB en dit long). La scène évolue mais elle reste fort fournie en France. Pourriez-vous nous parler de votre top 5 des groupes actuels français, ceux qui vous touchent  le plus ?

Patrice: Le fait que l’on nous compare a des grands groupes tels SORTILEGE ou H-BOMB nous étonne encore beaucoup et on ne pense pas que ce soit justifié ! Nous sommes un petit groupe d’amateurs qui n’a aucune prétention de devenir pro. Nous affectionnons particulièrement la scène bretonne avec ses groupes tels que HERZEL, HEXECUTOR, PERVERSIFIER, CADAVERIC FUMES et sommes liés par le sang au groupe IRON SLAUGHT de Tarbes.

Laurent: Pour ma part, je rajouterais HÜRLEMENT aussi, c’est un super groupe live. HEXECUTOR, on espère les faire venir chez nous rapidement. Pour HERZEL, leur démo est très prometteuse et en plus, ce sont de sacrés bons gars, il me tarde d’ avoir d’autres titres à écouter. Quant à IRON SLAUGHT, hormis l’amitié sincère (et la pompadère spirit) qui nous unit, leur EP à venir chez Legion of death est, pour moi, la meilleure sortie de l’année 2015 jusqu’à présent, tout style confondu, ni plus, ni moins. Etant également un gros fan du chant de Joe Amore, j’attends beaucoup de son nouveau projet THE OBLIVION.

Guix  : Je pense que tout a été dit, quoique.. Après avoir parlé de la Bretagne je rajouterais trois groupes grenoblois qui sont LONEWOLF, ELVENSTORM et ELECTRIC SHOK qui sont, pour moi, trois excellents groupes qui méritent leur place dans ce Top 5 (bon ok 5 groupes, c’est impossible !).

Tournons-nous vers l’étape suivante  : défendre l’EP sur les planches. Quels sont vos projets immédiats et à venir  ?

Patrice: Une date à Rennes début 2016. Nous souhaitons jouer devant un public qui transpire la bière, la sueur et le hard. Un public qui est là uniquement pour partager un bon moment avec leurs potes et écouter la musique pour laquelle il sacrifie beaucoup de choses. Pas un public venu pour juger des capacités techniques des musiciens ou de la qualité du son.

Lords Of Chaos est un webzine étalé sur tout le territoire français mais, personnellement, étant situé à environ 1200 km de chez vous, j’ai du mal à me rendre compte  : la scène Metal underground nordiste est très fourmillante, comment cela se passe-t-il au Pays Catalan  ? Y a-t-il un gros vivier de groupes  ? De structures d’accueil  ? Comment évoluez-vous au sein de cette scène  ?

Patrice: Ici, en Languedoc-Roussillon on a quelques possibilités grâce au boulot de Toulouse Crust (Toulouse) et du Secret Place (Montpellier) et surtout grâce à notre proximité avec les Espagnols qui sont, il faut l’admettre, bien plus traditionalistes que les Français.

Laurent : Niveau heavy, c’est quasi mort, bien qu’il y ait quelques combos avec mon autre projet HÖLY GHÖZT, PREPARATION H, MYSTR. Ca bouge plus niveau Death metal (MORS ULTIMA, ANTROPOFAGO).

Guix  : Effectivement, chez nous en Pays Catalan nous n’avons pas une flopée de groupes et malheureusement nous n’avons pas non plus de structures d’accueil pour les faire jouer (enfin très très peu et Patrice les cite plus haut). Avant TENTATION, avec Guillaume, nous avions un groupe de Heavy “OCD” mais malheureusement nous avons du arrêter le projet il y a plus d’un an.

En dehors de la musique, quelles sont vos propres tentations  ?

Patrice : la famille, les films d’horreur, la bière et le pinard.
Laurent: les amis, le graphisme, les tattoos, la bière.
Guix  : La famille, les copains, la bière (ça fait groupe d’alcooliques).

S’il ne fallait choisir qu’un mot pour clore cette interview  ?

Patrice: Destin.
Laurent: headbanging
Guix  : Kamoulox

Qu’est-ce que je vous disais !

 

Share This:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *