[Chronique] WORSELDER – « Redshift »

Bernard-Henri Leviathan
Les derniers articles par Bernard-Henri Leviathan (tout voir)
Rating:

D’aussi loin que je me souvienne, l’histoire de Lords Of Chaos s’est construite en parallèle de celle d’Ellie Promotion. Ainsi, de nos jeunes années (comprendre ici vers 2015), nous nous souviendrons de ce beau projet commun qui portait le nom de « Take The Track ». L’idée était simple : éditer et promouvoir une compilation CD de 18 morceaux de groupes indépendants, entièrement gratuite pour eux ! Notre confrère Alain Duby de France Metal Museum en avait notamment fait une chronique ici.

Si je vous raconte cela, c’est parce qu’il était déjà question de WORSELDER à cette époque, puisque le titre « Home Of The Grave » issu de leur premier EP « MMXIV », apparaissait dans cette compilation. Ayant rejoint l’écurie Ellie Promotion depuis, WORSELDER a livré deux albums, l’un en 2017 et l’autre en début d’année 2023. C’est donc de ce dernier que je vais, avec quelques mois de retards, vous rendre compte.

Code red! Code red! Amies et amis des bonnes petites explosions auditives, qu’elles prennent une tournure Thrash ou Heavy, vous allez être servis car le propos de ces 5 Ariégeois est justement développé à la lisière de ces styles. Une fois la chronique publiée, je rangerai d’ailleurs sans doute ce « Redshift » entre les JUDAS PRIEST de l’ère Ripper, un bon POWERGOD acéré d’un côté et un musclé PANTERA ou, j’ose, un DEATH ANGEL de l’autre ! Une inspiration couvrant donc particulièrement les années 90 !

Il est alors question de riffs tranchants, assez modernes, dans lesquels les guitares de Jérémie Delattre et Yoric Oliveras chatouillent les graves sur les rythmes de batterie évolutifs de Michel Marcq, qui tape et soigne les ruptures, sans toutefois en faire de trop (et ça, de nos jours, ça fait du bien !). La basse de Yannick Fernandez a aussi son terrain d’expression dans le mix, d’où elle s’échappe à plusieurs reprises. Et au milieu de tous ces poilus, un autre atout particulier de la troupe porte le nom de Guillaume Granier. Derrière son micro, il pose son registre étendu de vocaux tantôt éructés et puissants, tantôt mélodiques, parfois growlés ou encore poussés dans les sphères de Maître Halford. Il est évident que porté par une voix comme celle-ci, le groupe peut aisément voyager d’une envie à une autre. Comme celles d’adjoindre des couplets très hargneux à des refrains mélodiques, de rompre les schémas avec des irruptions Death Metal, de créer la surprise avec une basse biberonnée au Funk (« Absurd Heroes »), de jouer sur la corde sensible le temps d’un solo à la wahwah façon Hammet (« Point Of Divergence »), d’effleurer l’alternatif naissant des années 90’s, de se déguiser en groupe de Doom démoniaque parce qu’il faut aussi penser à eux mais pas trop longtemps (« The Exoteric Forces ») et même de faire tourner ça façon Southern Stoner cinématique l’espace d’un interlude (« Insurgents (Part 1) »)…. Ca fait un paquet de bonnes idées !

La formule, bien qu’évolutive et foisonnante au sein même des morceaux, est toutefois très cohérente et compacte sur la durée du disque. Je regretterais même presque que les titres ne soient pas davantage marqués les uns vis-à-vis des autres par une identité plus distinguable. Ceci n’enlève cependant en rien la qualité de cet album. 

Loin d’être aseptisé, avec un rendu même assez live et organique, le produit sonore mouliné par Bruno Varéa (Blut Aus Nord, Acod, Blazing War Machine, …) porte ces 9 titres sur le champ de la netteté et de la puissance. Tout y est ici bien équilibré et j’ai même envie de pointer le travail sympathique du panage des guitares.

Avec cette épaisseur comme fil rouge, cette lourdeur king size, et ce potentiel de conquérant pour ses interprétations en concert, « Redshift » c’est comme si c’était un disque américain !

C’est ça ! Acheter WORSELDER, c’est un peu revendiquer le droit d’avoir un bout d’Amérique chez soi, tout en consommant local !

J’ai toujours dit que je serais bon dans les réunions de conception des punch lines.

 

Site officiel de Worselder

Bandcamp 

 

Share This:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *