[Chronique] Grey Attack – Grey Attack

Rating:

⇒Website⇐

https://youtu.be/5VKoSd-QDCM

Une bio entièrement rédigée en allemand : voila qui commence bien moi qui comprends rien à la langue de Goethe. Bon ok j’ai quelques bases mais elles sont succinctes et se bornent à des expressions un tantinet fleuries donc…. Oublions mes capacités en matière de langage quelque peu imagé.

1ere approche du groupe : leur clip Black Rose. Mais que vois-je ? Une chemise country et une Rickenbaker ! Réaction directe de mon cortex qui m’envoie l’info suivante : un bassiste avec des gouts vestimentaires aussi sûrs et une pareille basse ne peut avoir qu’un très bon fond donc vas y ! Ecoute z’y donc  nandidiou ! »

Bah oui je sais être éclectique à mes heures : j’offre à mes ravissantes esgourdes autre chose que du metal….

Alors ça donne quoi cet album éponyme ?

Tout d’abords ya du GROS son.  Ca t’en fous plein les oreilles dès le début. La prod est léchée, bien puissante et d’une propreté à faire pâlir monsieur Propre. Comment on dit ça en allemand au fait ?

En fait c’est tellement nikel que je vais me la jouer pénible et dire que j’aime beaucoup parce que oui ça fait du bien mais au final ça sent trop le savon et pas assez la sueur, la bière et le whisky frelaté. C’est efficace, chirurgical et hyper mélodique mais du coup ça en devient gentillet. Et pourtant, je le répète, ça passe plus que bien.

La patte allemande est bien là. Au début, avant même de savoir d’où ils étaient originaires j’ai cru y voir des compatriotes de Shakra et Gotthard. Ca sonne comme celle de nos amis helvètes. La suisse et l’Allemagne ça se touche non ?!

A l’écoute de « Take me home » je ne peux m’empêcher d’établir un parallèle avec Scorpions , tant au niveau de la voix que de la compo : ya ce graillon si plaisant à mes tympans.

Je laisse défiler et ça passe comme une bonne bière fraîche un jour de canicule : c’est gouleyant et ça fait du bien. U petit côté fm bien maîtrisé et non caricatural qui peut  aussi  faire penser à du Jeff Scott Soto. Heavy, mélodique, parfois pêchu tout en y intégrant une légère langueur qui bascule sur une ballade efficace comme sur « I’ll be there ».

Le petit plus qui me ravit : un son de basse assez en relief et qui se distingue sans efforts. Du coup l’ensemble est homogène et aucun des zicos n’est lésé.

Une petite touche de rock avec  « First try in second life », une intro de basse et un son plus lourd sur « Into the future » et on clôture par  « Over the rainbow » et son refrain hyper efficace.

Au final « Grey attack » n’est pas innovant puisqu’il utilise des codes qui ont fait leurs preuves depuis longtemps mais il fait mouche sans la moindre hésitation et ce, même après plusieurs écoutes. Malgré une construction musicale identique sur  tous le titres, force est de reconnaître que tout est réuni pour que ce 1er album donne l’envie d’en attendre un 2nd.

Share This:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *