[Chronique] EMMA-O – Mechanical

Rating:

emma o coverLe clip!

Facebook

Bandcamp

Il y a dans la scène metal des musiciens actifs, très actifs et qui n’ont pas peur de se confronter à la pénurie des ventes de disques, ni à la difficulté de se produire sur scène.
Dans Emma-O nous trouvons au moins trois d’entre eux, deux sont issus du groupe Fake Messiah à savoir Valentin à la basse et Audrey au chant et à la (3ème) guitare.
On notera au passage qu’Audrey vient aussi de rejoindre les rangs des expéditifs NOEIN.

Puisqu’Audrey tient la 3ème guitare, c’est bien qu’il y en a deux autres, celles de Phil et Eddy.
Par là-dessus il nous manque un batteur et là, je vous le donne dans le mille, qui trouvons-nous là ? Franky Costanza qui nous sort de Dagoba et Blazing War Machine (et……), comme s’il manquait encore d’occupation.

C’est bien là que ma curiosité se trouve titillée puisque nous avons un batteur qui a une frappe très caractéristique, pas le plus rapide du monde mais c’est un musicien qui n’a plus rien à prouver et qui a un son bien à lui.
D’autre part, la manière de chanter d’Audrey est aussi très caractéristique. Elle divisera de manière assez radicale ceux qui apprécient ou non mais on reconnait rapidement son growl extrêmement clair et intelligible.

Nous avons donc deux données de fond très importantes car à l’écoute, je vous le confirme, vous ne pouvez, lorsque vous connaissez les groupes des protagonistes, vous empêcher de reconnaitre la frappe de Dagoba et la voix de Fake Messiah.
Soyons franc, à la première écoute je me suis demandé si ce projet ne ressemblait pas un peu à un Fake Messiah upgradé d’un invité de marque.
Et pour répondre à ça, je vais le faire puisque je suis certain que c’est ce qu’on leur objecte régulièrement, non !

Non car si Emma-O et Fake Messiah sont sur un style death tous les deux, ils n’ont pas la même composition.
Emma-O se tourne vers quelque chose de beaucoup plus ambiancé, je ne dirais pas jusqu’à symphonique pour ne pas générer de mauvaise interprétation, là où Fake Messiah à un propos plus metal et des compositions plus indépendantes.
Ma conclusion rapide sur le sujet sera donc qu’au vu du chant très typé d’Audrey et du style de base des deux groupes, les fans visés seront globalement les mêmes.
Si l’on ajoute à cela que Franky était ici musicien de session et qu’il n’a pas prévu de tourner expressément avec le groupe (Cf interview de Franky pour Blazing War Machine dans nos pages), on peut imaginer autant de possibilités scéniques et d’interactions que l’on veut (un peu comme Sup et Supuration, Loudblast et Clearcut et j’en passe).

Sur l’album en lui-même on notera la qualité d’ensemble, des parties instrumentales intéressantes, des progressions soignées et le mix efficace de Tue Madsen (on ne retombe pas loin de Dagoba avec ça).

A titre exceptionnel, je me suis demandé ce que les autres chroniqueurs d’autres média avaient pu percevoir de cet album et je me suis rapidement rendu compte que la critique ne s’était pas beaucoup penchée dessus.

Cela confirme mon impression, Emma-O se perçoit comme un concept, comme une intention et on ne peut s’empêcher de se demander où ils veulent aller, ni le groupe ni l’album ne donne une impression d’être à son plein potentiel ni même être un projet totalement défini.

C’est en conclusion un groupe qu’il parait intéressant d’aborder comme quelque chose à suivre plutôt que comme un projet acquis, j’avoue qu’en tant que chroniqueur ce mélange d’évidences et d’inconnues suscite ma totale curiosité sur l’avenir…

Share This:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *