[Chronique] DEMOLITION HAMMER – Tortured Existence

Mike Elektrökuthör
Rating:

24961_demolition_hammer_tortured_existence Facebook

1990. Le Thrash vit ses dernières heures de gloire. SLAYER a « tué » le genre en lâchant « Seasons In The Abyss » qui est la parfaite combinaison entre « Reign In Blood » et « South Of Heaven ». Le cocktail parfait qui mélange aisément la violence du premier et l’ambiance du second pour un résultat qui ne sera jamais égalé. METALLICA a déserté et s’apprête à trahir ses fans avec le « Black Album » qui n’a rien d’autre à proposer que du Heavy taillé pour le top 50 (traîtres). Il reste bien quelques irréductibles pour tenter de survivre (DARK ANGEL, OVERKILL, EXODUS, MEGADETH, SODOM, KREATOR…) mais le combat est perdu d’avance. Le Thrash ne peut plus lutter face à un Death Metal qui dévaste tout sur son passage et la Floride est le premier bastion à tomber face aux assauts infernaux de DEATH, MORBID ANGEL, CANNIBAL CORPSE, DEICIDE, OBITUARY… L’Etat de New York, terre d’ANTHRAX, OVERKILL et NUCLEAR ASSAULT, commence à céder du terrain à des groupes comme SUFFOCATION, IMMOLATION et INCANTATION qui n’en sont qu’à leurs premiers balbutiements mais qui parviennent tout de même à renverser la tendance. Et c’est au milieu de ces affronts que DEMOLITION HAMMER apparait, bien décidé à en découdre et à s’extraire de la masse.

Pour ce faire, le groupe utilise plusieurs armes. Tout d’abord, un Thrash ultra bourrin qui n’hésite pas à emprunter quelques atouts au Death Metal. Et ensuite, pour donner un rendu bien pêchu, DEMILITION HAMMER se paye les services de Scott Burns (célèbre pour son travail avec les plus grands noms du Death).« Tortured Existence » est violent. Dans un style proche de SADUS, grâce aux vocaux de Steve Reynolds qui utilise un timbre proche de Darren Travis, le combo balance ses riffs avec la douceur d’un astéroïde lancé à pleine vitesse et avec une précision incroyable. La finesse est carrément exclue de ce disque, ça bombarde sec tout en étant groovy dans les parties solos. Pourtant, dans tout ce foutoir, il y a un nom à retenir, UN seul : Vinny Daze!! En plus d’être tatoueur, ce mec est une sorte de Gene Hoglan en puissance !! Sa frappe et sa précision ont largement de quoi faire pâlir de jalousie les batteurs en herbe. Son gout immodéré pour la double permet de donner à la musique du groupe un coup de boost surtout dans les parties mid tempo, qui semblent plus bourrines que les parties rapides. Le bonhomme montrera vraiment tout son talent dans le second opus de DEMOLITION HAMMER « Epidemic Of Violence », qui porte très bien son nom.Sans être vraiment original (SADUS et SEPULTURA ont déjà pondu un Thrash similaire en lorgnant sur le Death), le combo tire son épingle du jeu avec des titres comme « 44 Caliber Brain Surgery », « Neanderthal », « Cataclysm », « Infectious Hospital Waste » (qui bénéficie d’un clip si je me souviens bien) et « Mercenary Agression » où le groupe nous envoie des rafales de riffs rapides et meurtriers. Ainsi nous avons là, la volonté d’un groupe qui veut prouver que le Thrash en a encore sous le coude et que le genre peut encore perdurer. C’est par cette violence et cette vitesse que DEMOLITION HAMMER marquera les années 90 et sera hissé au rang de groupe culte d’une époque où tout allait être chamboulé avec la montée du Death Metal, mais aussi du Grunge… Côté production, le travail de Scott Burns permet de vraiment ressentir toute la rage contenue dans les 9 titres du disque. Le son est assez épais pour le genre pratiqué mais on s’y fait assez rapidement et plusieurs écoutes permettent de distinguer les petites subtilités que le groupe a éparpillées par-ci par-là (si si je vous jure qu’il y en a). Malgré ce rendu massif qui pourrait sembler étouffant, on trouve aisément ses repères car le tout reste assez copieux même si ce tabassage des conduits auditifs reste purement gratuit.

Un très bon disque à découvrir absolument pour les mordus de l’évolution (logique) du Thrash. A noter que pour un premier album, le groupe s’en sort avec les honneurs, ce qui est assez rare pour être souligné.Contrairement à ce que l’on serait tenté de croire, DEMOLITION HAMMER n’a pas tout dit dans cet album. Leur second opus sera dans la même lignée mais encore plus exquis !!

Share This: