[Report] LURKING , KORTEX, NEEDLE SHARP – Paris 09 mai 2017

Blackdog

Blackdog

Fétichiste des cheveux chez Lords Of Chaos Webzine
Je ne fais pas ce que je veux avec mes cheveux et c'est frustrant.
Blackdog

Le hasard fait bien les choses voyez-vous, ce mardi 09 mai se tenait une soirée au Candy Shop à Paris ( ex Gibus Café pour ceux qui connaissaient).
Cette dernière était organisée par JMD qui depuis des années permet à un paquet de groupes de la sphère heavy thrash  indé de se produire à Paris.
En tête d’affiche, LURKING dont on vous parle depuis leur premier album sur Lords Of Chaos.

Mais commençons par le début….

C’est NEEDLE SHARP qui ouvre la soirée. Cette petite formation parisienne est loin d’être sans intérêt. Le groupe officie dans un rock au sens moderne.
Au rayon des qualités on notera le chant plutôt bien en place de Laellou qui sous certains aspects tirerait du côté d’une Sandra Nasic, on trouve au fil du set pas mal de capacités rythmiques différentes qui ouvrent de belles perspectives même si je trouve que l’on sent malgré tout un manque d’assurance qui se traduit souvent par une intention gestuelle très retenue.
Du coté défaut, ce qui n’engage que mon âme de metalleux, je suis un peu entre deux chaises. Si le groupe est plutôt clean dans sa prestation, je me trouve face à une chanteuse et en retrait des musiciens qui lui offrent une session rythmique qui à mon sens manque un peu de hargne.
Mon premier réflexe serait de dire qu’il me manque un guitariste soliste mais en réalité je pense que ce n’est pas forcément la direction intéressante d’un groupe qui se revendique d’avantage rock que metal, je citais Sandra Nasic en référence, c’est donc facile de penser Guano Apes, ce qui rime assez avec une grande ouverture de références et des sets très peu linéaires.
Quoi qu’il en soit, la prestation du groupe reste des plus intéressantes puisque si l’on a envie de chercher avec eux le petit truc qui manque, le groupe sait déjà intéresser et conserver un public.
Oui, on n’a pas parlé du public mais au vue de la taille du lieu, d’un mardi soir après un week-end de trois jours, il n’y a pas à rougir du public réuni.

On change un peu de genre ensuite avec ma petite découverte du soir (oui je sais, d’autres sont arrivés avant moi) avec KORTEX. Le groupe est un peu mystérieux en soi, il offre une forme de Death Black avec un growl très grave et quelques voix claires bien utilisées par la frontwoman à tout faire Aurélie ( guitare et chant lead). Le groupe à un style très lourd en surface, à rechercher un peu du coté de groupes comme NILE mais le tout posé sur des structures à la fois très classiquement death mais  aussi soutenu par des rythmiques beaucoup plus variées, on va ainsi très facilement jusqu’aux influences 70’s.
Esteban offre de son côté un jeu de guitare très moderne pour un groupe de death ce qui enrichie d‘autant plus la chose.
Là encore on sent qu’il n’y a pas encore des habitudes scéniques très fortes, d’ailleurs les gars, c’est un peu vos frontwomen qui font le boulot depuis le début de la soirée…
Dans le cas de KORTEX, cela me pousse à m’interroger un peu puisque je constate que le groupe existe « depuis 1999 » et qu’il me propose deux EP depuis 2008 (que je n’ai pas manqué de ramener).
Un style de Death bien senti et personnel mais la vitesse de composition digne du plus pachydermique et éthéré des Doom… et bien je pense qu’on va étudier ça pour vous en reparler.

Nos LURKING qui n’ont pourtant plus rien à prouver nous démontrent quand même qu’ils sont les rois du Metal ce jour, puisque quand ils sont en ville les hauts parleurs explosent (et ce n’est pas François l’ingé son qui dira le contraire), qu’ ils n’attirent pas les petites filles car ils sont trop puissants mais seulement des bons gros metalleux old school que LURKING  sait faire hurler !… Et qui sont donc capables de comprendre la référence de cette longue description…
Un set immédiatement efficace, de l’assurance, un public qui est bien là pour eux et comme toujours une setlist imparable qui fait monter l’ambiance crescendo jusqu’au final.
Pour ceux qui suivent le groupe depuis les débuts, vous savez que certains changements de line-up ont quelques fois retardé les projet du groupe, ce soir on a le plaisir de retrouver certaines compositions plus anciennes comme ‘The Wreck’ que le nouveau line-up a eu le temps de retravailler.

En conclusion , une fois encore, ce n’est pas forcément dans les plus grandes salles qu’on passe les meilleurs moments, soutenez vos indés !

Merci à Pics’N’Heavy pour le prêt photographique.

Share This:

A propos Blackdog
Je ne fais pas ce que je veux avec mes cheveux et c'est frustrant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*