[Report] LINDEMANN à Paris

 

L’olympia tremble en ce vendredi soir et pour cause, fait assez rare en France pour être notifié, le concert est interdit au moins de 18 ans. Que nous réserve les déjantés de LINDEMANN pour cette première date parisienne? Encore un peu de patience car c’est tout d’abord JADU qui investit la scène de la salle mythique parisienne. Et nous voilà immédiatement dans une Allemagne nazie fantasmée avec uniformes en cuir et brassards blancs. Très difficile de se faire un avis sur ce groupe dont je n’ai pas pu tirer beaucoup d’informations au préalable sur la toile si ce n’est une page Facebook où le groupe se revendique comme de la Military Dream Pop! J’aurai été moi même bien en mal de définir le style et ce n’est pas les 20 petites minutes de set qui auraient pu m’y aider… Bref, un groupe qui en fait un peu beaucoup et joue un peu trop la provoc’ sans avoir grand chose à proposer. On n’ira pas jusque dire que c’est mauvais mais ça ne casse pas 3 pattes à un canard et se cacher derrière le malaise du 3ème Reich ne suffit malheureusement pas. Le public dans son ensemble a l’air d’avoir bien du mal à se mettre dedans!

Enfin, les américains de AESTHETIC PERFECTION débarquent avec leur electro/metalcore/pop indus/… bref, un beau mélange des genres mais si vous voulez vous faire une idée, imaginez Marylin Manson qui se mettrait au dubstep. Non, vous voyez toujours pas, bon allez je vous aide avec ce titre plutôt sympa et représentatif …

Ça va? Vous voyez un peu le genre? Plutôt sympa et efficace en live et le public de l’Olympia se réveille enfin! Malheureusement, le groupe ne reste lui aussi sur scène qu’une vingtaine de minutes et un long changement de plateau se met en route…
Pas facile de trouver sa place dans la salle ce soir, le placement libre assis/debout a fait exploser le nombre de candidats aux places assises et la vue depuis la fosse est en partie bouchée par une étrange structure cachée par un drap sur la gauche.

21h30, les lumières s’éteignent et un film mettant en scène Till avec un couche dans les rues d’une ville Allemande nous est projeté. On l’y voit importuner des passants et finir par se jeter dans le fleuve quand les premières notes d’introduction de Skills in Pills se font entendre. Des films seront projetés sur l’écran toute la soirée et on comprend très vite l’interdiction de la salle aux mineurs. On prend notre dose de sexualité, violence, gloutonnerie et autres situations malaisantes. Sur Allesfresser, extrait du dernier album du duo, une table remplie de tartes est amenée sur scène et le public se fait copieusement entarter par les membres du groupe qui ne cachent pas leur plaisir! Au milieu du set, la scène se vide et un film nous montrant Till en train de donner un cours d’Allemand plutôt musclé à une jeune fille dans le plus simple appareil autour des paroles de « Wer weiss das schon ». La salle est de nouveau replongée dans le noir et Till et Peter réapparaissent dans la structure qui les attendait dans la fosse depuis le début du concert. L’occasion unique pour les fans de les admirer au plus près au son de Platz Eins, également extrait de leur dernier album « F&M ».

Pour le rappel, après qu’un message vidéo nous ait demandé de crier (vraiment) très fort si on en voulait plus, les premières notes de l’inattendu Ach So Gern se font entendre, très vite muté en la « Pain Version » du morceau. Le  concert s’achève sur le single racoleur Fish On et un lancer de poissons mémorable. Salut du groupe sur la mélodie de Wer Weiss Das Schon (qui n’aura finalement pas été jouée ce soir) et Till s’adresse une dernière fois au public Parisien et nous répète comme après les concerts de RAMMSTEIN « Merci Paris, vous êtes incroyables » (en français dans le texte!)

Une soirée exceptionnelle, un travail scénique de qualité, le tout placé sous le signe des excès, de la provocation et de la performance artistique. On espère une longue vie à LINDEMANN qui a su mêler le tout avec brio et on leur souhaite un nouvel album et surtout de repasser par la capitale!

 

 

Share This:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *