[Report] Dendera + Civil War + Gloryhammer, Biebob, Vosselaar, 26/01/2018

Après avoir interviewé CIVIL WAR et GLORYHAMMER, il est temps de rentrer dans le Biebob plein à craquer.

 

DENDERA ouvre le bal et leur heavy, bien qu’assez basique, captive le public Belge. Après un changement de plateau remarquablement rapide, les Suédois de CIVIL WAR entre en piste, ce groupe fondé sur les ruines du premier line-up de SABATON envoie du lourd et leur nouveau vocaliste, Kelly Sundown Carpenter, fait très vite oublier Nils. En ce qui concerne le décor, pas de mise en scène ni de fioriture, seuls les costumes des garçons mettent du relief. Et c’est bien suffisant ! CIVIL WAR balance du Heavy efficace et puissant et si la set list fait la part belle au nouvel album on sera aussi ravi de retrouver des morceaux des albums précédents tels que « Bay Of Pigs » magnifié par Kelly ou encore « St Patrick’s Day » là encore, transcendé par la voix de Kelly. Le puissant titre Tombstone sera définitivement mon coup de coeur du set! Après seulement 8 titres, CIVIL WAR nous laisse, un peu sur notre faim il faut le dire, et le public de Vosselaar ne manque d’ailleurs pas d’exprimer son enthousiasme.

Mais enfin, il ne faut pas oublier que la majorité des belges présents au Biebob ce soir sont là pour les GLORYHAMMER, groupe fondé par Christopher Bowes, leader d’ALESTORM. Avec seulement 2 albums à leur actif et bien évidemment signés chez Napalm Records, les héros intergalactiques de GLORYHAMMER nous offrent le plaisir de nous jouer leur album “Space 1992” dans son intégralité, car comme le dit si sommairement le Hootsman, ancien guerrier de Unst, devenu Roi de Californie lors de sa venue à Hollywood -si j’ai bien tout suivi- (aka James Cartwright, bassiste) lors de notre interview « Qu’est ce qu’on peut bien faire d’autre, on n’a que 2 albums ». Certes, va donc pour une tournée spéciale « Space 1992 joué dans son intégralité ». Là encore, le décor est sommaire un backdrop siglé GLORYHAMMER et 2 petits drapeaux de chaque côté de la scène. Mais le spectacle n’est pas là de toute façon. Les membres du groupe sont eux même le show avec leur costume surréalistes et leur mise en scène héroïco-spatio-épique. Bon parce que bien sûr ça ne va pas mieux dans l’esprit des GLORYHAMMER, sachez par exemple que Angus McFife (aka Thomas Winkler, vocaliste) a inventé le bruit du marteau dans l’espace et on entre tous dans leur délire futuriste en imitant à l’unisson le bruit du marteau dans l’espace.

Les morceaux s’enchaînent et on découvre en effet “Space 1992” dans son intégralité avec certaines pépites très rarement jouées telles que « Goblin King of the Darkstorm Galaxy » ou encore « Apocalypse 1992 ». Mais on retrouve aussi tous les titres cultes comme «Questlords of Inverness, Ride to the Galactic Fortress ! » où Angus McFife choisi un sociétaire du public pour partir en quËte vers la « Galactic Fortress » qui n’est autre que le bar bien sûr ! C’est Phil ce soir là qui sera investi de la difficile mission de slamer jusqu’au bar pour en ramener une bière (si possible sans renverser). Phil qui sera rebaptisé pour l’occasion « Jan Phil » car, c’est bien connu, tous les belges s’appellent Jan. Bref, mission accomplie et le Hootsman peut savourer sa bière fraîchement acquise !Une fois encore le temps passe très vite et le set touche à sa fin avec l’épique « Apocalypse 1992 » qui rend étonnamment bien en live.

 

Pour le rappel, les GLORYHAMMER nous ont concocté un petit best of de leur premier album « Tales from the Kingdom of Fife » on retrouvera donc les classiques « Unicorn Invasion of Dundee », « Magic Dragon », pas forcément indispensable, et bien sûr « Angus Mc Fife » viendra clôturer la soirée.

 

 

 

Une excellente soirée donc mais avec cependant quelques petits bémols. A commencer par le son bien trop fort pour la petitesse de la salle qui nous laissera d’atroces acouphènes malgré les protections d’oreilles. La taille et la configuration de la salle sont aussi problématiques quand celle ci est sold out, difficile pour tout le monde de voir correctement et de passer le concert dans de bonnes conditions. 

Share This:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*