[News] Un jour, un album : thème « Album live »

Bernard-Henri Leviathan

Nouvelle semaine, nouvelle thématique pour la rubrique « Un jour, un album » ! Et cette fois, la rédaction vous propose ses albums live fétiches. Thème assez classique, certes, et pourtant incontournable…. même si, perso, j’avais voté pour autre chose!

 

Mercredi 27 mai : KAMELOT – « One Cold Winter’s Night », par Freyja

Quel dilemme… Nombreux sont les groupes qui ont sorti des lives qui sont des incontournables pour moi, « Live Aus Berlin » de RAMMSTEIN, « From Wishes to Eternity » de NIGHTWISH, « Live In Canada » de RHAPSODY et j’en passe… Mais s’il ne fallait en choisir qu’un, ce serait « One Cold Winter’s Night » de KAMELOT, enregistré à Oslo dans le cadre de la tournée de l’album incontournable « The Black Halo ». D’ailleurs, la setlist fait la part belle à cet album et même le titre est une référence aux paroles du titre « The Haunting ». Niveau guests on retrouve Simone Simons sur le titre que je viens de citer mais aussi Sasha Paeth sur « Moonlight » ou encore Snowy Shaw (si cher à notre BHL) sur « March of Mephisto ». Niveau titres, on tombe sous le charme de « Forever » ou encore de l’incroyable « Elizabeth ».

 

Jeudi 28 mai : GHOST – « Ceremnony And Devotion », par Bernard-Henri Leviathan

Je ne suis pas un grand fan d’albums live, comme je ne suis pas un fan de compilations, et encore moins de playlists sur plateforme numérique. J’aime à penser qu’une chanson a son sens au sein de l’œuvre complète pour laquelle elle a été créée, dans l’espace qui lui a été offert. Suivant ces postulats, je préfère donc écouter les albums studio. Je ne suis cependant pas sectaire comme les jeunes nés en 88 (cf. publication hebdo thème « année de naissance »), j’ai bien évidemment une flopée d’enregistrements publics dans ma collection. L’intérêt d’obtenir des versions plus organiques, et mises à nu… Pour répondre au thème de la semaine, j’ai choisi le double live « Ceremony & Devotion » de GHOST, faisant ainsi hommage à mon pote Thrashmaniac qui s’est soudainement découvert une passion pour ce groupe (il ne le sait pas encore mais il va changer de sobriquet pour Ghoulsmaniac). GHOST, c’est typiquement le groupe qui divise : une grande mascarade (au sens propre ou figuré) pour certain.es alors que d’autres crient au génie…. Et la chaleur qui se dégage des prestations live montre bien que je ne parle pas ici de production de basses températures (… crie au génie… cryogénie… humour.). Dans tous les cas, un groupe qui fait autant parler de lui, en bien ou en mal, est bien le marqueur d’un groupe qui n’a rien d’anodin. Enregistré au cours de la longue tournée américaine de 2017, « C & D » contient 17 chansons qui vont brasser les 3 albums et le single « Square Hammer » déjà sortis à cette époque. Il offre des versions moins lisses et pop que sur album, ce qui peut constituer une bonne entrée en matière pour la frange la plus rugueuse de notre communauté. Tous les titres phares du groupe s’y trouvent (« Elizabeth », « Ritual », « From The Pinnacle To The Pit », « Year Zero », « Monstrance Clock », « Absolution », etc.), le niveau des musiciens aussi, et Papa Emeritus met du cœur à ses habituels discours empreints d’humour, de second degré et de « r » roulés qui frétillent dans l’oreille! Pour les avoir vus plusieurs fois sur scène, voilà ce qu’on est en droit d’attendre d’eux en achetant un billet. Et même si sur disque on manque la mise en scène, la superbe illustration réalisée une fois encore par le talentueux Zbigniew Bielak est là pour nous rappeler que GHOST est également un groupe très visuel. Voilà donc une belle cérémonie sur 2 disques, que vous soyez dévots ou non ! Mais, je le dis, j’aurais tout de même préféré qu’on choisisse pour thème de semaine « les albums ayant un quelconque rapport avec un vieil éleveur de paons en Andalousie qui aime jouer de la country à ses heures perdues ». J’avais voté pour !

 

Vendredi 29 mai : EXODUS – « Another Lesson In Violence », par Ghoulsmaniac… ou Thrashmaniac??… Non, c’est bien Ghoulsmaniac!

Le choix a été difficile concernant les albums live!!! J’aurais pu choisir « Decade Of Aggression » de SLAYER, pour moi le meilleur album live de Thrash Metal, ou « Wrecking Your Neck » d’OVERKILL, ainsi que « Liveshit Binge & Purge » de METALLICA, mais j’ai choisi cet excellent album live d’ EXODUS sorti en 1997 chez Century Media!!! Pourquoi? Tout d’abord, parce qu’avec ce live, EXODUS renaît de ses cendres après le flop de « Force Of Habit » sorti en 1992, et ensuite « Another Lesson In Violence » voit le retour du chanteur originel, Paul BALOFF, uniquement présent sur l’essentiel « Bonded By Blood »!!! Pour la partie technique, ce live a été enregistré au Trocadero de San Francisco, à domicile donc, et mixé par Andy SNEAP, qui à l’époque ne faisait pas encore ses productions génériques. le groupe comporte quasiment la même formation que sur « Bonded By Blood », Paul BALOFF au chant, Gary HOLT et Rick HUNOLT aux guitares, Tom HUNTING derrière les fûts et Jack GIBSON à la basse, qui fait ses débuts dans le groupe. La tracklist, liste des morceaux pour les réfractaires à l’anglais, fait la part belle au premier album « Bonded By Blood » joué quasiment en entier, à l’exception de « Metal Command », trois titres du second album « Pleasures of The Flesh, « Seeds Of Hate » et « Brain Dead », ainsi qu’un titre inédit qui apparaîtra sur l’album « Tempo Of The Damned » en 2004, j’ai nommé « Impaler » co-écrit par Kirk HAMMETT avant que celui-ci ne les quitte pour rejoindre METALLICA!!! Sur ce live, EXODUS est au top de sa forme avec une « H-Team » (Holt & Hunolt) réglée au millimètre, Tom HUNTING, excellent à la batterie, est selon moi l’un des meilleurs batteurs de Thrash, et Paul BALOFF, qui, s’il n’est pas le meilleur chanteur techniquement parlant, hurle ses textes avec conviction, sans oublier haranguer la foule!!! Seul Jack GIBSON, le bassiste, est un peu en retrait dans le mixage, mais il est bien présent!!! Cet album est excellent de bout en bout et restera un disque à part car c’est le dernier sur lequel apparaîtra Paul BALOFF qui décèdera en 2002, à seulement 42 ans…. Je terminerai en citant Paul : « Metal Rules If You Don’t Like It, Die »!!!!

 

Samedi 30 mai : le live selon Wicasa Wakan…. ah ben non, en fait!

 

 

 

 

 

 

 

Dimanche 31 mai : HEILUNG – « Lifa », par Ceridwen

Aujourd’hui, je vous embarque pour un voyage, une cérémonie en compagnie d’HEILUNG et de leur album « Lifa ». Le groupe a été fondé en 2014, en 2015 il sort son premier album « Ofnir ». HEILUNG donne ses premières représentations en 2017, au Midgardsbolt Metalfestival et à Castlefest. C’est là que sera enregistré « Lifa ». HEILUNG nous propose un son magique, cérémonial venant tout droit d’une Scandinavie médiévale. Les prestations scéniques sont riches en costumes et accessoires d’époque. « Lifa », même si ayant été réédité en LP et CD, ne fait pas que s’écouter. Il se regarde également. A découvrir ou redécouvrir. Mais dans tous les cas, il laisse rarement indifférent.
https://youtu.be/h1BsKIP4uYM

 

Lundi 1 juin : LEAVES’EYES – « En Saga I Belgia », par Aniron

Cette semaine, on parle d’album Live. Quand je pense a un live, je pense à « End of an Era » de Nightwish, ou je pense à celui-ci. Mais j’ai eu du mal à choisir. Non pas entre les deux, mais plutôt parce que je trouvais ça presque « trop facile ». Et au final c’est « En Saga I Belgia » qui m’a convaincu. Et puis c’est surtout une histoire personnelle ce live. 2007, l’année de mes premiers concerts de Metal, ma période total fanatique de Leaves’ Eyes (qui a quand même duré un peu, pour s’éteindre après l’éviction dégueulasse de Liv de son propre projet). Et puis surtout parce que ce live, je l’ai vécu, et c’est encore le seul aujourd’hui (mis à part le dernier Farmer, dont la majeur partie du support live provient d’une des dates où j’étais présent). Alors forcément, vivre un concert live et ensuite avoir la possibilité de le revivre autant de fois que possible avec un belle image et un bon son, c’est l’extase. D’autant que le concert en lui-même est loin d’être désagréable. Une belle scénographie, une mise en scène bien ficelé, une set-list très intéressante. Bref c’est un peu un petit bijou pour moi. Et puis au final, si vous vous penchez dessus, vous tomberez forcément sur Freyja et moi dans le public, avec en prime une belle ITW de moi à la fin du concert (oui oui, moi et mon anglais de base, juste après ma rencontre avec Liv Kristine, immortalisé sur DVD). Alors rien que pour çà, çà vous le coup de passer 1h30 à regarder ce live!

 

Mardi 2 juin : … le live selon Metalmama…. ah ben non plus!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Demain, nouvelle semaine, nouveau thème. Soutenez BHL, votez « les albums ayant un quelconque rapport avec un vieil éleveur de paons en Andalousie qui aime jouer de la country à ses heures perdues »!

Share This:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *