[News] TISIPHONE – Heureux Je Suis (clip)

Herbert Al West - Réanimateur Recalé

Herbert Al West - Réanimateur Recalé

Grand amateur de films d'horreur et de musiques de films, j'ai découvert le monde du metal par ce biais là. D'abord de façon presque subliminale en découvrant, jeune adolescent impressionnable, le clip d'Alice Cooper réalisé pour Vendredi 13, Chapitre VI (la chanson He's Back, The Man Behind The Mask). Mais c'est surtout le visionnage du film Shocker (Wes Craven, 1989) et sa formidable bande son qui me firent basculer du côté obscur. J'ai donc commencé par Alice Cooper, Kiss, Megadeth, Bonfire et pas mal d'autres. Mes goûts en matière de metal sont très variés, selon l'humeur, allant de l'AOR au Death Metal en passant par beaucoup de Heavy classique, du Thrash et du Prog, sans oublier le Metal Sympho. Les albums que j'ai le plus usé sur ma platine sont incontestablement : Rust in Peace, de Megadeth, Painkiller, de Judas Priest, Seventh Son of a Seventh Son, d'Iron Maiden, Antichrist Superstar, de Marilyn Manson, Great Escape, de Seventh Wonder, The Divine Wings of Tragedy, de Symphony X, In Their Darkened Shrines, de Nile, Victory Songs, d'Ensiferum, 1614, d'Opera Diabolicus, At The Edge of Time, de Blind Guardian, Herzeleid, de Rammstein, Opus Eponymous, de Ghost, Seasons in the Abyss, de Slayer, Hell Destroyer, de Cage, Bent out of Shape, de Rainbow, Legendary Tales, de Rhapsody, Cruelty and the Beast, de Cradle of Filth, Battle Magic, de Bal-Sagoth, A Retrospective, d'Empyrium, The Fourth Legacy, de Kamelot, Horrorscope, d'Overkill, Panzer Division Marduk/Nightwing, de Marduk, et l'intégrale de Dio, d'Alice Cooper et d'Iced Earth ! Je déteste voir de brillants projets sombrer dans l'oubli et le split pur et simple, comme par exemple le sublime Slaves for Life d'Amaseffer, qui restera à mon avis fils unique à tout jamais. J'ai tenu un blog orienté metal, mais aussi BOF et films tout court. Mais il me manquait pour m'épanouir de rejoindre cette bande de fous que forment les Seigneurs du Chaos !
Ah oui, et comme vous l'avez remarqué, j'adore écrire long...
Herbert Al West - Réanimateur Recalé

Les derniers articles par Herbert Al West - Réanimateur Recalé (tout voir)

tisiphone2Le metal est un monde ouvert. Il serait réducteur de le limiter à un style, à un genre. Il est mutant, fils de son temps, est affaire de tripes plus que de décibels et parfois ouvre des portes sur de bien étranges univers. J’ai déjà, cette année, voyagé en des mondes éloignés des standards habituels, goûté au suc halluciné des trips d’Oranssi Pazuzu ou K-X-P. Pour les plus ouverts d’entre vous, je vous propose le nouveau virage amorcé par les lyonnais de Tisiphone, groupe évoluant dans ce qu’il décrit lui-même comme du cold-rock-tribal-mystique. On pourrait dire aussi de la dark-wave. Fort d’un premier album éponyme sorti en janvier 2016, voyage labyrinthique à l’image de sa pochette, redondance de sons hypnotiques et variations sur les désillusions, le groupe évolue et sort lentement de sa nouvelle chrysalide. Le chant rageur était en anglais, la batterie tribale, la basse profonde et la guitare hypnotique, enrobée de claviers envoûtants.

Le trio composé de Clara (chant, percussion), Suzanne (basse) et Léonard (guitare, synthés, chant) travaille actuellement sur de nouvelles compositions, mais il se cherche, expérimente, et propose désormais avec Heureux Je Suis un nouvel et ténébreux enfant, introduit par des nappes de synthés frôlant parfois le douloureux son d’une IRM, ponctué de percussions martiales. La voix de Léonard s’élance, brute, délivrant une sombre poésie paraissant sortir du corps plus que maîtrisée par lui. Les images du clip sont très travaillées (superbe travail de Kamille Fau et Shoot It), l’image des membres du groupe aussi. Tel un fantôme tout droit sorti de l’antiquité grecque (Tisiphone est l’une des trois Érinyes, déesses infernales et persécutrices), ses paupières marquées de ces yeux figés et colorés que l’on mettait sur le visage des morts, la silhouette de Léonard évoluera en une étrange pantomime. La basse de l’imperturbable Suzanne va retentir, sculptant la moelle du morceau, lui donnant du corps et de la texture. Et enfin se dévoile la véritable Furie du morceau, Clara, entièrement possédée, nous livrant un chant abstrait, improvisé, propre à nouer les tripes, tandis que son bras ganté de noir et d’argent frappe la cymbale en un rythme tribal et frénétique. Cette invention tranche avec l’anglais classique des premiers morceaux n’ayant finalement pas même un an. On pense au chant de Lisa Gerrard, à son abstraction, la rage en plus.

La voix de Léonard est également une nouveauté, puisque jusqu’ici seule Clara chantait. Que de chemin parcouru en si peu de temps.

Tisiphone a l’art de faire passer l’émotion, interrogeant, intriguant, inquiétant même. Intello diront certains, presque littéraire tant le son se renforce de l’image pour imposer un niveau supérieur de communication, difficile à déchiffrer, hermétique. Pour les plus aventureux, un groupe à suivre, c’est certain.

Share This:

A propos Herbert Al West - Réanimateur Recalé
Grand amateur de films d'horreur et de musiques de films, j'ai découvert le monde du metal par ce biais là. D'abord de façon presque subliminale en découvrant, jeune adolescent impressionnable, le clip d'Alice Cooper réalisé pour Vendredi 13, Chapitre VI (la chanson He's Back, The Man Behind The Mask). Mais c'est surtout le visionnage du film Shocker (Wes Craven, 1989) et sa formidable bande son qui me firent basculer du côté obscur. J'ai donc commencé par Alice Cooper, Kiss, Megadeth, Bonfire et pas mal d'autres. Mes goûts en matière de metal sont très variés, selon l'humeur, allant de l'AOR au Death Metal en passant par beaucoup de Heavy classique, du Thrash et du Prog, sans oublier le Metal Sympho. Les albums que j'ai le plus usé sur ma platine sont incontestablement : Rust in Peace, de Megadeth, Painkiller, de Judas Priest, Seventh Son of a Seventh Son, d'Iron Maiden, Antichrist Superstar, de Marilyn Manson, Great Escape, de Seventh Wonder, The Divine Wings of Tragedy, de Symphony X, In Their Darkened Shrines, de Nile, Victory Songs, d'Ensiferum, 1614, d'Opera Diabolicus, At The Edge of Time, de Blind Guardian, Herzeleid, de Rammstein, Opus Eponymous, de Ghost, Seasons in the Abyss, de Slayer, Hell Destroyer, de Cage, Bent out of Shape, de Rainbow, Legendary Tales, de Rhapsody, Cruelty and the Beast, de Cradle of Filth, Battle Magic, de Bal-Sagoth, A Retrospective, d'Empyrium, The Fourth Legacy, de Kamelot, Horrorscope, d'Overkill, Panzer Division Marduk/Nightwing, de Marduk, et l'intégrale de Dio, d'Alice Cooper et d'Iced Earth ! Je déteste voir de brillants projets sombrer dans l'oubli et le split pur et simple, comme par exemple le sublime Slaves for Life d'Amaseffer, qui restera à mon avis fils unique à tout jamais. J'ai tenu un blog orienté metal, mais aussi BOF et films tout court. Mais il me manquait pour m'épanouir de rejoindre cette bande de fous que forment les Seigneurs du Chaos ! Ah oui, et comme vous l'avez remarqué, j'adore écrire long...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*