[bien mauvaise News] Eddie a perdu haleine…

Bernard-Henri Leviathan

Hier, mardi 06 octobre 2020, le monde de la musique a vu s’éteindre l’une de ses plus précieuses étoiles. Celui qu’on appelait le « Mozart de la guitare », l’un des plus grands génies de la six-cordes, a perdu son combat face au cancer de la gorge à l’âge de 65 ans.

Toujours présent dans les classements des meilleurs et plus influents guitaristes, l’américano-néerlandais Edward Lodewijk – dit Eddie – Van Halen aura tout simplement, avec son approche unique, novatrice, terriblement fun et excitante de l’instrument, contribué à changer la face du Rock’n’Roll. L’avènement des guitar heroes, c’était lui.

Ce n’est pas le monde du Hard Rock qui doit pleurer cette perte, mais bien l’ensemble de celles et ceux qui s’intéressent de près ou de loin à la musique contemporaine.

Au delà des prouesses matérielles (incontournable son 5150, par exemple), qui peut encore de nos jours se targuer d’avoir popularisé une technique (je parle ici bien sûr du « tapping ») inscrite à la formation de base de tout guitariste qui se respecte ?

Qui peut concurrencer cette montagne de tubes sortis avec VAN HALEN, le groupe monté avec son frère Alex?

Qui peut se vanter d’avoir été appelé par Michael Jackson pour enregistrer, sur « Beat It », ce qui restera l’un des plus mémorables soli de guitare de tous les temps ? Ou même encore d’avoir été choisi pour représenter le son du futur pour un gars des années 50, dans « Retour vers le futur » ?

Qui peut rivaliser avec la portée d’un « Jump », titre incarnant à lui-seul la bande son de millions de gâteaux de mariage depuis des générations, voire du rendez-vous des footeux français il fût un temps ?

Qui enfin peut se satisfaire d’avoir inspiré le meilleur article du Gorafi de ces derniers jours (ici)?

On rigole mais pas tant que ça en fait… Eddie nous laisse avec l’image de la Frankenstrat brisée, légendaire guitare dont les bandes blanches et noires n’auront pas suffi pour panser le mal installé chez son maître.

Il nous reste alors à nous replonger dans cette discographie fournie. De l’intemporel acte de naissance éponyme « Van Halen » sorti en 1978, jusqu’à « A Different Kind Of Truth » de 2012, voyant le frontman le plus hot David Lee Roth revenir au bercail, Eddie nous laisse un héritage inscrit tout simplement au panthéon du Rock.

Je glisse mon titre favori pour clore cet hommage. « Light Up The Sky »… Pouvait-on trouver meilleur symbole ?

Share This:

1 commentaire sur “[bien mauvaise News] Eddie a perdu haleine…”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *