[Interview] Voice Of Ruin

Fondés en 2008 en Suisse, VOICE OF RUIN sont revenus en septembre avec leur 3ème album intitulé “Acheron”. Rencontre avec Randy (chant) autour de l’histoire du groupe et de ce nouvel opus…

 

Comme le veut la tradition pour une première interview, est-ce que tu peux présenter rapidement le groupe ?

VOICE OF RUIN est un groupe de death metal de la région de Nyon en Suisse, au bord du Lac Léman. Ça fait une dizaine d’années que le groupe existe, on a fait plus de 250 concerts, un peu partout dans le monde (Japon, Népal, Inde…) On vient de sortir notre 3ème album qui s’appelle Acheron

A propos de cet album, est-ce que tu peux me parler de son processus de création ?

Tout s’est passé très naturellement, on s’était fixé des objectifs notamment en matière de délais parce qu’on voulait absolument le sortir assez rapidement après le précédent qui avait bien fonctionné. On s’est laissé des périodes sans concert pour justement pouvoir travailler dessus. Pour la composition, c’est le guitariste et le bassiste qui ont tout composé les lignes de guitare et pour ça, ils se voient régulièrement. Une fois que c’est construit, ils programment des idées de batterie dessus, c’est à ce moment que les morceaux sont envoyés au batteur qui y met son grain de sel. Moi j’écoute beaucoup la musique pour savoir quel thème je vais aborder pour chaque chanson et une fois que j’ai décidé, j’écris les textes, je les pose et c’est à ce moment là qu’on se rencontre tous pour tester ces démos. C’est très important pour nous d’avoir une bonne énergie live et c’est pourquoi on joue énormément tous ensemble.

Le fait que ce soit votre 3ème album et que, comme tu le disais, le précédent avait super bien marché, est-ce que vous avez appréhendé la création différemment ?

On s’est posés beaucoup de questions et on avait beaucoup lu les chroniques qui étaient sorties et la plupart disait que c’était un très bon album mais qui manquait d’originalité et que ça allait « à fond » tout le long. Il n’y avait pas d’espace pour que l’auditeur puisse « reprendre son souffle » alors on a vachement pris en compte ces remarques et on joue plus avec les dynamiques, on a notamment introduit des passages acoustiques. On a aussi essayé de retravailler les mélodies et les guitares mais c’était un exercice assez compliqué.

L’album est sorti le 27 septembre, quel recul vous avez aujourd’hui sur l’album ?

Les retours sont très bons, tout le monde s’accorde à dire que c’est notre meilleur album. Beaucoup de chroniqueurs disaient que c’était très agréable, car malgré sa longueur (50 minutes) il se laisse très facilement écouter. On est très contents de lire ça car c’est l’objectif que l’on voulait atteindre. Sur ces chroniques on a une moyenne de 8/10 donc c’est vraiment très cool.

Vous avez sorti 2 vidéos pour promouvoir cet album, peux-tu me parler des tournages ?

Les vidéos c’est toujours une histoire impossible pour choisir les titres. Il faut trouver un morceau qui va pouvoir donner une histoire que les gens vont avoir envie de regarder jusqu’au bout et ce n’est pas évident car ce n’est pas toujours à ça que l’on pense quand on compose des titres. Pour la première (Thanatophobia) on a travaillé avec Brice Hincker de Strasbourg, ça traite de la peur de la mort, qui est une phobie qui existe vraiment. On s’est dit que ce serait cool de faire ça dans une grotte, il y en a beaucoup en Suisse justement, et puis quand on a reçu l’artwork de l’album, ça collait vraiment avec ce que l’on voulait faire. On connaissait une grotte en Suisse avec un lac souterrain, c’était parfait ! Le 2ème titre, Salem, était une chanson que j’avais écrite en me repensant à toutes ces personnes accusées injustement de sorcellerie, j’avais lu qu’il y en avait eu le plus à Bâle entre 1300 et 1400. Ça m’a vraiment beaucoup touché et c’était beaucoup plus facile de créer l’histoire du clip puisque je raconte cette histoire dans le titre. J’avais contact avec une troupe médiévale de la région et je me suis dit que ce serait super de faire ça dans un château, je leur ai proposé le projet et ils ont tout de suite été partants, c’est tout une organisation et notamment au niveau du temps, il a beaucoup plu mais finalement cela rend très bien dans la vidéo.

Clip Officiel de Salem

Ma prochaine question portait justement sur l’artwork, qu’est-ce  que tu peux m’en dire ?

Quand on l’a reçu, on a tout de suite trouvé que c’était parfait, ça collait aux textes, les couleurs collaient bien avec la musique, on était très contents de travailler avec Metastazis. On n’avait toujours pas le nom de l’album au moment de la conception de la pochette et dès qu’on l’a vue, on s’est dit que Acheron irait parfaitement, c’est une autre branche du Styx et qui existe réellement en Grèce, c’était parfait car ça faisait le lien entre mythologie et réalité, comme je peux le faire dans les textes.

Vous avez joué près de 250 concerts avec des têtes d’affiche assez prestigieuses (CHILDREN OF BODOM, HATEBREED,…). Quel est ton meilleur souvenir ?

C’est assez dur à dire mais le groupe le plus cool a sans doute été OBITUARY. Super sympa, ils aimaient ce qu’on faisait, le backstage était commun donc c’était vraiment marquant. Personnellement j’ai aussi beaucoup été touché de jouer avec SEPULTURA il y a 1 an ou 2, le groupe était hyper sympa et c’était cool de partager la scène avec eux puisqu’on était fans de leur musique.

Où en êtes-vous de la tournée de cet album ?

On a déjà joué une dizaine de dates et on est en train de booker des dates pour l’année prochaine, certaines sont déjà annoncées en France, Suisse, Allemagne, Hollande,…

Je n’ai plus de questions, je te laisse le mot de la fin

Merci beaucoup pour l’interview, hâte de la lire !

Merci à toi bonne journée !

Share This:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *