[Interview] Tobias Sammet

Le nouvel et tant attendu album d’Avantasia sera dans les bacs le 30 janvier prochain. Un 7ème album qui s’intitule « Ghostlights » et continue dans le concept de son prédécesseur « The Mystery of Time ». Entretien avec Tobias Sammet à l’occasion de la sortie de ce nouvel opus.

Salut Tobias, merci de m’accorder cet entretien, tout juste 2 mois avant la sortie de l’album, comment te sens-tu ?

Merci à toi, je dois dire que je suis assez confiant, je suis très content de l’album. Et tu sais, ce n’est pas une situation nouvelle pour moi mais c’est toujours intéressant de voir les réactions, et les réactions sont tellement positives que je ne suis pas vraiment inquiet.

Une fois de plus, l’album sonne très différent des autres albums d’Avantasia, pourtant l’identité du groupe est toujours là. Quel est ton secret ?

Je ne me pose pas vraiment la question. Quand je fais quelque chose, je ne me pose aucune limite, même s’il y en a toujours, je veux dire, je ne compose pas un album de jazz ou de punk (rires). Je fais ce que j’aime, ma musique est le reflet de mes goûts personnels et c’est très éclectique. Au delà, je ne me pose pas de questions, tu sais, c’est mon 17ème album en comptant ceux de Edguy et d’une certaine façon je sais ce que je fais. J’ai réussi à faire quelque chose de nouveau et qui est quand même du Avantasia, alors j’en suis assez fier.

Qu’y a-t-il de différent pour toi entre composer pour Edguy et composer pour Avantasia ?

Il n’y a pas tellement de différence. Ecrire une bonne mélodie, c’est écrire une bonne mélodie. Bien sûr écrire pour Bob Catley ou Jorn Lande ou Michael Kiske, ce n’est pas pareil qu’écrire pour moi-même. Quand j’écris pour Edguy ou Avantasia, j’écris ce qui me plait, je n’ai pas à me soucier de ce que les autres en pensent. En ce qui concerne Avantasia, c’est juste moi, moi et moi. Bien sûr, il y a Sascha dans l’équipe de production mais, à la fin, c’est moi qui prend les décisions. Avec Edguy on est comme un couple à 5 (rires), on discute beaucoup, même plus qu’on ne fait vraiment. On est vraiment comme dans un mariage où l’on discute de choses qui parfois n’ont même aucun sens.

As-tu écrit les chansons en sachant qui allait les chanter avec toi ?

Pour certaines ça a été le cas, comme par exemple « Ghostlights » ou « Lucifer », « Unchain the Light » etc. Ces titres ont été écrits avec le chanteur en tête. D’autres, comme « The Haunting » par exemple, ont été écrites sans le savoir. Dans le cas de «The Haunting », je voulais quelqu’un qui aurait une interprétation très théâtrale mais je voulais aussi que le refrain soit interprété à la façon d’un opéra. Alors j’ai fouillé dans ma collection de cd et j’ai pensé à Dee Snyder, je l’ai contacté et il a adoré le morceau.

Parle-moi un peu de l’enregistrement, est-ce que tu as rencontré chacun de tes guests ?

Encore une fois, les 2 cas ce sont présentés. Par exemple, Dee Snyder a enregistré aux Etats-Unis, Bob en Angleterre, je devais l’y rejoindre malheureusement je n’en ai pas eu le temps. Ronnie Atkins a enregistré au Danemark dans le studio de Jacob Hansen. Alors ils m’envoyaient ce qu’ils avaient fait, je leur faisais quelques suggestions et ils repartaient en studio chacun de leur côté. Le monde est devenu tellement petit, grâce à internet bien sûr, ce n’est pas une vision aussi idéaliste que d’enregistrer un album tous ensemble.

Avantasia - Ghostlights - Artwork

Le concept de « Ghostlights » est une suite de « The Mystery of Time », comment t’es venue l’idée de cette histoire ?

Tout simplement en regardant autour de moi, j’avais le sentiment que tout va de plus en plus vite, les gens courent dans tous les sens, sans savoir vraiment pour quoi et vers quoi. Nous courons tellement après de vains idéaux que l’on en oublie ce qui est vraiment beau et important. Et j’ai voulu créer un havre, quelque chose qui pourrait protéger ce qui est beau et fragile dans la vie. Dans mon histoire, un groupe de scientifiques essaient de manipuler la perception humaine du temps et le personnage, qui est aussi un scientifique, réalise ce qui se passe, que quelque chose de sombre essaie de contrôler les gens. Mais ils sont trop embrumés pour s’en rendre compte, ils suivent la masse sans plus utiliser leur esprit. Il y a beaucoup de questions scientifiques et spirituelles qui se posent. Cet album se compose de 12 chansons qui représentent 12 moments importants, des moments clés, des rencontres, des discussions, des réflexions du personnage dans son voyage, son exploration de la possibilité de l’existence d’un monde spirituel. Ces 12 titres, images d’un magnifique voyage, font sens quand on les connecte tous ensemble mais en même temps tu peux en prendre juste une indépendamment et cela fait sens aussi.

Est-ce qu’il y aura une 3ème partie, as-tu une fois de plus écrit une trilogie ?

Non, ce ne sera qu’en 2 parties.

As-tu déjà une idée de la prochaine histoire? Du prochain concept ?

Non, pas encore. Je ne sais même pas s’il y en aura un autre. Je ne veux même pas l’envisager pour l’instant, je viens juste de terminer celui-là et ça a demandé tellement de travail, c’était tellement prenant. Je suis déjà content d’avoir terminé celui-là en évitant la crise cardiaque (rires). Non vraiment, je ne veux pas penser au suivant. Dans les 2 ans à venir, le prochain sera sûrement un album d’Edguy et je n’ai aucune idée du prochain Avantasia, peut-être dans 4 ou 5 ans, j’espère vraiment qu’il y en aura un autre mais pour l’instant je n’en ai aucune idée.

A quoi doit-on s’attendre pour les shows à venir ?

On est en train d’essayer de mettre en place quelque chose de très spécial, de créer une grande présentation scénique. Pour la première fois je vais ramener les bus, les camions et tout le matériel pour jouer à Paris pour en show en intérieur. On peut s’attendre à un show très long. Les gens qui nous ont vus au Hellfest en 2013, ont eu une idée de ce que ça pourrait être mais ça va être quelque chose de vraiment différent : un show de 3 heures, Michael Kiske, Bob Catley, Eric Martin, Amanda Sommerville, Jorn Lande, Ronnie Atkins,… il y aura tout le monde et on va emmener le public dans un voyage à travers notre histoire, de Ghostlights, bien sûr, mais nous allons jouer des morceaux de chaque album pour célébrer chaque ère d’Avantasia, et ça tu ne peux pas le faire dans un festival. Sur ces dates en intérieur, on va vraiment pouvoir jouer 3h ou 3h30.

Et je suppose qu’avec un show de 3 heures, tu ne prévoies pas de 1ère partie ?

Non, pas de première partie. Si on veut jouer 3 heures avec tout le matériel et le travail que cela demande nous allons avoir besoin de toute l’attention du public. Nous voulons toute l’énergie du public, partager ces 3 heures ou 3heures 30 uniquement entre le public et nous.

Quels sont tes projets à venir après la sortie de l’album et la tournée ?

Je pense que je vais me reposer… au moins un week end (rires). Je pense que je vais me remettre à travailler sur le prochain Edguy, voir quelles idées nous auront d’ici là.

Pour finir, quelle est la question à laquelle tu as toujours voulu répondre et qu’on ne t’a jamais posé ?

(rires) Même celle-là on me l’a déjà posée. Pour être honnête, je n’ai pas de réponse, j’ai donné des centaines et des centaines d’interviews alors je pense qu’absolument toutes les questions m’ont déjà été posées !

Et bien merci beaucoup, bonne journée et prends soin de toi !

Merci à toi, salut !

Share This:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*