[Interview] Morten Veland et Emmanuelle Zoldan de Sirenia

 

Un mois après la sortie de leur dixième album, Ridle, Ruins, & Revelations, Morten, le fondateur et compositeur du groupe, ainsi qu’Emmanuelle, chanteuse depuis Dim Days of Dolor (2016), nous parlent de ce nouvel opus digne de Sirenia, et des futurs projets du groupe.

Bonjour Morten, Bonjour Emmanuelle, Comment allez-vous en ce début 2021 ?
Morten : C’est génial que nous venons de sortir notre dixième album (Ridle, Ruins & Revelations) ces jours-ci. Mais en même temps, c’est très frustrant de ne pas pouvoir partir en tournée. Nous vivons une époque étrange et nous avons hâte que les choses reviennent à la normale.
Emmanuelle : Bonjour Florent !
Après ces derniers mois mouvementés en termes d’annulations et d’incertitudes, la sortie du nouvel album nous insuffle une énergie nouvelle. Les retours déjà très positifs du public et des critiques nous portent et nous donnent énormément d’espoir en l’avenir malgré des circonstances encore compliquées.

Dixième album, 20 ans du groupe, il y a des choses à fêter en 2021 ! Quel regard portes-tu, Morten sur cette double décennie et celle qui vient de commencer ?
Morten : Oui, il y a beaucoup de choses à célébrer et nous avions de grandes attentes pour cette année. Cependant, la Covid-19 a mis un terme de façon efficace à la plupart de nos projets. Il semble que les célébrations doivent attendre plus tard. Surtout 2020 et 2021 nous ont incités à être patients. Cela a été un long trajet, et en y repensant, je me demande où toutes ces années se sont passées. On dirait que c’était un voyage de 5 ans, mais c’était 20 en fait ! Il y a eu beaucoup de hauts et de bas au fil des ans, mais la passion brûlante pour la musique est toujours restée. Le début de la nouvelle décennie n’a pas été bon, mais nous sommes pleins d’espoirs pour l’année prochaine.

Faisons un rapide retour en arrière, comment se sont passées les tournés supportant votre précédent album ? Quels sont les retours du public ?
Morten : Nous avons fait de belles tournées pour soutenir l’album précédent (Arcane Astral Aeons), mais encore une fois, la Covid-19 nous a arrêtés, nous étions censés tourner beaucoup plus. Les retours que nous avons eu pour l’album précédent étaient cependant très bons, il semble que les fans l’ont vraiment apprécié.

Morten, quels sont le ou les thèmes de ce nouvel album ? De quoi t’inspires-tu ?
Morten : J’écris encore sur de nombreux thèmes sur lesquels j’ai écrit au fil des années. Tous les aspects les plus sombres de la vie et de l’humanité. La vie en général m’inspire principalement et l’hiver norvégien semble toujours booster ma productivité.

Comment s’est passé l’enregistrement de ce nouvel album ? Quand l’écriture a-t-elle commencée ?
Morten : Le processus d’écriture s’est déroulé comme d’habitude, peu de temps après la sortie de l’album précédent. La plupart des chansons étaient déjà écrites avant que la pandémie ne frappe l’Europe de plein fouet. Les choses sont cependant devenues compliquées lorsque nous étions sur le point de commencer les sessions d’enregistrement. Nous devions commencer à enregistrer des voix fin mars 2020, et quelques jours seulement avant qu’Emmanuelle ne soit censée se rendre en Norvège, les restrictions de voyage sont entrées en vigueur et son vol a été annulé. Nous avons essayé de le déplacer plusieurs fois, mais il a fini par être annulé encore et encore. En fin de compte, elle a finalement pu venir en Norvège à la mi-août. L’album a donc été reporté d’environ 6 mois en raison de la situation, donc les enregistrements de cet album ont été assez chaotiques.

D’où vient l’envie de tout maîtriser de a à z, de la composition au mixage pour cet album ?
Morten : Cela vient du désir d’apprendre toujours quelque chose de nouveau, de toujours s’améliorer et de s’améliorer. En musique, il y a tellement de choses à apprendre, et je veux apprendre et maîtriser autant que je peux avant d’être mort. C’est aussi un grand sentiment de pouvoir donner vie à ses propres idées et visions sans trop compter sur trop d’autres personnes. Je trouve cela enrichissant et inspirant.

Les sons électro sont la touche significative de cet album, as-tu été influencé par d’autres groupes qui en ont fait leur marque de fabrique ?
Morten : J’ai toujours été un grand fan des années quatre-vingt et du début des années quatre-vingt-dix, tant de bonnes musiques sont sorties de cette époque. Je crois que cela nous a plus ou moins inspiré depuis le début, mais avec ce nouvel album plus qu’avant.

Qui a eu l’idée de la reprise de Desireless ?
Morten : Je suis fan de la chanson depuis sa sortie en 1986. Je me souviens de l’avoir entendue à la radio pour la première fois quand j’avais 8 ou 9 ans. J’en suis immédiatement tombé amoureux à cause de la sensation mélancolique qui règne dans la chanson. Je pense que cela vaut pour beaucoup de chansons des années 80, beaucoup de chansons mineures. La chanson est restée avec moi, et je l’ai en fait beaucoup passé dans le bus de tournée ces dernières années. J’ai suggéré au groupe que nous devrions en faire une reprise à un moment donné. En mars 2020, nous devions commencer à enregistrer le nouvel album, mais les enregistrements ont été reportés à août en raison de la pandémie de covid-19. J’ai tout à coup eu beaucoup de temps libre, alors j’ai commencé à travailler sur la reprise de Voyage voyage. En fin de compte, nous avons été tellement satisfaits du résultat que nous avons décidé de l’inclure en tant que bonus sur l’album.

Deuxième album sans véritable balade, doit-on s’attendre à ne plus en avoir à l’avenir ?
Morten : Je ne me force jamais à m’asseoir et à écrire une ballade. Si la chanson vient naturellement alors très bien, mais je ne la force jamais. Je crois que j’obtiens de meilleurs résultats de cette façon. Je pense qu’il y a toujours une possibilité qu’il y ait une ballade sur n’importe quel album, mais cela doit venir naturellement.

Le français est de plus en plus présent dans les paroles des chansons, d’où vient cette envie ?
Morten : J’ai toujours été très intéressé par les langues et nous avons utilisé de nombreuses langues différentes dans nos chansons au fil des années. Je trouve la langue française très poétique, belle et musicale. J’adore les parties françaises que nous avons implémentées dans nos chansons. Je suis convaincu qu’il y en aura d’autres à l’avenir.

Toujours pas de DVD ou CD live, pourtant cela permet souvent à des supporters et amateurs n’ayant jamais vu le groupe en live de le découvrir. Est-ce prévu au programme ? Un livestream pour fêter la sortie de l’album ?
Morten : Cela pourrait bien être un projet d’avenir. Nous avions en fait l’intention de faire un Live-streaming comme release-party pour le nouvel album, mais à un moment donné au cours du processus, les plans ont été mis en attente. Il est assez difficile de s’arranger ces jours-ci avec tous les membres du groupe vivant très loin l’un de l’autre, et la pandémie nous tient toujours dans une sorte d’étranglement.

Quels sont les projets de tournées ? Pensez-vous annoncer des dates pour fin 2021 ? Ou un nouvel album verra plutôt le jour avant une tournée en 2022 ?
Morten : Nous espérons certainement pouvoir repartir en tournée d’ici la fin de l’année. Je suppose que nous commencerons à tourner pour promouvoir cet album avant d’en faire un nouveau. Mais prédire l’avenir de nos jours s’est avéré très difficile. Une chose est sûre cependant, tant que nous ne pourrons pas tourner, nous passerons notre temps à écrire beaucoup de nouvelles musiques.

Emmanuelle, tu as pu jouer cet été lors du festival de Bruniquel, et si je ne me trompe pas, avec notre ami commun Jean-Christophe Keck lors d’une Offenbachiad, récemment en Livestream. J’imagine que ce à du être un plaisir de jouer devant un vrai public cet été et de retrouver la scène !
Emmanuelle : Oui, sincèrement le fait que le festival ait été maintenu durant cette période chaotique a été une véritable bouffée d’air frais, pour nous artistes mais aussi pour le public. Le festival est un des rares qui ait obtenu les autorisations en France cet été ; bien sûr le protocole sanitaire a compliqué un peu les choses, on a vu notamment la jauge réduite et les fameuses tables d’hôtes d’habitude festives et favorisant la promiscuité étaient plus mais nous avons pu jouer devant un public, très réactif malgré les masques, et nous avons eu le bonheur de remplir chaque soir. (10 représentations à guichet fermé en tout)
En ce qui concerne notre concert en streaming avec Jean Christophe Keck, malgré le bonheur immense de se retrouver et de faire de la musique ensemble après ces longs mois de néant artistique, l’expérience était un peu plus frustrante du fait de ne jouer devant aucun public. Le spectacle vivant, et notamment le répertoire d’opéra bouffe, spécialement Offenbach, peuvent difficilement se passer de l’interaction avec le public. Nous ont manqué : l’énergie des gens, l’échange dans les regards, les sourires, les éclats de rires, le partage de l’émotion…
Il y avait beaucoup de tristesse dans ces silences entre les airs, même si nous nous sommes applaudis nous-mêmes pour rompre ce silence angoissant, ce n’était pas la même chose… Mais Jean Christophe a cet immense mérite de continuer à soulever des montagnes pour continuer de faire vivre la musique et les artistes, malgré des circonstances vraiment compliquées…

Comme habituellement, je vous laisse clôturer cette rencontre !
Morten : Nous tenons à saluer tous nos fans en France. Veuillez rester prudent et prendre soin de vous. Nous espérons vous voir en tournée très bientôt, en attendant, profitez de notre nouvel album ‘Riddles, Ruins & Revelations.
Emmanuelle : Merci Florent pour l’intérêt que tu portes à notre travail et de nous avoir donné l’opportunité de cette interview. Nous espérons pouvoir très vite reprendre le chemin des tournées pour donner vie aux nouvelles chansons du nouvel album sur scène.
Notre public nous manque, être ensemble nous manque, mais nous reviendront bientôt avec une énergie décuplée !

Merci et à bientôt !

Facebook / Site Officiel

Share This:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *