[Interview] MANIGANCE Hellfest 2014

Blackdog

Blackdog

Fétichiste des cheveux chez Lords Of Chaos Webzine
Je ne fais pas ce que je veux avec mes cheveux et c'est frustrant.
Blackdog

Facebook
Site web

 

Chose inattendue au Hellfest : bien que ne figurant pas à l’affiche cette année, les Manigance étaient là en promo.
Apprenant ça un peu sur le vif, j’en ai profité pour leur improviser une petite interview sous un arbre de l’espace VIP.
J’ai donc pu passer un peu de temps avec François Merle, guitariste du combo, fondateur et ex Killers (qui, eux, étaient à l’affiche), ainsi qu’avec Guillaume Rodriguez, batteur et dernière recrue du groupe. 

Vous êtes un groupe de metal prog qui a la particularité de chanter en français. Avec le recul des années, c’est un bon pari pour vous ?

F : Franchement, aujourd’hui, on n’est pas dans le créneau classique. Mais si tu as quelque chose à dire en France, le mieux c’est bien de le dire en français.
Dans le style prog, tu as souvent un message à passer.
Maintenant, c’est vrai que dans la scène métal ce n’est pas toujours très bien vu, car on a une idée de standard en anglais.
Pour nous c’est difficile à dire, car ça fait partie de notre identité maintenant, même si ce n’est pas toujours facile à l’étranger.
Globalement, en Allemagne, chanter en français c’est un peu comme si tu étais un groupe d’instru, tu n’as aucune opportunité.
Mais bon, tant qu’on s’y retrouve et qu’on a notre message, ça va.

Après, il y a des pays comme le Japon qui sont assez ouverts à notre culture…

F : La langue française sonne bien à l’oreille pour eux et il y a d’autres pays assez ouverts mais il faut pouvoir les toucher.
On a bien l’objectif de toucher le maximum de monde mais le marché du disque n’est plus aussi porteur, ça reste souvent des niches.
Le japon, ça a été le mieux, mais on a aussi vendu au Brésil, mais pas très longtemps.
En Espagne, c’est un peu pareil.
En fait, maintenant ce sont les concerts, si tu commences à jouer c’est une spirale, ça t’aspire, ce qui est compliqué c’est d’amorcer la pompe.

L’ambition première du moment, c’est donc de jouer et de passer les frontières ?

F : Oui et c’est possible. Tu prends Eths par exemple, ils ont une énorme fan base au Brésil, même avec un chant en français.
Personne ne se pose la question de savoir si c’est français, c’est du growl et ça envoie et voilà.

Puisque tu parles de Eths, ils ont un style peut être plus dans la mouvance du moment comparés au style dans lequel vous officiez. Vous pensez que ça vous préserve du risque d’être « victimes de la mode » ?

F : Ils sont plus jeunes mais on a à peu près la même ancienneté.
La différence, c’est peut-être qu’on nous comprend plus à cause du chant clair, ça peut surprendre.
Mais c’est dur à dire.

Il y a d’autres groupes, même certains que l’on ne pensait pas revoir comme ADX ou Vulcain, et qui ont leur place… 

F : Franchement, il y a encore toute une génération qui écoute ce genre de choses, heureusement !

manigance2

En fait, quel public pensez-vous toucher principalement ?

F : Je ne sais pas. C’est plutôt moins jeune que jeune, je crois que notre public est plutôt vers 40 ans. Peut-être que toi, Guillaume…
G : les nouveaux titres riffent sec, je pense que c’est un peu plus moderne et qu’on peut agrandir un peu notre public.

Sachant qu’un public peut être fidèle ou au contraire changer au fil d’une carrière…

F : On ne se pose pas trop de questions. On ne se demande pas si on fait telle ou telle chose, si on va paumer du monde. On fait comme ça vient.
Comme le dit Guillaume, il y a deux nouveaux dans le groupe, lui et Stéphane, et qui ont amené un peu de fraicheur au niveau de la manière de penser, de décider, de voir les choses.
Ca fait du bien et on en profite pour faire des choses nouvelles. De toute façon, au moment de faire l’album, les choix sont évidents, il y a des choses qui vont ensemble et d’autres pas.

Au niveau de l’actu, de l’album justement, on en est où ?

F : Eh bien on est en train de finir le mix de l’album qui va sortir le 25 août 2014, c’est un album. L’album va être masterisé par Jens Bogren, c’est un type qui a fait Symphony X, Kreator…
On est assez content de la production, je ne vais pas m’envoyer des fleurs car c’est moi qui l’ai faite.

C’est vous qui êtes allés chercher Jens ?

F : Oui, c’est moi qui ai été le chercher via Adagio et c’est un super producteur. Il va donc nous faire le mastering, qui n’est pas une grosse étape mais qui est tout de même importante.
La pochette a été faite par Stan X Decker qui nous a fait un super truc.

Derrière ça, on va commencer à jouer.

Tiens, pendant que je te parle, je vois passer le premier t-shirt de Manigance. Ça fait plaisir !

On va faire une date à Toulouse en septembre avec Heavenly, on fait les Rockalies le 01 novembre, on va faire la Corse les 24/25 octobre.

On fera Paris avec Nightmare aussi…

Je vais peut-être finir un peu sur la question qui fâche.
J’ai souvent des gens, lorsqu’ils me parlent de Manigance, qui me disent que les deux premiers albums étaient biens puis les suivants bof. Vous trouvez ça juste ?

F : Alors, j’ai souvent entendu ça… c’est vrai.
En fait, je crois que le groupe n’a pas réussi à prendre l’envergure qu’il aurait voulue.
On a toujours essayé de se renouveler, ça c’est la réalité, donc tout le monde n’accroche pas forcément pareil.
Après, on a eu une période difficile où il fallait speeder ou des périodes sans contrat, donc tout ça joue au final sur ce qu’on fait.

Je pense qu’aujourd’hui les gens qui ont aimé le premier album se reconnaîtront plus dans le prochain car ils vont retrouver la fraicheur des débuts avec un peu plus de nouveauté aussi.
On est moins prog, on est plus rentre-dedans mai on reste français !

G : Certains titres seront un peu plus courts, il y aura un peu moins de clavier et un peu plus de gratte, mais en gardant l’esprit.

F : Oui, c’est une autre étape. Après, je ne renie rien de ce qu’on a fait, parce qu’un album comme « L’ombre et la lumière » est pour moi super bien même s’il n’est pas bien passé.
Il y a toujours des hommes qui vont aimer et d’autre moins (prononcer « moince »), mais on fait ce qu’on aime…

Gageons donc que Manigance réussisse le pari de ce nouvel album dont nous aurons des nouvelles à la rentrée.

Share This:

A propos Blackdog
Je ne fais pas ce que je veux avec mes cheveux et c'est frustrant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*