[Interview] Heart Sound Metal Festival – Organisation (JB)

Commençons par l’association, peux-tu nous parler de la naissance de Heartsound et des motivations qui ont guidé celle-ci ?

L’asso est née il y a deux ans avec la création de la première édition du HSMF (15 février 2014). À la base, l’idée était de mêler mon gout pour la musique, mes compétences de gestion de projet, et bien entendu, mon sens de la solidarité et de l’aide aux plus défavorisés.

Je me suis alors associé à différentes personnes partageant ma passion et mes valeurs, pour ainsi créer l’association Heart Sound. Celle ci ayant pour objet l’organisation d’évènements musicaux pour la promotion de causes humanitaires.

Quels sont les critères qui guident votre choix des associations que vous allez soutenir ?

Jusqu’à présent, notre choix s’est tourné vers une association que je connais bien et en qui j’ai totalement confiance dans l’utilisation des dons versés. C’est l’association Ensemble contre les Leucémies. Je suis très sensible aux questions de santé, ainsi qu’à l’importance absolue de celle ci en tant qu’être humain. Il est extrêmement important que chaque personne en bonne santé prenne conscience du privilège dont elle bénéficie. On a tendance à l’oublier, mais on n’a pas besoin de beaucoup plus  pour être heureux et profiter de la vie. C’est malheureusement ceux qui combattent tous les jours pour survivre qui en ont le plus conscience.

Ni la musique ni sa jouissance ne pourrait être là sans la santé.

En plus de récolter des fonds, Heart Sound a aussi vocation à faire évoluer les mentalités et promouvoir des valeurs pour un monde plus humain.

D’autres causes seront défendues par la suite, nous sommes aussi sensibles à la condition humaine dans le monde, aux inégalités, aux oppressions, à l’environnement.

Dans votre démarche, de quels soutiens publics ou privés bénéficiez-vous, vous sentez-vous soutenus ?

Cette année, nous avons bénéficié d’un très bon soutien médiatique. Financièrement parlant, c’est la ville de Sucy en Brie qui nous a le plus aidé.

Nous nous sentons soutenu, oui. Après j’en attends beaucoup plus pour les éditions à venir. Il est très important que ce genre de projet soit plus soutenu, autant médiatiquement que financièrement.

Il y a déjà eu une autre édition du HSMF, quels enseignements en avez-vous tiré ?

Cette première édition fut, malgré sa taille moyenne, une excellente réussite. Nous avons pu constater, comme espéré, que le public metal savait se montrer présent et engagé pour ce genre d’événement. Ce fut vraiment très appréciable, et nous conforta dans l’idée de recommencer en 2016.

Parlons de cette édition du 18 avril 2015 mais faisons ça dans l’ordre.

A partir de quand avez-vous commencé à travailler sur le projet et avec quelle équipe ?

Le projet du HSMF 2015 à débuté durant l’été 2014. L’équipe organisatrice de l’évènement était composée de la team Ellie Promotion ainsi que de Heart Sound représentée par moi même en tant que président et organisateur principal du HSMF.

Quelles sont les grandes étapes de réalisation de ce projet ?

Pour faire simple : Choix de la salle et de l’asso aidée, choix des artistes, rédaction du dossier de présentation, création des support de communication, communication sur différents canaux, organisation technique, organisation humaine, jour j.

Pour pouvoir remplir la fonction caritative que vous vous êtes fixée il faut générer de la marge bénéficiaire, limiter les dépenses, les groupes sont-ils sensibles à votre appel et quels efforts consentent-ils à faire pour vous ?

Exactement, nous sommes très vigilant sur les dépenses en général. Concernant les groupes (leurs managers), ils sont sensibilisés à la cause du projet dès la prise de contact. L’effort financier de solidarité à été jusqu’à présent la condition sinequanone pour qu’un groupe puisse jouer au HSMF. Après, selon les groupes, l’effort n’est pas le même.

D’ailleurs puisque l’on parle des groupes, comment procédez-vous au choix des groupes, quels sont vos critères de styles, de cohérence peut-être ?

On privilégiera toujours les groupes motivés par le concept de « solidarité metal ». On cherchera ensuite des groupes qui nous plaisent musicalement. On ne cherche pas à avoir un seul style prédominant, à l’image de l’association Heart Sound, on privilégiera l’ouverture d’esprit et le partage de différents styles de metal. Néanmoins on cherchera tout de même une certaine cohérence entre les groupes. Pour finir, on mélangera toujours des groupes de notoriété confirmée avec des groupes émergents, car c’est aussi le but, promouvoir la scène musicale metal.

 On trouve dans l’organisation pas mal de personnes connues dans le milieu voire d’autres associations d’organisation qui vous prêtent main-forte, ça fait partie de votre réussite pour toi ?

Oui, je pense qu’il est très important de savoir bien s’entourer dans ce genre de projet, et évidemment le réseau est très important. La mise en commun des contacts de Heart Sound et de Ellie Promotion fut très profitable pour le festival.

Créer l’évènement est une chose, faire venir le public en est une autre, comment avez-vous procéder pour le toucher ?

C’est un long travail. Le plan de communication a été établi avec Ellie Promotion.

Il faut être présent au maximum sur tout les canaux de diffusion : le net, les réseaux sociaux, la rue, les bars, les salles, le bouche à oreille… il  faut faire parler de l’évènement le plus possible tout en ciblant au mieux le public visé.

Comme je le disais, vous m’avez permis de suivre toute cette journée, dès la préparation et je vous en remercie. J’ai pu assister aux installations des loges, du bar, à l’accueil des groupes, aux balances, aux problèmes de dernière minute….

Comment aborde-t-on le grand jour dans la tête de l’organisateur ?

Je t’en prie !

Il faut être zen ! Aha, pour ma part je savais que tout était prêt en amont afin de minimiser au mieux les imprévus, donc j’étais confiant. Aussi, je m’adapte assez facilement aux soucis de dernières minutes, ça fait partie du jeu, on sait qu’il y en aura et qu’ils seront par définition, non prévisibles. Le tout est de rester confiant et de garder l’esprit clair.

Comment gère-t-on ces imprévus ?

Donc oui, il y en a ! Il donc faut savoir faire preuve de réactivité et d’adaptabilité. Ce sont des compétences qui me caractérisent bien en général. J’aime cette sensation, où tu es dans le feu de l’action à chaque instant pendant une journée complète. C’est très fatiguant mais, pour ma part, très stimulant.

Lorsque tout est prêt c’est le moment d’ouvrir les portes au public, il y a les préventes mais il y a aussi l’inconnu des ventes sur place, c’est un stress de ne pas savoir d’avance le public que l’on va réunir ou globalement, vous saviez ou vous en seriez ?

On parvient toujours à estimer plus ou moins bien le nombre de participants. Oui c’est toujours un peu stressant de ne pas savoir. Le risque est souvent financier, d’où l’importance d’avoir une estimation haute et une estimation basse du nombre d’entrée. Avec l’expérience, on voit mieux les choses venir.

Peux-tu nous parler un peu des animations (photo, tombola…) qui ont complété cette journée ?

On avait vraiment envie de faire de cette journée un moment inoubliable. On a cherché à développer des animations caritatives qui donneraient encore plus de vie (sans jeu de mot 😉 ) à cet événement.

Il a donc été organisé une tombola et un photo-call, tous deux à but caritatif.

Concernant la tombola, le public achetait des billets de tombola dans le but d’être tiré au sort pour gagner des cadeaux généreusement offerts par les groupes, des albums, t-shirt, goodies… et même des cadeaux plus anecdotiques comme par exemple la peau de grosse caisse utilisée pour l’enregistrement du prochain album de TANK, dédicacée !

Le photo-call, offert par la société 7e Sens Production, a permis au public de se prendre en photos entre amis et avec les artistes. Des moments très sympas ! Chaque photo pouvait être imprimée et achetée sur place. À savoir, toutes ces photos sont publiées sur la page Facebook de Heart Sound.

Cette édition est terminée, tu as eu un peu de temps pour digérer le truc même si je sais que c’est encore forcément très présent.

De quoi est tu particulièrement content dans cette édition ?

Je suis très satisfait de l’ambiance générale. On sentait que les gens prenait un réel plaisir à être présent c’était très agréable. Le concept de metal humanitaire a été plus que bien accepté, j’en suis vraiment très satisfait.

Sinon, plus concrètement, je suis très content du rendu sonore des concerts. La salle possède un énorme potentiel pour les musiques amplifiées tel que le metal, un réel plaisir que je n’ai pas toujours retrouvé dans des salles parisiennes réputées. Evidement le super travail des techniciens et ingénieurs son présents y est aussi pour beaucoup. Camille BECHET, ingénieur son, principale de cette édition a fait un travail remarquable.

Quels retours fais-tu sur l’ambiance, les groupes, leurs prestations ?

Comme dit précédemment, l’ambiance était excellente, de plus, le public s’est montré très attentif à la cause défendue, une réussite sur ce point.

Les groupes nous ont tous offert des prestations d’une grande qualité. Néanmoins, je n’ai personnellement pas pu tous les écouter autant que je l’aurais voulu, c’est aussi ça être orga.

Tous les artistes ont été au top, autant en backstage qu’avec le public. Rien à redire la dessus, ça a sûrement contribué à la bonne ambiance générale.

Au niveau de vos objectifs caritatifs, les avez-vous atteints à hauteur de ce que vous espériez ?

Tout à fait, l’objectif était de reverser au minimum 1000 euros à l’association Ensemble contre les leucémies. L’objectif à été atteint !

On remet-ça pour le prochain HSMF ? déjà des pistes ou des idées ?

Je pense qu’il serait dommage de s’arrêter en si bon chemin 😉 .

Un dernier mot ?

Je l’avais dit à la fin du festival lors du discours de clôture, mais je remercie énormément tous ceux qui ont contribué de près comme de loin à la réalisation de ce festival, à ceux qui y ont cru et m’ont soutenu, et bien évidemment, le public. Chaque aide compte, c’est très important.

Heart Sound, un battement de cœur, témoins du vivant, pour un monde plus humain.

Merci à toi.

 

Share This:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *