[Interview] EMBRYONIC CELLS

Dans le cadre de la sortie de leur 4ème album “Horizon”, entretien avec Maxime Beaulieu, guitariste et vocaliste du groupe …

On commence par la question traditionnelle, peux-tu présenter le groupe pour nos lecteurs qui ne vous connaissent pas encore?

EMBRYONIC CELLS est un groupe qui s’est formé en 1994, mais on peut stratifier la vie du groupe en une première décennie de la vie d’un groupe qui débute en écumant les bars, les salles, les caves et éditer quelques démos. Puis vient une 2ème période vers 2005/2006 où le casting du groupe change (je suis en fait aujourd’hui le seul membre originel de la formation), on passe à ce moment là à une vitesse supérieure. On sort un 1er album en auto production “Before The Storm” qui a plutôt un bon accueil suivi d’un 2eme “Black Seas”. A cette période, on joue beaucoup. Enfin, est sorti “The Dread Sentence” chez Axis Music. Les années passent, on continue de tourner et aujourd’hui est sorti “Horizon” chez Apathia Records.

Le 1er album est sorti 13 ans après la création du groupe, quel a été le déclic?

En fait, on est face à un problème de “ressources humaines”, le groupe était constitué de copains mais ça ne marchait plus vraiment, on avait du mal à travailler ensemble, la composition était partagée et on était restés ensemble pour de mauvaises raisons et ce n’était pas au service de la créativité ni de la musique on a donc décidé de se séparer. Après cette séparation, s’est révélée une fenêtre de créativité très enthousiasmante et l’album “Before the Storm” s’est imposé très vite, on avait tous un besoin urgent de sortir quelque chose.

Aujourd’hui vous en êtes donc au 4ème, tu peux me parler du processus de création?

On a un processus créatif assez classique, c’est à dire que moi, en tant que guitariste, j’arrive en répète avec une “riffothèque”, des hypothèses, des propositions de structure générale et je présente ça un peu comme des Legos. A partir de là, chacun apporte sa pierre à l’édifice. Ce qui a été différent sur “Horizon”, par rapport aux 3 albums précédents, c’est que j’ai commencé à composer les lignes de chant avant la musique.

L’album est sorti en novembre, vous avez quelques mois de recul, quels ont été les retours et qu’en pensez-vous?

L’idée d’EMBRYONIC CELLS c’est de progresser d’album en album, on est monté progressivement dans la sophistication et avec “Horizon” on a quelque chose d’un peu plus mixé, plus produit. Parler de notre perception personnelle c’est un peu compliqué, on en est très contents, on a hâte d’en défendre les titres sur scène. Le retour des critiques est globalement élogieux, l’album semble plaire et on est enchantés de l’accueil qui lui est réservé.

Vous dites être fidèles à la 1ère vague du black metal, ça veut dire quoi exactement? Quelle en est votre définition?

On a en effet souvent tendance à nous identifier au “Black metal old school”. On est d’accord ou pas mais pour ma part je ne sais pas quoi en dire, personnellement, je ne sais pas trop ce qu’on fait. En ce qui me concerne, j’écoute du jazz, de la musique électronique, énormément de BO, pas mal de styles de metal,… et c’est la même chose pour tous les 4. Alors toutes ces influences se retrouvent dans la compo de ce nouvel album mais je ne suis pas capable de dire ce que c’est vraiment. Maintenant on ne peut nier que le black metal est bien présent, on est évidemment fan du black metal des années 90 (Mayhem, Immortal, Satyricon,…) et ça se ressent forcément.

Vous avez sorti une vidéo pour le titre “Never Let You Fall”, j’aurais aimé en savoir un peu plus sur la réalisation et le tournage de ce clip…

On pense aujourd’hui qu’on peut difficilement séparer l’aspect visuel de l’aspect musique, donc c’était évident pour nous qu’il fallait sortir un clip, on va d’ailleurs en sortir un 2ème très prochainement. On a choisi le titre “Never Let You Fall” parce que c’est un morceau plutôt “Radio Editing” qui se prêtait bien à la réalisation d’un clip. 2ème raison, le morceau est assez complet, il rassemble toutes les influences et les couleurs d’EMBRYONIC CELLS. Le tournage s’est passé près de chez nous, dans la forêt, il s’est fait en 2 jours. On a de très bons retours sur cette vidéo et on le doit à Timothé Beaulieu, mon frère, qui est cinéaste, vidéaste et qui a bien voulu nous donner un coup de main pour réaliser notre clip, merci à lui.

Never Let You Fall – Clip Officiel

Le groupe s’est formé en 94, vous avez connu pas mal de changements de line-ups mais vous avez aussi été témoins de pas mal de changements au niveau de la musique, des supports, de la scène metal en général, quel regard portez-vous aujourd’hui sur tout ça?

Il y a beaucoup d’aspects: l’omniprésence des grands festivals, la scène underground, le fait qu’il est difficile pour des petits groupes de se produire dans des petites salles ou même dans des bars. Mais l’époque est plutôt positive, aujourd’hui on est plus obligé de rentrer dans un studio à 10.000$ pour produire une maquette audible, donc il y a eu une démocratisation technologique que je trouve appréciable. Aujourd’hui, à l’ère du web 3.0, c’est facile pour un groupe de proposer son produit. Un autre aspect c’est l’état de la scène, la scène française notamment que je trouve en pleine vitalité. Il y a plein de très très bons groupes, on voit d’ailleurs des pointures françaises rayonner à l’international et je trouve que c’est un très bon point.

Vous passez beaucoup par les réseaux sociaux, pour partager votre musique et vos vidéos, quel regard tu portes, toi personnellement, et le groupe en général sur ces nouveaux outils?

Je pense que c’est un très bon support. J’ai fait plein de connaissances et de très belles rencontres sur le plan créatif et artistique via ces réseaux. J’ai rencontré plein de gens que je n’aurai pas connus autrement. Malgré tout, ça reste un outil en plus, pour moi le meilleur moyen pour se faire connaitre, se créer une fanbase, prendre du plaisir, c’est faire des dates et des dates encore.

Qu’est ce qu’on peut vous souhaiter pour 2019? 

Beaucoup de concerts! On a déjà beaucoup de chance de jouer en mai prochain avec nos copains de Misanthrope, chez nous, à Troyes. On a aussi la chance de participer au Hellfest, le dimanche, sur l’Altar. C’est un grand honneur pour nous et l’occasion de faire connaître notre musique à de nouveaux auditeurs. Donc le meilleur à nous souhaiter c’est du succès pour la tournée que l’on va bientôt annoncer. Et aussi arrêter de devoir attendre 5 ou 6 ans pour sortir un album!

Je n’ai plus de questions, si tu veux ajouter quelque chose, je te laisse le mot de la fin

Merci pour votre travail, les groupes vous doivent beaucoup. Vous faites un travail de fourmi de passionnés. Merci à tout le monde pour votre écoute et on espère vous voir bientôt sur la route.

Merci à toi, bonne journée. 

Share This:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *