[Interview] EGYPT

Notre scène nationale et européenne n’a jamais recensé autant de groupes de Stoner et de Doom.Dans certains cas on est proche de l’original comme un cheeseburger de macdo l’est de ses ainés d’Amérique.Nous avons voulu retourner aux sources, là où la poussière colle aux bottes plus que les chewing-gums aux baskets, là où on a créé Daisy DUKE qui donna son nom à son célère short.

Egypt, excellent groupe de stoner doom originaire du Dakota du nord a eu la gentillesse de répondre à quelques questions.
Aaron ESTERBY, bassiste vocaliste nous dit tout sur son groupe, son son et leur collaboration avec WO FAT (rien que ça).

Pour commencer, peux-tu nous présenter les membres d’EGYPT ?

Certainement, Chad Heille tient la batterie, Neal Stein la guitare, mon nom est Aaron Esterby et j’assure la basse et le chant.

Peux-tu nous indiquer les causes du départ de votre premier guitariste ?

Notre premier guitariste était Ryan Grahn, c’est un excellent musicien et compositeur, il n’avait simplement pas le temps de se consacrer à la musique. Il a une famille et d’autres centres d’intérêt, nos chemins se sont donc séparés. Ce n’est pas toujours simple d’avoir le temps pour un vrai groupe.
C’est même dur pour moi quelques fois. Nous lui souhaitons bonne continuation.

Il vous a fallu quelques années avant d’éditer votre premier EP, peux-tu me dire quelles en sont les raisons et quelles ont été les difficultés ?

Et bien, notre premier EP était initialement une démo que nous avons enregistrée par nos propres moyens en 2004-2005 afin de décrocher des dates par chez nous. Nous n’avions pas vraiment l’intention de l’éditer, et nous n’avions jamais envisagé qu’il le serait un jour.
Un admirateur nommé Andreas Jensen venait très souvent nous voir jouer.
Il a démarché un petit label nommé LYDERHORN RECORDS et décida de nous éditer sur vinyle.
Ce disque a eu son succès et fut remarqué par METEORCITY qui décida de nous éditer au format CD. Nous ne pensions donc vraiment pas que cette démo verrait ainsi le jour.
Les gens l’ont découverte, mise en lumière et nous les remercions de l’avoir fait. (Nota, nous sommes très fiers d’en faire partie à Lords of chaos).

Vous venez juste de signer avec DOOMENTIA RECORDS pour votre premier (et énorme !) album. Est-ce une bonne chose, cela vous offre-t-il une meilleure exposition ? 

Je suis touché que tu aies aimé notre album l’ami. DOOMENTIA est un très bon label qui a déjà sorti énormément de bonnes choses. Nous étions très excités quand ils ont dit qu’ils aimeraient sortir « Become the Sun » en vinyle. Signer avec eux va nous permettre de toucher d’avantage de public, c’est évident.
Travailler sur ce projet avec eux était vraiment agréable et était toujours très pro.
Le résultat nous plait autant visuellement que musicalement, nous ne pouvions pas être plus satisfaits.
Nous avons eu de très bons rapports avec tous les labels avec qui nous avons travaillé cette année.
TOTEM CAT RECORDS a édité la version CD de l’album et de « Cyclopean Riffs », un split LP de tueurs avec nos frères du sud, WO FAT.
Les gens de TOTEM CAT RECORDS sont très gentils, c’est très facile de bosser avec eux. Nos deux labels ont fait les bons choix pour les bonnes raisons, ils aiment la musique, ils ne sont pas là pour t’enfler.

Peux-tu nous parler un peu plus de cette collaboration avec WO FAT ? 
 
Certainement, TOTEM CAT RECORDS vient de réaliser un split LP 12’’ intitulé « Cyclopean Riffs » avec nous et WO FAT. Ce LP est une tuerie, chaque groupe joue deux titres dessus. Il y a donc quatre titres qui ne durent pas moins de quarante minutes.
Nous sommes très honorés de figurer sur un split LP avec un groupe de la trempe de WO FAT. Leurs deux titres sont fantastiques. Je suis un de leurs fans depuis longtemps.
Un pote me les a faits découverts il y a plusieurs années.
Je n’aurai jamais imaginé que nous serions un jour sur le même split.
Nos chansons sur ce split sont les premières intégralement écrite par le line up actuel, je trouve qu’elles rendent vraiment bien, élégantes avec beaucoup d’effets .

Quels sont les éléments qui d’après toi font la personnalité d’EGYPT, peut être cette très particulière distorsion de la basse ? 

Nous aimons les percussions très lourdes, les amplis Tube, les pédales à effets et le volume. Nous assumons tous de jouer accordés plus bas, nous jouons en MI ce qui surprend les gens. Coté matériel, j’utilise un Ampeg SVT Classic avec un caisson 8×10. Pour la distorsion fuzz, j’utilise une Supercollider de Earthband Audio, j’adore cette pédale. La question que l’on me pose le plus souvent au niveau matériel est de savoir comment je parviens aux effets de « Valley of the kings », j’utilise une pédale Bassballs (ndlr : littéralement basse couillue, quel nom explicite). Je l’ai utilisée sur tout le titre et je ne pourrai en conséquence probablement plus l’utiliser.
Neal utilise un gros ampli Tube et deux amplis Marshall couplés. Pour la distorsion fuzz, il utilise une Fuzz Face et il fabrique aussi ses propres pédales. Il a fabriqué son propre univibe qu’il utilise et ça assure !

Comment voyez-vous le futur d’EGYPT d’ici un an ? Et d’ici cinq ?
 
Et bien passant plein de temps en répétition et en étant aussi sollicités que possible.
Nous espérons tourner et enregistrer, nous travaillons actuellement sur pas mal de nouveaux titres et nous espérons sortir un nouvel album l’année prochaine.
Aussi loin que cinq ans, qui sait ?
On aimerait jouer et enregistrer aussi longtemps que l’on pourra.

Sais-tu qu’il y a un public en France pour le stoner et le doom ? (je t’invite à jeter une oreille sur MUDWEISER et LOS DISIDENTES DEL SUCIO MOTEL, deux groupes français) 

Pour être honnête, je ne connais pas grand-chose de la France, je n’ai jamais vraiment entendu de groupes français mais j’aime bien le nom de MUDWEISER. J’irai voir ça c’est certain !

Etait-ce un choix de ne sortir que des éditions vinyles avant les éditions CD ou était-ce par facilité ? 

C’est un hasard pour l’EP comme nous en parlions tout à l’heure. Andreas de LYDERHORN RECORDS aimait la démo et voulait la sortir en vinyle. Pour « Become the Sun », nous l’avons d’abord sorti en MP3 et en CD avant de le sortir en vinyle. De nos jours, c’est plus simple de sortir en MP3 et en vinyle.
Le vinyle a fait un gros retour et tout le monde possède un lecteur MP3 avec des milliers de titres dessus. Les CD ne sont plus si populaires.

Qui réalise vos artwork ? 

La couverture de « Become the Sun » est l’œuvre de Brian Koschak. C’est un super gars et un grand artiste. Il réalise l’artwork d’un groupe de Fargo nommé TRANSPORTER et j’ai toujours aimé ce qu’il faisait.
J’ai donc pris contact avec lui et nous avons discuté des détails. Il a fait plein de très belles choses dont des illustrations pour un comic book de STAR WARS paru chez DARK HORSE COMICS.
Il faut vraiment aller voir son œuvre, c’est un bon.

Prêts pour une tournée mondiale ? Vous devez, on vous attend à Lords Of Chaos… 

On aimerait aussi. C’est une question d’argent, nous avons été contactés par plusieurs organisateurs en Europe mais nous n’avons pas été capables de concrétiser, tout simplement trop cher pour s’y rendre. Nous espérons toutefois arriver à quelque chose dans un futur proche, nous sommes un groupe de scène, nous aimons jouer.

Y-a-t-il quelque chose que tu souhaiterais dire à propos du groupe, de la musique, de l’esprit du doom ou à un autre sujet ? 

Je voudrais juste remercier les gens qui découvrent notre musique. Nous apprécions vraiment ça. Nous sommes motivés à tourner et à assurer des concerts. Nous avons pas mal de dates dans le Midwest cet été, notre minibus s’arrêtera à Kansas City pour mettre le feu avec WO FAT et pleins d’autres super groupes. Ça va être de supers concerts.

Pour finir, peux-tu nous donner 10 ou 20 titres que vous aimez, qui vous ont influencés ou de groupes que vous voudriez mettre en valeur ? 

On aime tellement de choses. Nous sommes des gros fans de SABBATH, ZZ TOP et DEEP PURPLE.
On aime aussi des groupes comme WEEDEATER, CHURCH OF MISERY, MELVINS, KYUSS, FU MANCHU, ELDER… la liste pourrait ne jamais finir. J’aime beaucoup de groupes de rock obscures des 70’s comme LEAFHOUND, BUFFALO, NOVEMBER pour n’en citer que quelques-uns.
Je suis aussi à fond dans le vieux blues du delta.

Note de la rédaction : le blues du delta est un des plus vieux style du blues qui a vu le jour entre le Mississipi, Vicksburg et Memphis. Il est caractérisé par des chanteurs seuls auto-accompagnés à la guitare ou à l’harmonica.
Citons parmi eux JOHN LEE HOOKER ou ROBERT JOHSON qui a influencé de grand guitaristes comme JIMMY HENDRIX, JIMMY PAGE ou encore BOB DYLAN.

Share This:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *