[Interview] AMARANTHE – Paris , sortie Maximalism

C’est juste avant que le groupe ne monte sur scène, le 3 novembre 2016 à Paris, que Freyja s’est entretenue avec lui. En voici quelques mots et un amusant track by track soulignant la sortie de « Maximalism », dernier album d’Amaranthe.

Pouvez-vous m’en dire plus à propos de « Maximalism » ?

Que veux-tu savoir?

Parle-moi de la production, la composition…

Le titre est très révélateur, cet album est une « maximalisation » de tout : il est plus pop, plus brutal, plus catchy, il y a quelques chansons qu’on ne se serait pas imaginé écrire il y a quelques temps, avec beaucoup de growls, comme « Fury » par exemple. Nous avons l’impression que maintenant nous pouvons faire ce que nous voulons. Il y a des titres comme « That Song » qui est complètement l’opposé, c’est une chanson de rock très classique. On fait vraiment ce qu’on veut.

A propos de la composition, comment travaillez-vous? Chacun de votre côté ou tous ensemble?

On essaye de se parler le moins possible entre les tournées car, en fait, on n’est pas amis, on a acheté les chansons sur internet (rires). Plus sérieusement, on travaille en équipe. Mais les chansons sont surtout travaillées en studio, la différence entre la pré-production et le résultat final est souvent énorme. Certains morceaux sont même composés intégralement en studio, on arrive avec un refrain ou une idée et en y travaillant ensemble on ressort quelque chose qui fonctionne. On travaille pas mal sous pression quand même et ça marche plutôt bien!

Vous êtes partis en tournée tout de suite après la sortie de l’album, c’est assez inhabituel, la plupart des groupes attendent au moins un mois ou deux…

La vie est trop courte! (rires). En fait ça s’est présenté comme ça, on voulait vraiment partir en tournée avec les potes de Smash Into Pieces et Sonic Syndicate alors on s’est dit que ce serait bien de promouvoir l’album sur la tournée. C’est difficile de tourner en décembre par exemple, si on n’était pas partis en tournée maintenant il aurait fallu attendre le printemps et ç’aurait été trop tard. En plus, nous sommes déjà bookés pour les Etats-Unis alors ç’aurait été vraiment trop compliqué.

Ce soir vous jouez à Paris, j’espère que vous avez pu profiter un peu de la ville…

Pas cette fois mais c’est une ville magnifique qui a beaucoup à offrir.

Que pensez-vous de la salle du Petit Bain?

C’est très surprenant mais le son est absolument génial! C’est toujours un défi de jouer dans des salles plus ou moins grandes, selon les pays où l’on joue on ne sait pas si le public sera au rendez-vous. Il semble que les gens aient toujours mieux à faire comme regarder « Survivor » ou « Qui veut gagner des Millions? »

Apparemment vous n’êtes pas très au courant des programmes TV français…

J’imagine qu’il doit y avoir des programmes sur le fromage ou les baguettes.

Oui, c’est tout à fait ça!

Mais c’est très important, les enfants doivent apprendre comment faire leur propre fromage et leur propre vin (rires).

Dans un autre registre, saviez-vous qu’au musée de la ville de Göteborg (Suède) un petit cartel vous est consacré, vous y êtes aux côtés de groupes comme Amon Amarth ou encore Hammerfall. Qu’en pensez-vous?

Ce n’est pas très étonnant car la ville de Göteborg est très fière des groupes de musique qui en viennent. C’est une ville capitale pour la musique et plus précieusement pour le metal grâce à des groupes tels que In Flames. J’ai grandi avec ces groupes, leur influence a été primordiale.

Nous allons maintenant passer à la dernière partie de l’interview, le « track by track ». Je vous donne un titre de l’album et vous me donnez un mot ou une phrase qui vous y fait penser.

Maximize?

Groovy!

Boomerang?

C’est LE hit de l’album!

That Song?

J’adore la jouer live, elle a besoin de ça pour être comprise.

21?

C’est celle que je préfère jouer quand je suis chez moi.

On The Rocks?

Groovy, et également un très bonne chanson à jouer en live!

Limitless?

Modern pop.

Fury, vous l’avez déjà évoquée plus tôt dans l’interview… alors Faster?

C’est le morceau le plus « power » que l’on ait composé

Break Down & Cry?

Elle aurait pu être sur n’importe quel album précédent. C’est un morceau qui fait le lien entre tout ce qu’on a fait jusqu’à présent. Elle est intemporelle.

Supersonic?

Disco, elle me fait penser à Queen.

Fireball?

C’est définitivement mon morceau préféré de l’album.

Endlessly?

Titanic rencontre Disney!

2 morceaux supplémentaires: Drop Dead Cynical?

C’est probablement celle que l’on devra jouer jusqu’à la fin de notre vie.

The Nexus?

C’est également une chanson qu’on n’arrêtera pas de jouer. Le label voulait vraiment que ce soit un single mais on avait de sérieux doutes. On a du céder et en effet, nous avions tort.

Je n’ai plus de questions. Merci beaucoup, je vous laisse le mot de la fin…

Venez nous voir en live, vous pouvez nous écouter sur Spotify ou Youtube mais si vous voulez réellement expérimenter le groupe, il faut venir nous voir jouer en live!!!

Share This:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*