[Interview] AcoD

MANGAKAWAICAT
MANGAKAWAICAT

Les derniers articles par MANGAKAWAICAT (tout voir)

Aujourd’hui, j’ai le privilège de dialoguer avec Fred le chanteur d’ACOD, autour d’un pastis et d’olives sur le Vieux-Port de Marseille.

Bonjour Fred, merci de m’accorder un peu de ton temps pour répondre à mes questions.
Que signifie AcoD et comment vous est venu ce nom ?

Salut MANGAKAWAICAT, je ne peux malheureusement pas te révéler la signification du nom du groupe sur cette interview. En fait on ne le révèle nulle part, jamais ! Il y a une sorte de tradition qui s’est installée depuis nos débuts et qui consiste à ne transmettre ce « secret » qu’oralement en fin de soirée.

Quel a été l’élément déclencheur d’ACOD ? Qu’est-ce qui a fait que le groupe s’est formé ?

Le groupe s’est formé en 2006 lorsque j’ai rencontré Chris. Nous avions beaucoup de goûts en commun et surtout la même vision de la musique. Il n’a pas fallu attendre longtemps pour qu’un projet musical voit le jour sous la forme initiale d’ ACOD.

A quels âges respectifs avez-vous commencé à vous lancer dans la musique ? Et quels étaient alors vos groupes préférés, vos idoles etc…?

J’ai dû commencer à chanter dans un groupe aux alentours de 16 ou 17 ans, le groupe s’appelait « CHAOS ». Nous étions une véritable bande d’amis mais pas tous de très bons musiciens (surtout moi). Nous reprenions (mal) du Sepultura, du Megadeth, du Metallica…. nos compos visitaient tous les styles. Nous étions friands de musique et on écoutait absolument tous les genres assimilés Metal. J’ai de très bons souvenirs de cette période ! Le groupe à splitté après quelques concerts et nous avons formé avec le bassiste un groupe de black Metal epic « HAWKMOON » mais ceci est une autre histoire.

Vous vous êtes produit au Motocultor Festival cette année, est-ce que cela vous a plu et souhaiteriez-vous y rejouer ? Par ailleurs, dans quels autres festivals aimeriez vous participer à travers le monde ?

Nous avons tous énormément apprécié notre séjour au Motocultor festival et nous espérons y revenir prochainement ! Nous aimons jouer en festivals c’est là que nous pouvons justement « surprendre » un public qui ne nous connait pas! Lorsque nous lisons sur internet que quelqu’un nous a découvert par hasard sur une scène de fest et a aimé c’est très gratifiant. La liste des festivals qui ont retenu notre attention est extrêmement longue il serait difficile de ne t’en citer qu’une poignée !

Dans vos textes, quels sont vos sujets de prédilections, préoccupations etc… ?

Nos 5 premières réalisations (3 albums et 2 EP) traitaient de beaucoup de sujets différents. Aujourd’hui, à l’aube de notre 4eme album nous avons décidé de créer tout un univers et de proposer un concept album sur le voyage d’un homme meurtri à travers un univers sombre et dangereux. Les 10 titres de ce futur opus suivent tous le même fil conducteur. Le travail sur les paroles et la composition a donc été long mais nous sommes très satisfaits du résultat, on a hâte de l’enregistrer et de vous le faire écouter.

Quelles sont vos impressions sur la scène métal française et son organisation ? Selon vous quelle chance lui donne t’elle ? S’il y a des obstacles, quels sont ils ? Et comment selon vous serait il possible d’y remédier ? D’une façon globale, que pouvez-vous nous dire à ce sujet ?

La scène métal française est extrêmement riche en très bons groupes! Malheureusement, à de rares exceptions, c’est souvent les formations qui « marchent » à l’étranger qui prennent le devant de la scène. Les obstacles sont nombreux mais ils ne sont pas inhérents à notre pays. Les orgas ne veulent plus prendre de risques (et on les comprend vu le nombre de concerts et de festivals qui ne sont pas rentables), ils ne prennent donc que des groupes à moyenne ou forte notoriété et délaissent les « petits ». Je ne suis pas organisateur de concert du coup je n’ai pas de solution miracle pour mettre en lumière les talents français. Disons que pour les petits groupes il y a le Motocultor festival qui propose un contexte qui fait jouer les vainqueurs à 17h40 sur une mainstage, c’est du jamais vu en terme de visibilité pour des amateurs ! Pour moi c’est donc un exemple à suivre. Je t’avoue que j’ai hâte de voir nos gros groupes français la nuit au Hellfest et plus en après-midi!!!

Vous êtes basés sur Marseille, pour vous est-ce pénalisant de résider en Province par rapport aux groupes résidant dans la capitale ? Et puisqu’on parle de Marseille, y a t’il assez de structures, clubs, et salles pour se produire ?

Il n’y a rien de pénalisant à vivre ici au contraire, regarde : DAGOBA vient de chez nous et ils cartonnent depuis des années!  Nous n’avons jamais eu de mal pour jouer à Marseille. J’aimerai qu’il y ait bien sur plus de lieux dédiés au Métal mais je trouve que nous n’avons pas à nous plaindre pour le moment.

En dehors des festivals, souhaiteriez vous vous produire dans quels pays d’Europe et pour aller plus loin comme la Malaisie où ce type de métal est très développé ?

Pour faire simple  nous adorons jouer en live, c’est même sur scène que nous ressentons l’essence même d ACOD ! Du coup peu importe le pays, cela nous convient, nous avons déjà eu la chance de jouer en Italie et au Japon et nous sommes tous prêts à réitérer la chose n’importe où !

Avez-vous des passions, des activités autres en dehors de la musique, quelque chose en particulier  ?

Je t’avouerai qu’ ACOD accapare une grande partie de notre temps libre. Le reste du temps nous le partageons entre la famille et les amis. Fut un temps Jérôme (basse) faisait de la danse contemporaine nu, mais ses très nombreuses addictions l’ont fait abandonner.

Merci beaucoup pour ta participation et tous ces éclaircissements, je vous souhaite une très belle et longue route à travers le monde !

 

Share This:

1 Commentaire le [Interview] AcoD

  1. Dwarfalchemylegend // 12 octobre 2017 á 9 h 24 min // Répondre

    Peut on voir des videos de Jerome faisant ses danses contemporaine. Je suis profondemment intrigué. Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*