[Chronique] UNSCARRED – Unscarred Ep

Rating:

b-7160ce6bNote : 9/10
Facebook/Soundcloud/Bandcamp

Je ne suis pas le premier à présenter ce premier EP d’Unscarred mais il me semble que, bien que bonnes, les critiques que j’ai pu lire me paraissent un peu sous-estimées. Revenons sur l’histoire du combo quelques instants. Le groupe a commencé à se former en 2002 et son line-up s’est affiné et surtout consolidé jusqu’en 2008.

Le groupe officie dans un registre thrash assez moderne mais bien ancré dans ses racines, les sonorités sont souvent proches de certains opus de groupes comme Metalligadeth à leurs débuts. Ce qui va amorcer un virage certain pour le groupe est l’arrivée de sa vocaliste Nelly « Niloofar » en 2012. Je parle bien de virage car nous avons d’un coté une formation qui a fait son expérience et a trouvé sa stabilité, d’un autre une vocaliste tout à fait atypique. En effet Nelly dispose d’un timbre de voix divinement thrash avec une tessiture polyvalente et une justesse évidente. Ces qualités sont déjà assez rares mais il y a plus rare encore, c’est de trouver ces aptitudes vocales chez une jeune fille capable de dégager une animosité et une rage aussi exacerbée tout en gardant justement son timbre féminin. Nombreux sont les passages où l’on peut percevoir le dernier centimètre cube d’air expiré par la princesse au service d’un cri bestiale et maitrisé. J’ai hésité à citer ces références mais quelque part cela me renvoie volontiers à la rage vocale qui animait les premiers albums de Sepultura ou encore cette faculté du hurlement de Tom Araya. Bien entendu, le registre est un peu plus moderne et certains titres ont des arrières goûts de Rage Against The Machine.

Revenons à l’EP en lui-même, composé de cinq titres dont certains comme « 100 Lashes » durent facilement plus de six minutes, ce qui devient inhabituel de nos jours. Balancer de la puissance et de la rage deux minutes par deux minutes c’est possible certes, mais construire des morceaux dans lesquels ont peut encore placer de la mélodie, du break et du blast, on perd un peu de monde sur la route quand même. Cinq titres, cinq folies furieuses dont les excellents « Puppets’s Territory » et « Reborn » qui sont l’occasion pour le groupe d’expérimenter des sonorités un peu plus complexes et recherchées.

Je ne cache pas qu’à cet instant je suis très curieux de savoir quelles orientations vont être prises et j’espère que nous aurons le droit à des lâchés guitaristiques plus poussés (quinte/tierce par exemple…). Le groupe est actuellement en studio et va très prochainement livrer son premier album. Cette chronique est l’occasion de ramener un peu d’attention sur nos compatriotes qui tournent pas mal en ce moment, vous pourriez louper quelque chose…
L’EP est offert en téléchargement libre par le groupe, ne soyez pas bêtes allez donc écouter ça.

PS : soyez curieux et allez jeter une oreille aux covers de Nelly sur le Soundclound.

Share This:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*