[Chronique] SÓLSTAFIR – Ótta

Rating:

solstafir

Note : 9.5/10

Site officiel
Facebook

« SÓLSTAFIR sont différents » : c’est par cette phrase que Season Of Mist entame la description de leurs poulains. De par leur mélange unique de metal bourré de belles mélodies, de moments psychédéliques ; le tout emporté par un fort courant de (hard)rock classique. Aussi varié, mystique et attrayant que les paysages de leur Islande natale, leur cinquième longue réalisation Ótta est la suite logique de son très acclamé précurseur Svartir Sandar (2011), et surtout la continuité de leur démarche artistique qui a vu le Post Rock/Black Metal de leurs débuts se transformer petit à petit en un Rock’N Roll épique et atmosphérique, ou Pagan Rock Islandais. Comme si SIGUR ROS avaient des racines Metal. Pourtant, le groupe ne crache pas sur son passé, loin de là, car il est indéniable que l’esprit Black Metal qui les anime est toujours présent. Celui qui dira le contraire n’aura pas compris grand-chose à l’histoire…

La musique de SÓLSTAFIR traverse les paysages verts et ondulés de leur île natale, transperce les tempêtes de neige de l’Arctique, brave la déferlante des vagues sur les côtes et défie les éruptions des volcans aux noms imprononçables. Cet album doit être écouté à plusieurs reprises (pour une fois que l’on peut faire quelque chose sans modération !!!), pour découvrir à chaque fois une nouvelle couche de détails. Chaque écoute est différente et révèle encore et encore chacune de ces grandes chansons.

Les titres de Ótta forment un concept basé sur un vieux système de temps islandais: le jour de 24 heures est divisé en 8 parties de 3 heures chacune (3×8=24, on est bon !). L’album commence à minuit (« Lágnætti »), se poursuit à travers chaque tranche horaire de la journée et se termine par « Náttmál » (« Temps de nuit ») de 21h à minuit. Cette forme de temps est beaucoup plus souple, beaucoup plus ouverte que le tic-tac incessant des temps modernes, où chaque seconde est destinée à compter, et qui transforme l’humanité en gardiens de l’horloge de l’entreprise. Alors maintenant « STOP !!!! » : on arrête tout ! Fini le réveil qui sonne à 6h du mat’. Fini le flux incessant de voitures sur le périph, les attentes interminables sur le quai de la gare ou du métro. On éteint la télé, on stoppe ces millions de micro-processeurs qui tournent en boucle et on se libère des sonneries de téléphone, des notifications Facebook et autres Tweet… On laisse de côté l’Ukraine, la Russie, Israël et l’Iraq… Maintenant on se pose et on respire ! Car Ótta est vraiment une bouffée d’air pur dans cette cacophonie politico-économico-médiatique. SÓLSTAFIR nous donne l’antidote : il suffit de pencher la tête en arrière, de fermer les yeux, de prendre notre temps et de nous perdre dans ce chef-d’œuvre qu’est Ótta !

Tracklisting

  1. Lágnætti
  2. Ótta
  3. Rismál
  4. Dagmál
  5. Miðdegi
  6. Nón
  7. Miðaftann
  8. Náttmál

Share This:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*