[Chronique] SEPULTURA – Morbid Visions

Mike Elektrökuthör

Archéologue du Metal (Thrash Old School en particulier) à la recherche de la petite pépite méconnue ou mésestimée. Les 80's/90's regorgent de groupes comme ça et c'est mon devoir de les trouver, les écouter et partager mon avis sur ma découverte.
Mike Elektrökuthör
Rating:

Page Officielle

 

1986, le Metal extrême explose à la face du monde et certains groupes préparent déjà leurs armes pour aller encore plus loin dans la violence. Que ce soit le Death ou le Black, chacun prépare sa tambouille de son côté afin de rendre malade les parents et leurs associations qui s’indignent de ce qui se fait depuis quelques temps, sans se douter que le pire est à venir.
Après leur split avec OVERDOSE, il est temps pour SEPULTURA de passer aux choses sérieuses et de sortir un album complet. Pour cela, le groupe va s’enfermer dans son garage et potasser afin de sortir les 8 titres qui composent ce « Morbid Visions ».

Comme pour « Bestial Devastation », le son est crade et fragile, les riffs transpirent la simplicité, le chant est faible et le tout ne vaut pas vraiment un clou comparé à ce qui est sorti en cet an de crasse 1986. Bah oui, même si « Troops Of Doom » est devenu un morceau culte grâce à sa remise en forme sur « Schizophrenia », il faut reconnaitre que là, ça fait pâle figure face à un « Angel Of Death » ou même un « Leper Messiah » pour le comparer avec un morceau de qualité moindre.

Pourtant, ces visions morbides ont quelque chose de prenant. Comme sur le précédent effort, on retrouve cette conviction qui fait la force de ce que propose SEPULTURA, alors que la fragilité de l’album nous pousse à passer notre chemin. Nos petits jeunes en font, encore une fois, clairement trop et s’autocaricaturent avec ce faux côté « Evil » et ces textes qui visent à faire peur mais qui poussent plus à rire qu’autre chose car, pour le coup, on a droit à encore plus de guerre, de Satan, de violence, etc.

Seulement voilà, le rendu reste encore une fois fantastique car SEPULTURA parvient à rendre l’atmosphère moite, poisseuse et palpable et nous sert là, son album le plus brutal de sa discographie et certainement le plus sauvage aussi. Et comparé à ce qu’il se faisait à la même époque au Brésil, c’est clairement dans le thème. Si on lorgne du côté de VULCANO, on a la même recette niveau violence, sauf que ces derniers ont une meilleure maîtrise du sujet que SEPULTURA qui fait preuve d’une linéarité assez effrayante sur cet album. Chaque refrain est amené de la même façon, les riffs sont prévisibles, les titres s’enchainent et se ressemblent mais ce sont ces erreurs et cette violence mal gérée qui font de ce « Morbid Visions » un disque incroyable. Il est d’ailleurs très souvent cité comme une influence majeure pour des groupes qui sont devenus énormes par la suite (DEICIDE, CANNIBAL CORPSE par exemple).

On pourrait aussi se risquer à comparer ce disque au fameux « Obsessed By Cruelty », premier album de SODOM, qui fait preuve de la même violence avec les mêmes problèmes cités plus haut, dans un registre un peu différent. Des titres comme l’éponyme ou encore « Mayhem », « War » et « Show Me The Wrath » sont des exemples typiques de ce qui se faisait à cette époque et que l’on pouvait vraiment qualifier de Metal extrême.

Comme pour « Scream Bloody Gore » de DEATH, « Obsessed By Cruelty » de SODOM, « Show No Mercy » de SLAYER ou encore « Consuming Impulse » de PESTILENCE, « Morbid Visions » souffre de la qualité des offrandes qui ont suivi. De ce fait, il est souvent décrié voire mal aimé car il faut reconnaître que face à « Schizophrenia » et « Beneath The Remains », ce premier effort n’a pas vraiment un physique d’athlète, bien au contraire, il est même rachitique et avare en muscle. Mais malgré ce handicap, il n’hésite pas à montrer les crocs et à se montrer très agressif face à son auditeur. Dernier album avant l’arrivée d’Andreas Kisser qui va venir tout chambouler et amener SEPULTURA vers de nouveaux horizons et surtout vers le succès.

Share This:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *