[Chronique] RIVERS OF NIHIL – Monarchy

Zedkuesde

Chroniqueur d'album - passionné de musique (du jazz au métal extrême) - guitariste - photographe - étudiant à ses heures perdues

Les derniers articles par Zedkuesde (tout voir)

Deux ans après la sortie du premier opus The Conscious Seed of Light, les Américains de Rivers of Nihil reviennent avec un 10 titres de 50 min sobrement intitulé Monarchy.

Malgré leur étiquette de Technical Death Metal, les rivières nous servent sur un plateau d’argent une musique bien plus complexe et ample. Monarchyest un album progressif, preuve du savoir-faire des cinq compagnons.

Nous sommes accueillis par une intro ambiante, sombre et creepy à souhait, pour mieux nous en prendre une bonne dans la gueule. Le décor est planté dès les premières secondes de Perpetual Growth Machine : du gros, du gras, mais également du groove, et beaucoup d’influences. Chaque morceau possède des références aux grands de notre monde : de Sand Baptism au-dessus duquel la projection astrale de Nergal (Behemoth) rôde, à Gojira sur l’instrumental Terrestria II : Thrive, on s’y retrouve pas trop mal ! Les grattes sont mélodiques, empruntant tantôt au death core, tantôt au black sympho, tantôt au prog, tout en ajoutant leur touche personnelle. La sauce prend, le groupe n’est pas l’ombre de ses prédécesseurs, mais apporte son inspiration, son son, ses gammes, son univers. Le chant est crié mais propre, la batterie est presque robotique, la basse ne se perd pas dans ce florilège de notes et de dB. La nuance est omniprésente, hors de question de se retrouver face à des morceaux de « Death rentre dedans durant 4 min ».Circles In The Sky est très progressif, nuancé, Ancestral I rappelle les glorieuses heures du djent/deathcore, le groove en plus.

Portés par un mix et un mastering de grande qualité, les Américains de Rivers of Nihil nous livrent un excellent album, complet, ample, ouvert aux sons clairs et à l’ambiant, brutal, moderne et surtout très efficace !

Agréable découverte pour moi, pas très friand du death « classique ». Les tendances core/djent et les passages en clean voire en accoustique m’ont beaucoup plus. Je n’hésiterai pas à suivre ce groupe à l’avenir.

S’il fallait n’en retenir que trois : Monarchy / Terretria II : Thrive /Circles In The Sky

Share This:

A propos Zedkuesde
Chroniqueur d'album - passionné de musique (du jazz au métal extrême) - guitariste - photographe - étudiant à ses heures perdues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*