[Chronique] Rhapsody of Fire – The Eighth Moutain

Rating:

Rhapsody of Fire, The Eight Mountain
Février 2019.

Rhapsody, Rhapsody of fire, Luca Turilli’s Rhapsody, Rhapsody’s Reunion, Turilli / Lione Rhapsody, qui ne s’est pas perdu dans toutes ces dénominations? Les Histoires de ce groupe formé par Luca Turilli, Fabio Lione et Alex Staropoli, sont dignes des épopées qu’ils relatent dans les différentes Saga Rhapsody.

Ici c’est bien de la formation « Of Fire » dont nous parlerons. Rhapsody of fire revient en 2019 avec nouvel album, The Eighth Mountain de son nom. Onzième album de cette formation qui en plus de 20 ans de carrière aura vécu beaucoup de changement. Du changement de nom, au divorce avec Turilli, on pensait la formation stabilisée.
Le départ de Fabio Lione fin 2016 après la sortie d’Into the Legend, marque à nouveau un coup dur pour la formation Italienne. Rhapsody of Fire, présentera Giacomo Voli au travers d’une compilation de 14 classiques du groupe tiré de l’Emerald Sword Saga (de Legendary tales en 1997 à Power of the Dragonflame en 2002).
Bien que les titres fussent réenregistrés et réorchestrés, Giacomio Voli ne m’avait pas fait grandes impressions. Là où Fabio Lione était grandiose, Giacomo était appréciable, mais sans les étoiles dans les yeux, ou les papillons dans le ventre.
C’était donc sans appréhensions que je découvrais ce nouvel album, moi qui avais adoré Into The Legend en 2016 (mais un peu moins Dark Wings of Steel, le précédent en 2013), le premier single The Legend Goes On ne m’avait d’ailleurs pas du tout emballé par sa platitude légendaire.

Qu’elle ne fut pas ma surprise en découvrant cet album ! Giacomo Voli se révèle un excellent vocaliste, et Staropoli y prend des élans très symphoniques à mon goût (ce qui ne me déplaît pas, mais qui pourrait, je le conçois, déplaire à beaucoup, préférant un bon power en règle), mais n’en reste pas moins un très bon album de Power Metal.
Album très varié, mais qui reprend tous les codes Rhapsodiens : du power, des chœurs, des instruments et passages bien baroques, et une nouvelle saga (The Nephlin’s Empire Saga) autant mythologique que transposable à notre propre réalité.
Cerise sur le gâteau, Feu Christopher Lee nous offre une performance sur Tales of a Hero’s Fate. Et c’est si bon d’entendre à nouveau sa voix sur une orchestration de Staropoli.
L’artwork, est toujours aussi bien soigné (oublions Dark Wings of Steel et Live From Choas to Eternity…), et les parties orchestrales sont assurées par le Bulgarian National Symphony Orchestra de Sofia.

 

Je n’aurais pas donné cher de cette formation après le départ de Lione. Je revois aujourd’hui mon jugement. Cependant j’attendrai un prochain album afin de certifier que le Phénix est bel et bien à nouveau revenu de ses cendres.

Top Titre : Seven Heroic Deeds, Master of Peace, Rain of Fury, The Courage to Forgive, Tales of a Hero’s Fate.

Rhapsody of Fire sera en concert à paris le 25 Février prochain au Flow

FacebookSite internetYoutube

Share This:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*