[Chronique] GANG – All For One

Bernard-Henri Leviathan

Bernard-Henri Leviathan

Chroniques, live reports, interviews, piraterie psychique… et danses de salon !

Styles de prédilection : Heavy, Speed, Black et Proto-black, Avant-garde, Doom, Thrash,…et plus ça sonne vieux, plus c’est savoureux!

Albums cultes: Angra “Holy Land”, Helloween “Walls Of Jericho”, Megadeth (… n’importe quel album entre “Killing Is My Business…” et “Cryptic Writings”), Death “Sound Of Perseverance”, Black Sabbath “Black Sabbath”, Ghost “Opus Eponymous”, Therion “Theli”, Mercyful Fate “Melissa”, Immortal“Battles In The North”, WASP “The Crimson Idol”, Yngwie J. Malmsteen “ Trilogy”, Notre Dame « Nightmare Before Christmas », Arcturus « La Masquerade Infernale », etc.

Devise : « Ce qu’il y a d’enivrant dans le mauvais goût, c’est le plaisir aristocratique de déplaire » - Baudelaire
Bernard-Henri Leviathan

Les derniers articles par Bernard-Henri Leviathan (tout voir)

Rating:

Underground Investigation, le site

GANG, le site

Note : 9/10

Il serait bon de ne plus avoir à le présenter. GANG est un acteur important de la scène underground française, un groupe qui, au travers de ses activités annexes, se mouille pour animer cette dernière et la faire vivre. Au fur et à mesure de sa carrière, il a su sortir bon nombre d’albums, EPs, ou encore lives oscillant entre Thrash et Heavy mais avec toujours cette valeur honorable du « Do It Yourself and surtout Old-School » plus ou moins soignée. Malgré une évolution positive sur « Inject The Venom », le précédent effort (chronique ici), j’étais resté sur ma faim. Et lorsqu’il s’agit de Heavy Metal… ma faim est grande ! Quelle surprise alors en découvrant « All For One » qui a tout du sacré bon en avant.

Comment dire ?

Tout ici respire le net progrès. Les morceaux ont plus de forme, de fluidité, de profondeur autour d’un Heavy Metal traditionnel maintenant bien défini, la production a plus de corps (BGS Music). Mieux stabilisés, les instruments, notamment la batterie de Malo, résonnent comme jamais ils n’avaient sonné sur un album de GANG ! Et la voix de Bill, moins nasillarde, moins suraiguë à l’excès, a pris un grand coup de maturité.

Il y a une volonté exprimée sur cet album, et elle illustre parfaitement ce titre choisi : « All For One ». Fort de son expérience, le groupe met en lumière bon nombre des rencontres qu’il a pu faire sur les routes. Ainsi plusieurs invités apparaissent au fur et à mesure des 9 titres (Tony Dolan (VENOM INC.), Steve Morrison (TYSON DOG), Vince Vercaigne (AMARTIA), Marc Quee et Fabrice Fourgeaud (ATTENTAT ROCK), Betov (ADX), Stephane Sauvage (LAST PROPHECY), Thierry Tripenne & Aurélien Pauchet (SPIRIT), Panagiotis Xanthou (RUSTX), etc.), agréable bonus notoire même si ce n’est pas là-dessus que repose la force du disque.

Les compositions sont inspirées, variées pour un produit global harmonieux. On retrouve des morceaux avec une bonne accroche (« The Almighty », « The Legend ») mais ce sont essentiellement 4 titres répartis au fil de l’album qui vont me séduire. Des titres aux passages épiques, révélant une véritable force harmonique pour saisir l’auditeur. Des chansons à travers lesquelles GANG se renouvelle vraiment et en toute subtilité.

Tout d’abord « Another Tomorrow » a une lourdeur assez sabbathienne et me renvoie directement, autant de part son ambiance que par le chant de Bill, au fameux «Chasse Le Dragon » de SORTILEGE. Puis, après un twin guitars dans la plus pure tradition d’IRON MAIDEN, « Warchild » prend un virage plus rock, notamment du fait de la participation catchy et chaude de Katerina Xanthou de RUST X, très bon groupe de Chypre que j’avais pu apprécier à la 21ème Convention d’UNDERGROUND INVESTIGATION. « Follow The Sign » est un mid-tempo atmosphérique, presque spatial, disposant d’un refrain très séduisant.

Mais le clou du disque est à venir avec les 2 morceaux de clôture. Il est fort à parier que « All For One », l’éponyme, remportera tous les suffrages des auditeurs. Nous avons là LA composition fleuve du groupe qui, à plus d’un titre, nous emmène aux frontières d’un « Rime Of The Ancient Mariner » ou encore d’un « Powerslave » des rois anglais (écoutez notamment ce petit emprunt de riff après solo). Vous remarquerez la qualité des références ! Très égyptien dans l’atmosphère (en renvoi à l’illustration du disque… renvoyant elle-même à un certain Eddie sur sa pyramide), le morceau est composé de tiroirs ouvrant sur un pont à la HELLOWEEN période Kiske ici, un contrepoint de basse avec arpèges de guitare et voix qui s’impose là, des harmonisations plaçant les 6 cordes en reines çà et là, le refrain qui prendra de l’ampleur en live, etc. Si l’album est parsemé de bons riffs, ceux que renferme cette chanson arrivent dans la tête du peloton !

« All For One » – la chanson – aura ses nombreux fans… mais pour ma part, c’est bien « Save Me », titre de clôture, qui aura ma préférence ! Car GANG donnera fin à son œuvre avec un morceau très fort, doté d’un riff solide et entrainant, d’un très beau refrain avec une pointe de mélancolie, et d’une partie soliste simple mais faisant mouche. Une seconde partie célébrée au clavier sert de sombre outro, pour lequel sonne le glas et sur lequel le chant de Bill, en une montée en tension, se fait encore plus magistral tandis que les guitares disparaissent progressivement, nous laissant un tantinet cois, le temps de reprendre nos esprits… et de relancer le disque !

Je me penche à nouveau sur ma précédente chronique réalisée pour le groupe et me dis que presque toutes les critiques que j’avais formulées pour « Inject The Venom » ont été corrigées. « Presque toutes » car quelques petites progressions peuvent toujours être visées. Je citerai 3 choses. Alors que Steve et Biggy excellent dans les harmonisations de guitare, les soli, en dehors de quelques guests, ne sont pas aussi bien travaillés et c’est assez dommage au milieu de tels brûlots. Autre point, le milieu d’album s’essouffle un peu à mon sens. La reprise d’ATTENTAT ROCK (« Lord Tell Me ») avec Marc Quee en guest, malgré tout le respect que je lui dois, ne m’emballe pas vraiment. « The Devil in Me », en dépit d’un bon solo, a un découpage vocal sur les couplets moins finement arrangé et renvoie un peu plus à la période « Inject The Venom ». Enfin, et c’est vraiment pour chipoter, la longueur des refrains de « All For One » – la chanson – aurait facilement pu être réduite de moitié pour une meilleure fluidité d’écoute.

Au-delà de ces détails, je ressors de l’écoute avec la nette impression de tenir là le chef d’œuvre du groupe, le disque avec un large cran au dessus. Le jour de sa découverte, j’ai bien dû le passer 5 fois d’affilée avec l’envie de digérer et creuser encore et encore ces titres, c’est dire !

Le nouveau disque d’un groupe qui a le sens de l’amitié et de la communauté, le nouveau disque d’un groupe sincère avec des valeurs fortes, le nouveau disque… dans votre platine ? Je ne peux que vous le conseiller ! Rendez-vous en tout cas en décembre, lors du classement des meilleurs disques de l’année en ce qui me concerne!

Share This:

A propos Bernard-Henri Leviathan
Chroniques, live reports, interviews, piraterie psychique… et danses de salon ! Styles de prédilection : Heavy, Speed, Black et Proto-black, Avant-garde, Doom, Thrash,… et plus ça sonne vieux, plus c’est savoureux! Albums cultes: Angra “Holy Land”, Helloween “Walls Of Jericho”, Megadeth (… n’importe quel album entre “Killing Is My Business…” et “Cryptic Writings”), Death “Sound Of Perseverance”, Black Sabbath “Black Sabbath”, Ghost “Opus Eponymous”, Therion “Theli”, Mercyful Fate “Melissa”, Immortal “Battles In The North”, WASP “The Crimson Idol”, Yngwie J. Malmsteen “ Trilogy”, Notre Dame « Nightmare Before Christmas », Arcturus « La Masquerade Infernale », etc. Devise : « Ce qu’il y a d’enivrant dans le mauvais goût, c’est le plaisir aristocratique de déplaire » - Baudelaire

1 Commentaire le [Chronique] GANG – All For One

  1. Merci pour cztte très juste chronique…l’album est zn effet excellent !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*