[Chronique] EGO MISS BLINDED – Tipping Point (EP)

Bernard-Henri Leviathan

Bernard-Henri Leviathan

Chroniques, live reports, interviews, piraterie psychique… et danses de salon !

Styles de prédilection : Heavy, Speed, Black et Proto-black, Avant-garde, Doom, Thrash,…et plus ça sonne vieux, plus c’est savoureux!

Albums cultes: Angra “Holy Land”, Helloween “Walls Of Jericho”, Megadeth (… n’importe quel album entre “Killing Is My Business…” et “Cryptic Writings”), Death “Sound Of Perseverance”, Black Sabbath “Black Sabbath”, Ghost “Opus Eponymous”, Therion “Theli”, Mercyful Fate “Melissa”, Immortal“Battles In The North”, WASP “The Crimson Idol”, Yngwie J. Malmsteen “ Trilogy”, Notre Dame « Nightmare Before Christmas », Arcturus « La Masquerade Infernale », etc.

Devise : « Ce qu’il y a d’enivrant dans le mauvais goût, c’est le plaisir aristocratique de déplaire » - Baudelaire
Bernard-Henri Leviathan
Rating:

12745500_781991558599328_2025358015040871434_nFacebook

Site Officiel

8.5/10

Quatre mecs qui marchent en plein désert, en laissant brûler le rêve américain derrière eux, ça fait un peu dangereux tout de même. Le genre de plan où je me dis que, du haut de mon humble chronique, j’ai plutôt intérêt à y coller une bonne note si je ne veux pas passer dire bonjour à Lemmy en mettant le contact dans ma voiture piégée. Là, j’ai envie de dire merci du cadeau aux charmants manager et attachée presse (Ellie Promotion tout de même, hein !) qui m’ont refilé l’engin !

Cinq nouveaux titres pour ces franciliens – format EP donc qui peut représenter un choix suffisamment judicieux dans cette époque malheureuse où la musique dégage plus vite que son ombre – et déjà une deuxième production depuis la création du groupe en 2013… une chose est sûre, ça ne chôme pas de ce côté-là !

Et pif ! Alors que les premières mesures de « That’s What I Am », plutôt tempérées sur un mode grande écoute, me font un peu douter de la dangerosité de la chose, je me retrouve dès le refrain en plein trip Rock mélodique qui, je le définirai ainsi, « a de la gueule » et se montre fort entêtant ! Essayez de virer ses refrains de votre esprits plusieurs jours après écoute… pas facile… c’est tenace !

Pour vous donner une idée de la chose et m’en sortir assez simplement, la musique d’EGO MISS BLINDED touche un peu à des groupes comme SOUNDGARDEN couplée à une méthode vocale que Blackie Lawless (WASP, pour les nuls) a tenté de refilé à une tripotée d’enfants tellement pas sages que peu ont retenu la leçon. EGO MISS BLINDED, lui, à moitié pas sage, a su avoir l’oreille au moment de l’enseignement.

Mince, écoutez ces intonations éraillées à la mélodie rugueuse, doublées de chœurs, sur des titres comme « That’s What I Am » ou « Raise Your Head Part 1 ». En un peu moins tiré sur les aigus, c’est jouissif comme si le vieux Blackie tenait la perche du micro ! Un beau brin de voix. Rien que cette idée entretient le côté hostile de la bande. Comme quoi, pas besoin de hurler ou tabasser à tout va pour mordre, il suffit juste de savoir placer où il faut le pain à son voisin ! C’est l’esprit Rock, celui des origines !

Bien sûr, il y a un côté un peu love-love aussi dans EGO MISS BLINDED et on voit déjà poindre une ballade avec « Alive », la troisième piste. Néanmoins, là où j’aurais habituellement tendance à zapper (ouh le vilain pas beau pas love-love!), il y a encore ici un refrain qui prend pas mal aux tripes et la bonne idée, d’un point de vue composition, et de l’avoir placé dès l’ouverture de la chanson, lui donnant alors un net caractère accrocheur.

Parallèlement, on a aussi une patte plus Metal sur « Raise Your Head Part 1 » avec riffs bien gras et ambiance plus lourde, limite Stoner, jusqu’à de l’aller-retour en palm mute typique Thrash sous le solo, ça, ça me parle bien.

Côté rendu global, ce qu’il faut tout de même savoir, c’est qu’on a à faire à des mecs qui n’en sont pas à leur coup d’essai. Dans le CV, on trouve des noms comme : WATCHA, ZUUL FX, ICELAND, ce qui fait que l’idée d’enregistrer avec un maximum de premières prises et un minimum d’overdubs donne un rendu à la fois brut et organique tout en étant réellement solide et mature. Hormis un léger clavier posé pour lier les riffs, faisant tampon entre les instruments, peu d’artifices, pas besoin de plus.

Et enfin, en guise de conclusion, alors que « Raise Your Head Part 2 » clôt l’EP avec des arpèges en son clair, on redoute de voir la voix arriver pour une seconde ballade. Heureusement, la guitare prend l’espace et s’élève progressivement pour un instrumental ambiancé comme il faut à la manière d’un générique de fin. Le truc à la Tarantino, vous voyez ? Le truc qu’on vous met après toutes les explosions, le fric tâché de sang, la vengeance et tout ça, le truc pour gérer la tremblotte, la gerbe ou la larme à l’oeil avant de sortir du ciné :

Moi, ça me file le frisson. Pas vous?

Share This:

A propos Bernard-Henri Leviathan
Chroniques, live reports, interviews, piraterie psychique… et danses de salon ! Styles de prédilection : Heavy, Speed, Black et Proto-black, Avant-garde, Doom, Thrash,… et plus ça sonne vieux, plus c’est savoureux! Albums cultes: Angra “Holy Land”, Helloween “Walls Of Jericho”, Megadeth (… n’importe quel album entre “Killing Is My Business…” et “Cryptic Writings”), Death “Sound Of Perseverance”, Black Sabbath “Black Sabbath”, Ghost “Opus Eponymous”, Therion “Theli”, Mercyful Fate “Melissa”, Immortal “Battles In The North”, WASP “The Crimson Idol”, Yngwie J. Malmsteen “ Trilogy”, Notre Dame « Nightmare Before Christmas », Arcturus « La Masquerade Infernale », etc. Devise : « Ce qu’il y a d’enivrant dans le mauvais goût, c’est le plaisir aristocratique de déplaire » - Baudelaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*