[Chronique] EAR DANGER – Warrior Soul

Bernard-Henri Leviathan

Bernard-Henri Leviathan

Chroniques, live reports, interviews, piraterie psychique… et danses de salon !

Styles de prédilection : Heavy, Speed, Black et Proto-black, Avant-garde, Doom, Thrash,…et plus ça sonne vieux, plus c’est savoureux!

Albums cultes: Angra “Holy Land”, Helloween “Walls Of Jericho”, Megadeth (… n’importe quel album entre “Killing Is My Business…” et “Cryptic Writings”), Death “Sound Of Perseverance”, Black Sabbath “Black Sabbath”, Ghost “Opus Eponymous”, Therion “Theli”, Mercyful Fate “Melissa”, Immortal“Battles In The North”, WASP “The Crimson Idol”, Yngwie J. Malmsteen “ Trilogy”, Notre Dame « Nightmare Before Christmas », Arcturus « La Masquerade Infernale », etc.

Devise : « Ce qu’il y a d’enivrant dans le mauvais goût, c’est le plaisir aristocratique de déplaire » - Baudelaire
Bernard-Henri Leviathan
Rating:

423426

Facebook
Site Officiel

Note : 7.5/10

En chroniquant « Full Blast At Last », le premier album de ce groupe tout droit venu des Pays-Bas, ma collègue Morrigan ou Ceridwen (on ne sait plus trop à force) nous parlait de son penchant pour les produits illicites… et pour les sabots, les uns n’étant pas toujours incompatibles avec les autres ! Face à ce pays qui fait dire à tous que l’herbe est plus verte dans le jardin d’à côté, tel un papa bienveillant quant à la prévention de la liquéfaction de la matière grise de sa descendance, je me devais de retirer cette chronique des mains de ma collègue. Sa désintoxication allait bon train mais, dans un état encore très fragile, il nous fallait rester vigilants.

Je m’attelais donc à cette nouvelle livraison dont la transaction était, pour la seconde fois, signée EMANES METAL RECORDS et comme tout le monde le sait, quand c’est du EMANES, Bernard-Henri Leviathan à personne ne le laisse!

Je ne vais pas vous retracer l’histoire de ce groupe (dont les premiers balbutiements remontent aux années 80) qui, malgré un épais nuage de fumée, restait fort lisible ici-même alors je vous invite à plonger directement au cœur des dix pistes que composent ce « Warrior Soul ».

A la première écoute, je me suis surpris à me sentir déstabilisé. L’origine du malaise était à chercher du côté de la voix de Leon Lohmann qui m’est d’emblée apparue comme très spéciale. Je n’étais donc pas sûr d’accrocher à l’album mais je ne m’avouais pas vaincu car, par ailleurs, un tour d’horizon sur ces compositions me permettait d’en aborder la variété.

Bon, j’arrête de parler à l’imparfait parce que c’est pénible et l’histoire débutée en intro est finie depuis déjà bien longtemps.

Je disais (juste un imparfait pour la forme) donc, le Heavy mélodique et cependant racé de ce quatuor sait, en effet, s’illustrer d’une manière tantôt traditionnelle (« Spread Like Wildfire », « City On Fire » déjà présent sur les démos de 1983 et 2007), tantôt plus abrasive avec un esprit Rock’n’Roll qui rappellerait presque MOTÖRHEAD de loin (parce que Lemmy en moto, il va très très vite) sur « Star Illusion » ou « I Am Your Enemy ». Il sait sonner speed mélodique aussi sur le très réussi « On The Run », dont la mélodie introductive me renvoie à des brûlots tels que le « Heavy Metal Universe » balancé en son temps par GAMMA RAY, ou le très bon « To Live Is To Fight » avec sa tenue de voix plus lyrique. Tantôt, encore, il arbore un côté épique à coups de mélodies de guitare guerrières sur « Warrior Soul », l’excellent « Crusader » et la belle clôture d’album que constitue « Raise Your Sword », titre intéressant débutant guitare sèche à la main, flûte au bec, de manière folklorique avant d’embraser d’autres speederies et un mid-tempo plein d’imagerie.

Côté interprétation musicale, le soliste s’en donne à cœur joie avec des soli où sweeps et aller-retours ponctuent les morceaux de la finesse et de la virtuosité qu’il faut. La section rythmique est à l’aise mais manque peut-être parfois de cassures véritables au sein même des morceaux.

Revenons alors à la voix qui reste comme l’élément particulier du groupe. Je ne suis pas totalement convaincu par ce timbre entre deux eaux, parfois forcé sur les modulations et ne présentant pas autant de tenue que ce à quoi on peut s’attendre dans ce style. Il y a un côté assez Rock’n Roll en définitive dans l’interprétation. En farfouillant bien, je trouve la bonne illustration de mon propos avec le titre « Bound By The Law» (également présent sur la démo de 2007). Ce morceau se présente d’entrée de jeu comme efficace, taillé dans le noble art de l’hymne à scander en troupeau, avec une rythmique bien appuyée et des chœurs virils pour faire chauffer le refrain, mais la voix flotte au dessus sans jamais véritablement réussir à emporter le titre, et au final fait retomber la dynamique. Le cri plus aigu en fin de partition prouve qu’avec une autre utilisation, elle aurait davantage pu élever la chanson. Cette impression me poursuit sur divers titres.

Néanmoins, ce qui semblerait être dans ma description un point faible, se révèle également être le point fort du groupe de par la distinction qui peut être faite avec les hurleurs standards utilisés par les légions de groupes Heavy et par l’originalité qui s’en dégage.

Il y a aussi des échappées réussies comme sur « On The Run » où Leon se révèle, sur « Spread Like Wildfire » où il pousse davantage sa voix, sur « Crusader » encore où le timbre est plus ouvert et convaincant. Les choeurs aigus de Matt Verschoor (également bassiste) apporte également de la dimension aux vocaux.

Au final, nous avons un album parfois inégal mais avec des idées qui tiennent la route. Il manque peut-être d’une véritable surprise en son sein (oui, Blackdog, celui-là te sera réservé) mais nul doute que le fan de Heavy trouvera du bonheur à l’intérieur. De mon côté, je me dis que j’ai bien fait de ne pas le laisser à Ceridwen cet album…. elle a besoin de repos la petite!

Note de Morrigan/Ceridwen : Vous savez maintenant que je souffre d’un dédoublement de la personnalité……mais la faute à qui ?! Il est vrai que j’ai besoin de repos et pour la désintox, c’est pas gagné…

Share This:

A propos Bernard-Henri Leviathan
Chroniques, live reports, interviews, piraterie psychique… et danses de salon ! Styles de prédilection : Heavy, Speed, Black et Proto-black, Avant-garde, Doom, Thrash,… et plus ça sonne vieux, plus c’est savoureux! Albums cultes: Angra “Holy Land”, Helloween “Walls Of Jericho”, Megadeth (… n’importe quel album entre “Killing Is My Business…” et “Cryptic Writings”), Death “Sound Of Perseverance”, Black Sabbath “Black Sabbath”, Ghost “Opus Eponymous”, Therion “Theli”, Mercyful Fate “Melissa”, Immortal “Battles In The North”, WASP “The Crimson Idol”, Yngwie J. Malmsteen “ Trilogy”, Notre Dame « Nightmare Before Christmas », Arcturus « La Masquerade Infernale », etc. Devise : « Ce qu’il y a d’enivrant dans le mauvais goût, c’est le plaisir aristocratique de déplaire » - Baudelaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*