[Chronique] Dyscarnate – With all their might

MANGAKAWAICAT
MANGAKAWAICAT

Les derniers articles par MANGAKAWAICAT (tout voir)

 

« Of Mice and Montains »

Intro « Propainiste », on vogue entre un bon S.O.D. dans l’esprit « The March of the S.O.D », à un rappel puissant à la « Vulgar Display of Power » de PANTERA avec un semblant de voix de notre si vénéré Phil Anselmo. C’est goresque, Gorgorothesque, du rythmé, carré, martelé, comme je les aime. On brandit fléaux à la main, tout en avalant une corne d’hydromel mélangée à de l’élixir de jus de crânes de guerriers, se sustentant de cette substance aphrodisiaque et ultra dopante. L’enchantement opère sur des cris Craddlefilthiens, des influences Metallicienes, rythmiques à la Creeping Death. C’est l’absolu, le mélange de nos violents les plus virulents, vénéneux, caverneux, du M.O.D. ; Ministry, cocktail molotov Napalmien, désherbant de toute forme d’humanité.

Ceci n’est pas destiné à des metalleux pro mélodies, mais à du goreux, cracheurs de sang et de feu, épilation au lance flamme, broche fumante humaine, véritable barbecue au charbon de bois. Ce sont des cannibales, l’écartèlement, l’éviscération totale en vue d’oracle et de prédiction sont de rigueur.

« This is Fire »

Lignée Pantérasque, et oui j’insiste… mais personnalisée, larsen de guitare telle une langue fourchue séparée en deux à l’extrémité, titille et assène de sa morsure et répand son venin. Le feu prend, et embrase tout et tous ; incandescence et iridescence de la présence du malin et apôtres cagoulés en incantation tournant autour du feu.

« Iron Strenghters Iron »

Glaive à la main, on invoque la puissance du mal et celle qui nous habite au plus profond de ces êtres maléfiques sortis des entrailles rouges et fumantes de la terre. Véritable magma incandescent, lacérant notre peau par des riffs assassins, superbes larsens. Assis sur le trône le roi,  guerrier des ténèbres,  y règne, la loi est d’acier et de feu ici.

« Traitors in the palace »

Intro magistrale à l’éloge de la Satan’s Church. Portés par cette communion maléfique à l’incantation et au retour du mal incarné sur terre, nous participons à ce transcendant rituel des ténèbres, dansant avec toutes les créatures, vampires, zombies, spectres, dans une  danse macabre, envoûtante et aliénante. Les sorcières entrent en scène avec leur sabbat, participant ainsi à ce complot Evildeadesque.

 » To end all flesh before me »

On repart dans le guttural, goreux, encouragement des troupes à la destination finale tel le manège diabolique dont la barrière de sécurité une fois abaissée ne se relève jamais jusqu’à ce que mort s’ensuive. Sur un rythme toujours « Propainiste », riffs Panterasques, du saccadé à la M.O.D. dopé à l’E.P.O. et ou je ne saurais trop dire…

« Backbreakers »

Départ « Métallièsque… à la « Fight fire with fire », ça déboule à fond la caisse sur un tempo toujours aussi radical dans la mission d’éradication des émotions sauf les 7 pêchés capitaux dont sont largement abreuvés nos lascars qui m’ont mis une torgnole à m’en décrocher les mâchoires et y perdre toutes mes dents, toutes crachées dans un flots de sang avec caillots wouaahh !!! Je vous souhaite bon courage ! Dans le bon sens du terme ! Un régal ! N’en profitez pas pour tuer votre belle-mère !!!

 

Share This:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*