[Chronique] DEEP PURPLE – The official Deep Purple (overseas) live series “Copenhagen 1972”

Blackdog

Blackdog

Fétichiste des cheveux chez Lords Of Chaos Webzine
Je ne fais pas ce que je veux avec mes cheveux et c'est frustrant.
Blackdog

Facebook
Le site

Aujourd’hui, je m’adresse tout particulièrement à deux catégories de metalleux, quelques die hard de 70’s élevés au LED ZEP et au PURPLE justement et à une nouvelle génération qui a envie de fouiller un peu le passé.
Les plus anciens n’ont pas attendu aujourd’hui pour trouver des bootlegs des nombreux lives du pourpre profond, il faut dire que cette époque offrait de très nombreuses possibilités et que c’était la seule manière de disposer d’enregistrements en live.
Néanmoins, ces bootlegs, quelques fois plus officiels qu’il n’y paraissait dans le cas de PURPLE, n’ont pour la plupart été édités que bien plus tard souvent chez des éditeurs indépendants en faible nombre et avec une masterisation plus ou moins réussie.
C’est relativement légitime entre les premiers enregistrements connus de 1968, ceux jusqu’en 1976 et les plus récents captés directement en vue d’être édités en live, il y a des progrès techniques non négligeables, le soundbording n’est pas le même et le nombre de pistes sans commune mesure.
Vous allez me dire : « Et alors, qu’est-ce que ça change ? ». Fondamentalement, sur l’ambiance du concert, rien et il apparaitrait peu judicieux de trop déformer la réalité. Cela dit, réduire les interférences du public, éclaircir légèrement les parties rythmiques ne nuit pas au réalisme de la perception de ces lives, bien au contraire.
Bref, revenons aux deux sujets principaux de cette chronique. Primo, cette fameuse série « The Official DEEP PURPLE (overseas) live series » et ensuite, le cas particulier du « Copenhagen 1972 ».
Cette série compte déjà deux sorties et une nouvelle va bientôt tomber.
Vous trouverez donc chez Verycords « Paris 1975 » qui correspond au mark III de DEEP PURPLE (époque Coverdale) et qui est agrémenté, en bonus, d’interviews d’époque qui sont loin d’être inintéressantes. Personnellement, je n’avais jusqu’à maintenant disposé que de retranscriptions écrites.
« Stockholm 1970 » disponible en CD+DVD est le prochain à venir. Il correspond à la tournée de l’album «  In rock », nous sommes au début du Mark II, autant dire du vrai DEEP PURPLE.
Considérez le mark I comme de la brit pop avec un chanteur dont les capacités ne dépassaient pas ce style.
Déjà disponible aussi donc, ce « Copenhagen 1972 » enregistré le 01 mars 1972 se trouve à une charnière de la carrière du groupe. Nous sommes dans la légitimité du mark II.
Il faut savoir que le groupe était en tournée fin 1971, pour des raisons de santé de Ian Gillan elle avait dû être interrompue brutalement.
Juste avant noël, Le groupe enregistre un de ses plus mythiques album « Machine Head » qui est alors sur le point imminent de sortir.
Début 1972, le groupe signe une première tournée sur le mois de janvier puis une seconde de mars à avril. Il traverse l’Allemagne et l’Europe du nord et son avenir plus à l’est jusqu’au Japon se joue sur ses dates.
Par là-dessus, le live de la « KB Hallen », dont il est ici question, est filmé pour une retransmission télé par la « Danmarks Radio ». Le droit à l’erreur sur un tel évènement à l’époque n’existait pas vu la rareté du fait (nota : Ce n’est qu’en 1990 qu’une édition vidéo de ce concert sera commercialisée).
Ce live est d’ailleurs reconnaissable à un oubli de texte de Gillan lors du morceau d’ouverture et au manque de chant lors du troisième couplet de l’introductif « Highway star », passé heureusement inaperçu alors. On peut d’ailleurs juger la capacité du groupe à revenir chercher son vocaliste.

Le premier CD nous offre la setlist suivante :
Highway Star
Strange Kind of Woman
Child In Time
The Mule
Lazy
Space Trucking
Fire Ball
Lucille
Black Night

En bonus vous trouverez trois titres enregistrés à New-York en 1973 :
Strange Kind of Woman
Smoke On The Water
Space Trucking

Vous conviendrez que ces trois titres mythiques complètent agréablement l’ensemble.
Alors vous le comprenez aisément, si vous devez posséder un live de PURPLE, celui-ci me parait être le must have.
La remasterisation est impeccable et respectueuse. Il y a encore quelques bonus d’interviews. Il ne faut pas bouder son plaisir même si celui de chasser le bootleg n’est plus là !
Cette série devrait compter une quinzaine de dates des années de gloire de DEEP PURPLE, des versions DVD de certains shows et présenter l’œuvre globale du groupe. Elle viendra ainsi rattraper la discographie live du groupe parue à partir des années 90.

Note : sans objet, on parle monument historique, c’est parfait dans ce registre.

Share This:

A propos Blackdog
Je ne fais pas ce que je veux avec mes cheveux et c'est frustrant.

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. [Chronique] DEEP PURPLE – Infinite | Lords Of Chaos Webzine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*