[Chronique] CRAZY TOWN – The Brimstone Sluggers

Rating:

CTChroniqué par Blackdog, Bernard Henri Leviathan et Lucouille / Zedkuesde 

Whaou ! Un nouvel album de CRAZY TOWN ! Ça en fait des souvenirs qui remontent d’un coup après tant d’années !

Ça remonte à la fin des années 90, 1999 pour être exact la sortie du premier album «  The gift of game » et je m’en souviens presque comme si c’était hier, avec néanmoins l’impression que c’était une autre vie.
En 1999, on ne savait même plus où on en était, je me souviens de ma petite amie de l’époque, vous savez, celle que vous détestez pour avoir fait de vous une serpillère et que vous aimerez toujours un peu jusqu’à la fin de vos jours.
Elle avait cette cascade de cheveux d’un brun noir de geai, ce regard à la douceur assassine et une blancheur de peau incroyable et si surprenante avec son accent du sud-ouest…. Et sa sœur, qu’est-ce qu’elle était bonne sa sœur fausse blonde à la poitrine infernale ! Et sa copine ! Sa copine avec les yeux qui criaient braguette et ses ras-la-fouffe si caractéristiques… enfin bref, revenons sur l’actualité musicale du moment.
Les années 90 sont caractérisées par la résurgence, pour ne pas dire la résurrection de groupes mythiques des années 70 qui se mélangent à l’apparition de groupes très extrêmes avec de nouveaux courants tels le Hardcore, le Black metal .
Le tout avec des guignoleries de fond, le grunge et le Néo Métal qui avait cette particularité de permettre au true metalleux d’emballer de la moldue qui ressemblait à de la metalleuse.

Personnellement je me souviens de sorties d’albums incroyables, la réunion de Jimmy Page et Robert Plant dans le contexte des MTV Unplugged qui avait initié l’enregistrement de l’album « Walking into Clarksdale » que j’ai écouté des dizaines, des centaines de fois entre 98 et 99. Il y avait cette folie autour des groupes des 70’s au point que même un type comme Puff Daddy avait voulu faire un duo avec Page en réutilisant un sample douteux du sublime « Kashmir » .
J’avais même pu gagner des places pour un concert privé Page and Plant à la Cigale, organisé par OUIFM pour une incroyable baffe de LED ZEPPELIN.
En 1999 c’était aussi les 30 ans du fameux « Concerto for group and orchestra » composé par John Lord qui avait permis de remettre à nouveau DEEP PURPLE sur le devant.
Mais ce n’est pas tout, en 1999, alors que Dickinson est en pleine carrière solo et qu’IRON MAIDEN est en voie (en voix ?) d’extinction, il est rejoint sur scène par Adrian Smith, le rêve serait-il possible ? Et bien oui ! L’année suivante c’est le retour d’un MAIDEN surpuissant avec l’album « Brave new world ».

Les plus violentés du cerveau d’entre vous me diront que c’était un peu light, oui.
Mais non, car SLAYER nous balançait son parpaing « Diabolus In Musica », on pouvait tuer des gens avec ça ! S’il y avait des survivants tu leur collais le « New World Disorder » de BIOHAZARD.
S’il y avait des sceptiques tu leurs balançait le premier SOULFLY éponyme et son fameux « The song Remains Insane » qui interpellait forcément les Led Zeppeliniens.
A côté de ça, on avait RAMMSTEIN qui était en pleine fusion Metal-Electro entre « Sehnsucht » et « Mutter », Marilyn Manson qui était en plein mélange alcool-drogue entre « Mechanical animal » et « Holy Wood ».

Alors que PANTERA et SEPULTURA étaient sur le retour, c’était le moment de voir sortir du bois SYSTEM OF A DOWN qui allait devenir un véritable phénomène ultra-multi-omniculturel dans l’année suivante.

Puisque je parlais de Néo trucs, on pourrait encore parler de FAITH NO MORE, NINE INCH NAILS ou, comme j’en faisais mention, des RED HOT CHILI PEPPERS, c’est alors que CRAZY TOWN est arrivé, en 1999, en samplant en boucle le riff de «  Pretty little Ditty » du dernier groupe cité sur son titre « Butterfly ».
Et là, je peux vous dire que je me souviens de ce titre comme si c’était hier car le clip passait en boucle sur la télé qui se trouvait dans la chambre d’une amie dans laquelle je n’aurais pas dû être (adroite licence grammaticale vous en conviendrez).

Bref, à part ce titre je me rends compte que je n’ai jamais écouté CRAZY TOWN de ma vie et que, du coup, je ne vois pas comment je pourrais vous parler du nouvel album alors que je ne connais pas les deux précédents.

Je pense que BHL peut faire mieux, à l’époque il avait les cheveux et l’imperméable de cowboy de Lorenzo Lamas et une moustache en poils de bébé, il doit sûrement en savoir plus !

Bernard-Henri Leviathan : CRAZY TOOOOOWN ! Oui je me souviens, c’était les grandes années disco-funk ça ! Comme on a pu danser là-dessus ! LIPPS INC, ils s’appelaient les mecs…

Blackdog : Non, ça c’est  « Funkytown », c’était nul et t’étais pas né !

BHL : Mince, ça ne vient pas de Shreck ? Cependant, oui, je me souviens très bien de 1999. « Passe ton bac d’abord », qu’est-ce que j’ai pu l’entendre. Il faut dire quand même que j’avais fait sensation en décrochant un 16/20 à l’épreuve de maths alors que j’avais plafonné à 5 toute l’année. Comme quoi, il ne faut jamais sous-estimer la bête qui sommeille !

Ouais, 1999, c’était aussi la majorité, le permis de conduire, la porte ouverte aux trucs de cul, tranquille en costard et tout. La liberté quoi ! Ah non c’est vrai, en 1999, j’ai loupé mon permis la première fois à cause d’un connard qui arrivait sur la priorité de droite. Le mec avait dû se planter là, tu sais, à attendre 3 heures pour débouler pile au moment où j’arrivais. Juste pour me faire chier la peste. Je lui ai dit à la dame à côté qu’il n’y avait pas de souci, ça pouvait passer, juste entre deux… sur un malentendu. Elle a estimé que mon papier rose, lui, ne passait pas. Je pouvais remballer une partie de ma liberté pour quelques semaines… mais pas la porte ouverte aux trucs de cul. Et puis, c’était l’entrée en fac alors la liberté, elle n’était pas bien loin.

1999, j’avais dû rencontrer la même petite amie avec sa sœur et sa copine. Je me souviens de l’entreprise de la brune aux yeux bleus qui venait d’ailleurs, de la blonde d’un peu plus près et puis bien sûr, l’autre brune d’en face.

1999, la mort d’Elie Kakou quand même ! « Comment vous n’êtes pas dans la poââre ? Et ben maintenant vous y êêêêêtes ! », « Zérooooooooo ». C’est un peu de notre patrimoine qui s’en allait quand même ! C’est qu’on avait besoin de bien rigoler parce que Paco Rabanne nous annonçait la fin du monde ! Imagine, il fallait vivre un tas de trucs de peur de n’avoir rien fait au moment de crever !

Blackdog : Oui mais la musique…

BHL : Ah ben la musique, ça marchait bien ! On avait lancé un groupe qu’on appelait « Bah-Rock »… « Bah-Rock », tu saisis ? La classe du calembour ! On était trois et on jouait du Malmsteen et du SYMPHONY X… enfin dans notre tête, parce qu’en réalité, c’était pas encore ça…

BLackdog : Non mais je ne te parle pas de ta musique…

BHL : Ah, celle que j’écoutais ? Oui, comme tu disais tout à l’heure, en 1999, il y a eu de sacrées sorties quand même. On était en plein revival Heavy. Le True Metal on appelait ça ahah ! J’avais acheté l’édition collector de « Powerplant » de GAMMA RAY, le petit coffret limité à 15 000 exemplaires. Ce qui est quand même beaucoup en fait. Il y a eu le retour de Malmsteen avec « Alchemy » et surtout celui de son Mark Boals de chanteur ! Oh ouais, et puis le premier volet du « House Of Atreus » de VIRGIN STEELE, que j’ai bien usé ! « Theatre Of Salvation », le vrai bon album d’EDGUY, les premiers pas de FREEDOM CALL, SONATA ARCTICA, l’un des retours de ADX. Tout ça qui est ensuite devenu ce que les jeunes ont appelé le Power Metal, « Jaws Of Death » de PRIMAL FEAR par exemple !

En Black, on a eu des perles aussi… l’orientation plus Heavy d’IMMORTAL avec « At The Heart Of Winter », « Spiritual Black Dimensions » de DIMMU BORGIR et surtout le cultissime bien-nommé « Panzer Division Marduk » ! La baffe n’est jamais vraiment retombée.

Il y a eu des choses étonnantes qui nous sortaient des carcans : le somptueux « Elodia » de LACRIMOSA, « Animatronic » de The Kovenant, le « Butterfly Effect » de MOONSPELL, « Chronophobia » de SUP, le dernier témoignage de Chuck Schuldiner avec son fabuleux CONTROL DENIED, les avancées avant-gardistes de SAMAEL et orchestrales de THERION et même… HIM, ouais !

En 1999, il y a aussi eu MEGADETH avec…. « Risk »… et euh… pas la peine d’en rajouter.

Sinon, sur Lille, on était encore dans les grandes années du Splendid, avec tous ces groupes qui passaient régulièrement pour quelques balles et…

Blackdog : Non mais CRAZY TOWN, bordel !

BHL : Ah pardon. CRAZY TOWN ? … Non, je ne vois pas, désolé ! Il faut dire qu’on rentrait peu à peu dans l’euro… on n’avait tout un monde à refaire !
CRAZY TOWN… C’était pas eux qui avaient un visuel Madame/sucette ? A cette époque où la chatouille dans le slip, juste là sous les poils de bébé, arrivait aussi vite que la bave aux lèvres, j’avais dû vite reposer ce CD dans le bac… l’emballage cellophane était déjà tout poisseux…

En tout cas, s’ils ressortent un album là, vu la gueule du visuel, il doit y avoir la même chose à l’intérieur qu’il y a 16 ans !

Mais bon, CRAZY TOWN, c’était plus les jeunots, on devrait plutôt demander à Lucouille.
Bon alors Lucouille toi, tu en penses quoi ?

Lucouille / Zedkuesde : Ah 1999, j’avais quoi… 6 ans ! Que de souvenirs ! Les Playmobil, les Kapla, Pokemon… La belle époque ! Les siestes à l’école, les premiers potes. Après niveau musique je devais tourner avec du gros black metal, genre Britney Spears ! Ah Baby One More Time ! Bon j’écoutais aussi du AC/DC à l’époque. Enfin je crois. Nan moi clairement la vague Nu-Metal des années 90, je l’ai découverte en 2010. Bon, j’avoue c’était très obscur pour moi. Je ne comprenais pas pourquoi quand on avait du Public Enemy et du Metallica fallait mélanger tout ça !
J’aimais bien Slipknot au collège, surtout grâce à mon pote batteur fan de Joey. Après, j’avais découvert Limp Bizkit. C’était sympa aussi ! Bon Crazy Town, c’est ça le sujet ? Je connaissais pas ! On m’a dit qu’ils sortaient un nouvel album et qu’ils avaient fait plein de choses cool pour la musique et des tubes. Alors, du haut de 21 ans et de ma connaissance quasi nulle du nu métal, j’ai été écouter. Toxic, bon… pas trop mon truc ! Cet entre-deux ou la musique n’est pas du « bon » metal et que le chant n’est pas du « bon » rap. Umpf. Surtout que j’adore tout ce qui a été hip-hop US de la même époque. Public Enemy, The Roots, De la Soul, etc.
Étant d’un naturel trop gentil, j’ai écouté leur nouvelle galette. Soyons honnête j’ai préféré à Toxic ! Mieux produit, rap plus au point. On sent qu’ils ont entendu du gangsta et du sale entre-temps. Du Prodigy aussi, mais p’tet pas la bonne période.
J’avoue que j’accroche un peu sur le coté electro, pop, grand public. Je ne suis pas la cible, c’est évident. J’arrive même a y voir un peu de Shaka Ponk sur Born to raise hell par exemple. Bon après, pour moi ça manque de grosse gratte saturée, de gros rappeurs qui tâchent…
Crazy Town, inconnu au bataillon pour moi a pondu une galette plus mainstream, mais avec des idées et une volonté.

Mais en fait BHL, pourquoi tu ne demandes pas plutôt un avis à Blackdog?
C’est un vieux comme toi lui, il doit savoir, attend je lui demande…

Blackdog : Euh…..

Whaou ! Un nouvel album de CRAZY TOWN ! Ça en fait des souvenirs qui remontent d’un coup après tant d’années !

Ça remonte à la fin des années 90, 1999 pour être exact la sortie du premier album «  The gift of game » et je m’en souviens presque comme si c’était hier, avec néanmoins l’impression que c’était une autre vie.
En 1999, on ne savait même plus où on en était, je me souviens de ma petite amie de l’époque, vous savez, celle que vous détestez pour avoir fait de vous une serpillère et que vous aimerez toujours un peu jusqu’à la fin de vos jours.
Elle avait cette cascade de cheveux d’un brun noir de geai, ce regard à la douceur assassine et une blancheur de peau incroyable et si surprenante avec son accent du sud-ouest…. Et sa sœur, qu’est-ce qu’elle était bonne sa sœur fausse blonde à la poitrine infernale ! Et sa copine ! Sa copine avec les yeux qui criaient braguette et ses ras-la-fouffe si caractéristiques… enfin bref, revenons sur l’actualité musicale du moment.
Les années 90 sont caractérisées par la résurgence, pour ne pas dire la résurrection de groupes mythiques des années 70 qui se mélangent à l’apparition de groupes très extrêmes avec de nouveaux courants tels le Hardcore, le Black metal .
Le tout avec des guignoleries de fond, le grunge et le Néo Métal qui avait cette particularité de permettre au true metalleux d’emballer de la moldue qui ressemblait à de la metalleuse.

Personnellement je me souviens de sorties d’albums incroyables, la réunion de Jimmy Page et Robert Plant dans le contexte des MTV Unplugged qui avait initié l’enregistrement de l’album « Walking into Clarksdale » que j’ai écouté des dizaines, des centaines de fois entre 98 et 99. Il y avait cette folie autour des groupes des 70’s au point que même un type comme Puff Daddy avait voulu faire un duo avec Page en réutilisant un sample douteux du sublime « Kashmir » .
J’avais même pu gagner des places pour un concert privé Page and Plant à la Cigale, organisé par OUIFM pour une incroyable baffe de LED ZEPPELIN.
En 1999 c’était aussi les 30 ans du fameux « Concerto for group and orchestra » composé par John Lord qui avait permis de remettre à nouveau DEEP PURPLE sur le devant.
Mais ce n’est pas tout, en 1999, alors que Dickinson est en pleine carrière solo et qu’IRON MAIDEN est en voie (en voix ?) d’extinction, il est rejoint sur scène par Adrian Smith, le rêve serait-il possible ? Et bien oui ! L’année suivante c’est le retour d’un MAIDEN surpuissant avec l’album « Brave new world ».

Les plus violentés du cerveau d’entre vous me diront que c’était un peu light, oui.
Mais non, car SLAYER nous balançait son parpaing « Diabolus In Musica », on pouvait tuer des gens avec ça ! S’il y avait des survivants tu leur collais le « New World Disorder » de BIOHAZARD.
S’il y avait des sceptiques tu leurs balançait le premier SOULFLY éponyme et son fameux « The song Remains Insane » qui interpellait forcément les Led Zeppeliniens.
A côté de ça, on avait RAMMSTEIN qui était en pleine fusion Metal-Electro entre « Sehnsucht » et « Mutter », Marilyn Manson qui était en plein mélange alcool-drogue entre « Mechanical animal » et « Holy Wood ».

Alors que PANTERA et SEPULTURA étaient sur le retour, c’était le moment de voir sortir du bois SYSTEM OF A DOWN qui allait devenir un véritable phénomène ultra-multi-omniculturel dans l’année suivante.

Puisque je parlais de Néo trucs, on pourrait encore parler de FAITH NO MORE, NINE INCH NAILS ou, comme j’en faisais mention, des RED HOT CHILI PEPPERS, c’est alors que CRAZY TOWN est arrivé, en 1999, en samplant en boucle le riff de «  Pretty little Ditty » du dernier groupe cité sur son titre « Butterfly ».
Et là, je peux vous dire que je me souviens de ce titre comme si c’était hier car le clip passait en boucle sur la télé qui se trouvait dans la chambre d’une amie dans laquelle je n’aurais pas dû être (adroite licence grammaticale vous en conviendrez).

Bref, à part ce titre je me rends compte que je n’ai jamais écouté CRAZY TOWN de ma vie et que, du coup, je ne vois pas comment je pourrais vous parler du nouvel album alors que je ne connais pas les deux précédents.

Je pense que BHL peut faire mieux, à l’époque il avait les cheveux et l’imperméable de cowboy de Lorenzo Lamas et une moustache en poils de bébé, il doit sûrement en savoir plus !

Bernard-Henri Leviathan : oh putain !

CRAZY TOOOOOWN ! Oui je me souviens, c’était les grandes années disco-funk ça ! Comme on a pu danser là-dessus ! LIPPS INC, ils s’appelaient les mecs…

Blackdog : Non, ça c’est  « Funkytown », c’était nul et t’étais pas né !

BHL : Mince, ça ne vient pas de Shreck ? Cependant, oui, je me souviens très bien de 1999. « Passe ton bac d’abord », qu’est-ce que j’ai pu l’entendre. Il faut dire quand même que j’avais fait sensation en décrochant un 16/20 à l’épreuve de maths alors que j’avais plafonné à 5 toute l’année. Comme quoi, il ne faut jamais sous-estimer la bête qui sommeille !

Ouais, 1999, c’était aussi la majorité, le permis de conduire, la porte ouverte aux trucs de cul, tranquille en costard et tout. La liberté quoi ! Ah non c’est vrai, en 1999, j’ai loupé mon permis la première fois à cause d’un connard qui arrivait sur la priorité de droite. Le mec avait dû se planter là, tu sais, à attendre 3 heures pour débouler pile au moment où j’arrivais. Juste pour me faire chier la peste. Je lui ai dit à la dame à côté qu’il n’y avait pas de souci, ça pouvait passer, juste entre deux… sur un malentendu. Elle a estimé que mon papier rose, lui, ne passait pas. Je pouvais remballer une partie de ma liberté pour quelques semaines… mais pas la porte ouverte aux trucs de cul. Et puis, c’était l’entrée en fac alors la liberté, elle n’était pas bien loin.

1999, j’avais dû rencontrer la même petite amie avec sa sœur et sa copine. Je me souviens de l’entreprise de la brune aux yeux bleus qui venait d’ailleurs, de la blonde d’un peu plus près et puis bien sûr, l’autre brune d’en face.

1999, la mort d’Elie Kakou quand même ! « Comment vous n’êtes pas dans la poââre ? Et ben maintenant vous y êêêêêtes ! », « Zérooooooooo ». C’est un peu de notre patrimoine qui s’en allait quand même ! C’est qu’on avait besoin de bien rigoler parce que Paco Rabanne nous annonçait la fin du monde ! Imagine, il fallait vivre un tas de trucs de peur de n’avoir rien fait au moment de crever !

Blackdog : Oui mais la musique…

BHL : Ah ben la musique, ça marchait bien ! On avait lancé un groupe qu’on appelait « Bah-Rock »… « Bah-Rock », tu saisis ? La classe du calembour ! On était trois et on jouait du Malmsteen et du SYMPHONY X… enfin dans notre tête, parce qu’en réalité, c’était pas encore ça…

BLackdog : Non mais je ne te parle pas de ta musique…

BHL : Ah, celle que j’écoutais ? Oui, comme tu disais tout à l’heure, en 1999, il y a eu de sacrées sorties quand même. On était en plein revival Heavy. Le True Metal on appelait ça ahah ! J’avais acheté l’édition collector de « Powerplant » de GAMMA RAY, le petit coffret limité à 15 000 exemplaires. Ce qui est quand même beaucoup en fait. Il y a eu le retour de Malmsteen avec « Alchemy » et surtout celui de son Mark Boals de chanteur ! Oh ouais, et puis le premier volet du « House Of Atreus » de VIRGIN STEELE, que j’ai bien usé ! « Theatre Of Salvation », le vrai bon album d’EDGUY, les premiers pas de FREEDOM CALL, SONATA ARCTICA, l’un des retours de ADX. Tout ça qui est ensuite devenu ce que les jeunes ont appelé le Power Metal, « Jaws Of Death » de PRIMAL FEAR par exemple !

En Black, on a eu des perles aussi… l’orientation plus Heavy d’IMMORTAL avec « At The Heart Of Winter », « Spiritual Black Dimensions » de DIMMU BORGIR et surtout le cultissime bien-nommé « Panzer Division Marduk » ! La baffe n’est jamais vraiment retombée.

Il y a eu des choses étonnantes qui nous sortaient des carcans : le somptueux « Elodia » de LACRIMOSA, « Animatronic » de The Kovenant, le « Butterfly Effect » de MOONSPELL, « Chronophobia » de SUP, le dernier témoignage de Chuck Schuldiner avec son fabuleux CONTROL DENIED, les avancées avant-gardistes de SAMAEL et orchestrales de THERION et même… HIM, ouais !

En 1999, il y a aussi eu MEGADETH avec…. « Risk »… et euh… pas la peine d’en rajouter.

Sinon, sur Lille, on était encore dans les grandes années du Splendid, avec tous ces groupes qui passaient régulièrement pour quelques balles et…

Blackdog : Non mais CRAZY TOWN, bordel !

BHL : Ah pardon. CRAZY TOWN ? … Non, je ne vois pas, désolé ! Il faut dire qu’on rentrait peu à peu dans l’euro… on n’avait tout un monde à refaire !
CRAZY TOWN… C’était pas eux qui avaient un visuel Madame/sucette ? A cette époque où la chatouille dans le slip, juste là sous les poils de bébé, arrivait aussi vite que la bave aux lèvres, j’avais dû vite reposer ce CD dans le bac… l’emballage cellophane était déjà tout poisseux…

En tout cas, s’ils ressortent un album là, vu la gueule du visuel, il doit y avoir la même chose à l’intérieur qu’il y a 16 ans !

Mais bon, CRAZY TOWN, c’était plus les jeunots, on devrait plutôt demander à Lucouille.
Bon alors Lucouille toi, tu en penses quoi ?

Lucouille / Zedkuesde : J’ai rêvé ou on a déjà parlé de ça…

Ah 1999, j’avais quoi… 6 ans ! Que de souvenirs ! Les Playmobil, les Kapla, Pokemon… La belle époque ! Les siestes à l’école, les premiers potes. Après niveau musique je devais tourner avec du gros black metal, genre Britney Spears ! Ah Baby One More Time ! Bon j’écoutais aussi du AC/DC à l’époque. Enfin je crois. Nan moi clairement la vague Nu-Metal des années 90, je l’ai découverte en 2010. Bon, j’avoue c’était très obscur pour moi. Je ne comprenais pas pourquoi quand on avait du Public Enemy et du Metallica fallait mélanger tout ça !
J’aimais bien Slipknot au collège, surtout grâce à mon pote batteur fan de Joey. Après, j’avais découvert Limp Bizkit. C’était sympa aussi ! Bon Crazy Town, c’est ça le sujet ? Je connaissais pas ! On m’a dit qu’ils sortaient un nouvel album et qu’ils avaient fait plein de choses cool pour la musique et des tubes. Alors, du haut de 21 ans et de ma connaissance quasi nulle du nu métal, j’ai été écouter. Toxic, bon… pas trop mon truc ! Cet entre-deux ou la musique n’est pas du « bon » metal et que le chant n’est pas du « bon » rap. Umpf. Surtout que j’adore tout ce qui a été hip-hop US de la même époque. Public Enemy, The Roots, De la Soul, etc.
Étant d’un naturel trop gentil, j’ai écouté leur nouvelle galette. Soyons honnête j’ai préféré à Toxic ! Mieux produit, rap plus au point. On sent qu’ils ont entendu du gangsta et du sale entre-temps. Du Prodigy aussi, mais p’tet pas la bonne période.
J’avoue que j’accroche un peu sur le coté electro, pop, grand public. Je ne suis pas la cible, c’est évident. J’arrive même a y voir un peu de Shaka Ponk sur Born to raise hell par exemple. Bon après, pour moi ça manque de grosse gratte saturée, de gros rappeurs qui tâchent…
Crazy Town, inconnu au bataillon pour moi a pondu une galette plus mainstream, mais avec des idées et une volonté.

Mais en fait BHL, pourquoi tu ne demandes pas plutôt un avis à Blackdog?
C’est un vieux comme toi lui, il doit savoir, attend je lui demande…

Blackdog : Sniff…

« Come my Baby, come come my Baby, you’re my butterfly, sugar, Baby »

Share This:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *