[Chronique] ALEISTER – No Way Out

Rating:

ALEISTER, ce nom vous dit peut être quelque chose? D’accord, c’est le prénom de Mr CROWLEY et aussi celui d’un catcheur Néerlandais,  Aleister BLACK,  mais c’est aussi un groupe de Thrash Metal français qui renaît de ses cendres après un split survenu dans les années 90!!

Je vais être honnête, je ne connaissais qu’un titre du groupe que j’avais découvert en achetant la compilation TOTAL VIRULENCE au premier Pyrenean Warriors Open Air, j’ai pu ensuite ,avoir des informations sur le groupe grâce à l’excellent livre ENJOY THE VIOLENCE, que je recommande à tout fan de Thrash/Death qui  se respecte!!! Après avoir sorti un album « Tribal Tech » plutôt orienté Techno Thrash, le groupe se séparera avant de se reformer en 2018 comprenant David ROUSTANY au chant et à la guitare, Didier RENAUD à la basse, et Eric « Néon » FLEURY à la batterie!!!

Au menu de ce « No Way Out » 7 titres d’un Thrash Metal certes old school, mais qui me fait aussi penser à PANTERA ou aux premiers MACHINE HEAD, avec ce côté groovy. En effet, il n’y a pas beaucoup de parties rapides typiques du Thrash, pour un peu plus de 32 minutes de musique!! La production est moderne sans être trop numérique, la batterie a un vrai son de batterie, par exemple, la basse est audible et les guitares sont très bonnes. La voix de David ROUSTANY est plutôt grave et pas très mélodique mais ça colle parfaitement au genre.

Les titres, très bien composés, reposent sur une rythmique carrée et sont globalement sur un tempo plutôt lourd que rapide, sauf sur « Bastard 2.0 » et « I Feel Myself » tandis qu’on ne trouve aucun solo de guitare, c’est plutôt rare dans le style!!! Il y a un solo de basse sur « Straighten Up » par contre…

Avec « No Way Out », ALEISTER fait son grand retour sur la scène hexagonale, avec un album solide qui je l’espère sera définitif!!!

Bandcamp

Facebook

Share This:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *