[Chronique] ADX – Non Serviam

Rating:

adx non serviam“Je m’indigne peut-être rapidement mais quand on a un statut aussi culte qu’ADX et une telle longévité, est-il vraiment opportun de choisir un nom d’album aussi peu original? Qui plus est identique à celui qui scella l’aura de gloire de Rotting Christ en 1994? Parce que sans méchanceté si Rotting Christ a marqué les esprits en chamboulant les codes et en osant une identité unique et déjà révélatrice de sa maestria, ADX ne peut se targuer d’une telle réussite….”

Mais non !!! je déconne, c’est pas de moi !! En 2016  ADX est bel et bien toujours là avec son style inimitable reconnaissable entre tous parmi nos pionniers et meneurs du heavy et du speed metal français.

Depuis quelques années on assiste à un retour en puissance de groupe Thrash “old school”, non  seulement avec le retour de l’arrière garde ( Kreator, Accuser et nombre de grosses formations qui ne sont d’ailleurs jamais  parties) mais aussi avec une nouvelle armée de Mortillery, de Unscarred et bien d’autres.

Le heavy et le speed metal qui tournicotaient un peu en rond  se sont aussi mis à la page, marre des barbus bobos, des fragiles à cheveux bleus, que sait-je, il semblerait que le chevelu en ait eu ras le bol et ait eu globalement envie de revenir à un peu de sérieux. Ce ne sont pas les nombreux concerts et fests qui font régulièrement le plein à Vouziers, Fismes ou ailleurs qui me feront mentir…

Du coup retour aux sources, retour de Vulcain, d’ADX, apparition de groupes qui cravachent à mort et font le show sur scène, Shoeïlager, The Losts, Hürlement pour ne citer qu’eux.

L’indiscutable “Ultimatum” de 2014  scellait le retour  d’ADX contre qui on ne retiendra qu’une erreur de carrière en 1990 avec cet album pas beau en anglais parce qu’il paraissait alors qu’il fallait absolument s’exporter en anglais.  Vous noterez le nombre de groupes qui chantent en anglais et qui n’ont jamais passé le département, vous verrez à quelle point la règle est fiable…

Au programme cette fois ci, “Non Serviam” ( Nota : C ‘est une locution latine attribuée à Satan refusant de servir Dieu, Louis Albert Dieu, écrivain de son état).

Faisons taire les mauvaises langues, cunnilingus mon amour et vade retro Satanas, ce nouvel album  ne décevra sûrement pas les fans qui reconnaîtrons la patte d’ADX, des textes inspirés par l’histoire et la mythologie, des riffs hyper rapides et calibrés, beaucoup de mélodie et une production comme d’habitude absolument béton.

Néanmoins, je ne le cache pas,  avec la force du précédent opus je craignais tout de même de retomber dans quelque chose au mieux d’égal, au pire de moins bien et je suis finalement agréablement surpris par le parti pris du groupe qui modernise adroitement son  propos, un son et des compositions globalement plus lourds que le précédent opus et quelques pépites comme “La mort en face”. Coté tradition ce titre est précédé d’une intro un peu flamboyante au synthé, j’abordais le sujet dans lune chronique récente de The Losts, je maintiens que je m’en serais volontiers passé. Voilà ce qui sera le seul bémol dans cet album  et sincèrement, un bémol entre les quintes et les tierces c’est que dalle.

Bref, sortie officielle le 10 juin 2016 !

Share This:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *