[Chronique] 12.7 – Ouvre les Yeux

Rating:

12.7 … ou comment porter le nom d’un calibre de mitrailleuse d’avion de chasse de la 2 nd guerre  mondiale et faire une musique qui tue ! Olivier (chant), Steve (guitare), Maxwell (guitare), François  (basse) et Pierrot (drums) larguent une bombe de 50 minutes morcelée en 11 fragments qui déchirent  les oreilles! Quel genre ? Le genre Thrash/Death Metal un peu Core qui arrache !

 Un petit peu d’histoire pour commencer. 12.7 a été crée en 2005 par Steve dans le nord. En 2008 sort  un premier EP puis, en 2010, un 5 titres « Demoniak ». Ils ont écumé les scènes et fait genre une centaine de concerts avant de sortir leur premier album en 2014 : « Ouvre Les Yeux » !

Et moi, quand j’ouvre les oreilles face à ce « Ouvre Les Yeux », et bien j’entends quoi ? Du gros son, du Death/Thrash, ou du Thrash/Death comme on veut, avec de pleines louches d’énergie punk, un riffing Hardcore/Metal abrasif, ainsi qu’un gros son imposant. Leurs propos s’imposent avec l’impact d’une charge de buffle à qui l’on aurait cherché des noises. Fort de l’impressionnante verve (ne pas se planter de consonne …) d’un Olivier nous bombardant de textes à haute teneur revendicative autant que vindicative, cette voix chante … je vous le donne en mille, en français s’il vous plait. Et rien que ça, c’est énorme !!!

Je me penche donc sur les textes … moi qui me torche avec la langue de Shakespeare, je me laisse caresser les oreilles par les douces rimes de Molière…. Nan !!! Les textes sont d’actualité, sujets de société abordés de façon brutale et passionnante ! Des grandes baffes de dénonciations et de revendications ! De « Blasphème » qui dénonce les viols des enfants à « Faux Semblant », le racisme et l’intolérance ! Je retrouve le LOFOFORA du début et dans la façon de poser la voix et dans l’énergie des riffs, de la batterie et dans les textes ! Guitares saturées, phrasé rapées, envolées punk…

Côté micro, on sent bien qu’Olivier met toutes ses tripes dans les textes qu’il délivre, le gus modulant son chant avec ses beuglements rageurs.  Les textes sont d’ailleurs tout particulièrement mordants, en équilibre parfait entre colère, pertinence et impertinence, le tout porté par une plume bien plus affutée que chez bon nombre de leurs congénères. Côté guitare, si on ne peut pas vraiment parler ici de virtuosité, celle-ci s’avère néanmoins idéalement abrasive, infectieuse, parfois chargée d’effets et autres distorsions bien Death («  Ma Réalité »), voire méchamment Thrash (« 4ème Génération »).

Excellent travail, messieurs ! Mais pas de mystère à cela: si l’album fait un tel effet bœuf, ce n’est pas parce que le groupe a envoûté ses fans à coups d’aiguilles plantées dans des poupées vaudou. Non, c’est juste qu’il effectue un quasi sans faute. Varié, efficace, intelligent, accrocheur, l’album cumule toutes les qualités.

En effet, après s’être envoyé l’album d’une traite, le constat est sans appel: l’auditeur est regonflé à bloc, la banane coincée sur un rictus mauvais, le moral bloqué sur thermostat 10, prêt à partir à la conquête du monde, la batte à la main. Révolution !!

C’était Metalmama pour Lords Of Chaos.

Tracklist
 1. 4ème Génération
 2. Ouvre les Yeux
 3. Annihilation
 4. Blasphème
 5. Mon Empire
 6. Pays Modèle
 7. Faux Semblant
 8. Pourquoi
 9. Ma Réalité
10. Libido
11. La Der

Contacts :

  Facebook               Youtube

 

Share This:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*