[Chronique] BARBARIAN – Faith Extinguisher

Bernard-Henri Leviathan

Chroniques, live reports, interviews, piraterie psychique… et danses de salon !

Styles de prédilection : Heavy, Speed, Black et Proto-black, Avant-garde, Doom, Thrash,…et plus ça sonne vieux, plus c’est savoureux!

Albums cultes: Angra “Holy Land”, Helloween “Walls Of Jericho”, Megadeth (… n’importe quel album entre “Killing Is My Business…” et “Cryptic Writings”), Death “Sound Of Perseverance”, Black Sabbath “Black Sabbath”, Ghost “Opus Eponymous”, Therion “Theli”, Mercyful Fate “Melissa”, Immortal“Battles In The North”, WASP “The Crimson Idol”, Yngwie J. Malmsteen “ Trilogy”, Notre Dame « Nightmare Before Christmas », Arcturus « La Masquerade Infernale », etc.

Devise : « Ce qu’il y a d’enivrant dans le mauvais goût, c’est le plaisir aristocratique de déplaire » - Baudelaire
Bernard-Henri Leviathan
Rating:

0003026435_10Facebook

reverbnation

Note : 7/10

Vous vous souvenez bien entendu du visuel d’« Into Glory Ride », second album de MANOWAR. Mais si, celui où les membres posent comme de gros coquins en slip de moumoute dans une atmosphère froide genre « je viens du Grand Nord mais tout le monde sait que je suis américain ». Et bien maintenant, imaginez cette même pochette dans laquelle les sauvages musiciens se seraient taillés un slip dans la peau d’un veston à patchs. Voilà, ça vous donne une idée assez précise de ce que vous allez trouver dans « Faith Extinguisher », second album déjà des italiens de BARBARIAN (sorti chez Doomentia Records, après une démo, un premier album auto-produit et un split avec BUNKER 66, pas du totalement novice, quoi !).

Le côté barbare, on l’a bien sûr déjà à la découverte de ce visuel d’époque, peint à la main avec le sang de tes ennemis. Ca rappelle quelque chose, n’est-ce pas ? SAXON, QUARTZ, DIAMOND HEAD, etc. C’est un style. Pas forcément luminescent, assez brut et sale… moi, j’aime bien !

Le côté patchs, on l’a dès l’intro du premier titre éponyme et jusqu’à la 33ème minute de cet album, court certes mais assumé. Si ma comparaison ne vous a pas parlé et que vous cherchez encore à vous représenter ce que peut donner ce groupe, imaginez une musique influencée par les cadors du genre tels que VENOM, ACCEPT, IRON MAIDEN (période Di Anno) ou encore BATHORY (première période), avec une approche viking sur quelques riffs et mélodies épiques et surtout ambiancée par un chant exclusivement Black. De quoi noyer le sang de tes ennemis (décidément tu t’en aies fait beaucoup !) dans un bon vieux Jack Daniel’s ou une mousse des familles… j’aime bien aussi !

Sans toutefois être terriblement spéciale, la formule a le mérite d’être efficace. On se plaît à retrouver les codes des années 80 en passant par des riffs issus de la grande tradition Heavy ou proto-Black et le chant ténébreux apporte ce qu’il faut d’agressivité et d’imagier du guerrier en plein raid. On pense parfois à la démarche de groupes plus récents comme SATAN’S WRATH ou ARMAGEDDON.

Bien que le trio (batterie, basse, chant/guitare) se veuille explosif, il ne fait pas dans l’artifice. Aussi, le groupe semble vouloir nous proposer rien de plus que ce qu’on est en droit d’attendre en concert avec, toutefois, un parfait équilibre sonore. Le contenu est donc assez brut et direct. Certaines lignes de guitare, qu’un groupe lambda aurait sans problème harmonisées, se retrouve à l’état pur ou simplement doublées par la basse. Pas de doute, on est dans le true, dans le servi chaud à manger avant que ça ne refroidisse. Quelques titres auront une couleur plus viking comme « Faith Extinguisher » ou « We are The Profane » et « Crux et Circenses » démarrera avec une perspective plus Doom, voire « celtic frostienne ». Au-delà de cela, il faudra aller chercher la variété au sein même des titres par l’utilisation de nombreux riffs aux tempi variés, souvent du mid ou speed, car il ne faut pas trop compter sur la disparité de style ou d’approche entre les chansons elles-mêmes.

Avec 7 titres, on se dit qu’on a assez vite fait le tour du sujet et qu’il est judicieux ne pas avoir prolongé l’aventure trop longuement de peur de se trouver dans la délicate situation de redondance. Se pose alors la légitime question du comment BARBARIAN va envisager son évolution car, au bout d’un moment, perpétuer la recette sur toute une carrière n’aurait peut-être plus autant de sens.

« Faith Extinguisher » est donc un album authentique fait pour les auditeurs authentiques. Ceux qui n’ont pas peur de se balader à moitié à poils ou de roter en public. Un petit extra fort agréable sans non plus révolutionner son monde qui nous rappelle que, en dépit des innombrables visages que prend de nos jours le Metal, les racines sans qui personne ne serait là aujourd’hui restent indestructibles et continuent à fleurir au fil du temps…ça aussi, j’aime bien !

Share This:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *